Les Templiers en Haute-Provence

Retour

carluc_vaucelles



°ALLONS (04/Alpes-de-Haute-Provence) 04170
Allons se trouve au bord des Gorges du Verdon (altitude 1074 m) à 15 Km de St André les Alpes (D955) en direction de Allos; prendre vers La Mure-Argens la jolie D52 jusqu'au bout (6 Km). Malgré un riche passé historique, peu de vestiges sont à visiter. Le château de Vaucluse édifié par les Templiers fut détruit par le Comte de Provence en 1390.

°ANNOT (comm. d' ENTREVAUX, 04/Alpes-de-Haute-Provence) 04240
Annot, dont l'origine remonte à plus de 2.000 ans, a traversé les âges en construisant une pittoresque cité bâtie au pied des Grès d'Annot, formation chaotique de rochers qui remonte à la nuit des temps. Annot s'est d'abord appelé "Anotum", "Anoth", "Anot".
Les Templiers reçurent de l'Abbaye St Victor de Marseille tous les domaines qui leur furent légués un siècle auparavant par Hermérincus de Anoth. Ils s'installèrent notamment dans la vallée au Fugeret (leur maison mère) et avaient à "Anoth" une succursale et des dépendances, telles que tout le quartier de Vérimande (chapelle déjà construite en 1130 et la Tour (actuelle Tour des Templiers) et Vers-la-Ville (chapelle reconstruite et prieuré)". "Les terres et domaines tels que Vérimande étaient habités par les frères servants, qui avec l'aide des manants locaux, s'engageaient à cultiver les terres et à élever le bétail nécessaire au "développement matériel de l'Ordre, pour la gloire de Dieu". La tradition orale nous rapporte la légende: "un tunnel souterrain partirait de la Tour des Templiers, pour rejoindre la Chapelle de Vérimande, puis de là, un autre rejoindrait un passage creusé sous le pont de la Vaïre et de là, monterait jusqu'à la chapelle de Vers-la-Ville…!
Le 5 février 1308, le Viguier d'Anot et ses hommes procédèrent à la Tour de Vérimande, désertée par les frères servants, à l'inventaire du patrimoine des Templiers locaux. Leurs biens confisqués furent distribués à divers autres ordres et abbayes ; pour Anot, c'est l'abbaye St Pons de Nice qui reçut les biens de tout le quartier de Vérimande et plusieurs moines continuèrent à gérer ainsi ces vignes et terres à blé, pendant quatre siècles." C'est ici que s'insère la légende selon laquelle "ils ne purent emporter leur cloche en or de la Chapelle de Vérimande et qu'elle fut enterrée pour l'éternité"…

°AUTHON (04/Alpes-de-Haute-Provence) 04200
A l'est de Sisteron par le Défilé de Pierre Ecrite (D3), Authon est un petit village de montagne où convergent les vallées de Feissal, Mélan et Costebelle. Au XIIème siècle, la seigneurie d'Authon appartenait aux chevaliers du Temple puis passa ensuite à l'ordre de Malte et s'intégra à la commanderie de Gap. De tout temps, Authon fut le dernier point de ravitaillement pour les bergers des troupeaux transhumant vers les alpages.

°BEAUJEU (04/Alpes-de-Haute-Provence) 04420
Au nord de Digne-les-Bains par la D900, Beaujeu est composé de 4 hameaux où subsistent des ruines que l'on attribue aux Templiers de Valence, en particulier les restes d'une tour contenant une chasse avec émaux du XIIIème.

°BRUNET (04/Alpes-de-Haute-Provence) 04210
Au sud-ouest de Digne-les-Bains, le village perché de Brunet situé au débouché de la vallée de l'Asse vous proposera son vieux village, ses ruines féodales et de somptueux panoramas sur la vallée de Valensole. Des traces des Templiers ont été découvertes : une maison avec inscriptions tombales.

°CARLUC-VAUCELLES (comm. CERESTE, 04/Alpes-de-Haute-Provence) 04280
Vaucelles ("Vallis Cellis") était situé à proximité du relais routier Catuiacia sur la Via Domitia, cette voie romaine qui reliait qui reliait l'Espagne et l'Italie par Sisteron, Nîmes et Narbonne. A l'époque médiévale, Carluc ("Carus-locus"), "lieu rocheux et boisé" d'après certaines interprétations étymologiques, abrite sous le roc au milieu de ses vieux chênes une source qui ne tarit jamais. L'atmosphère incite à la méditation et à la sérénité. Selon le mot d'un homme du pays : "Ici on ne parle qu'à voix basse". Selon divers auteurs anciens, ce fut un lieu de culte druidique. C'est à la fin de l'époque romaine, avec la pénétration de la religion chrétienne, que Carluc devient un lieu de culte chrétien, à l'époque où Cassien fonde l'Abbaye de Saint-Victor (IVème-Vème siècle après J.-C.). Au Moyen-Age, Carluc était une étape importante pour les nombreux pèlerins et voyageurs entre l'Espagne et l'Italie.
L'historien de la Provence, Bouche, dans son ouvrage "Histoire de Provence" tome I page 346, indique : "... on voit encore entre Reillanne et Céreste, les débris d'un bâtiment antique dans un lieu nommé Carluc qui était un monastère des Templiers ; les domaines qui y sont attenants sont devenus un prieuré de l'Ordre de Saint-Benoît". Selon cet historien, au XVIIIème siècle, il y avait encore quelques pierres sculptées dont certaines portaient des inscriptions confirmant que ce lieu était bien le prieuré de Vaucelles. Effectuant une visite, cet historien indique que parmi les inscriptions se trouvaient les mots : "Mariae... D.V.C ... Vox Druid. . . ". Une pierre rapportée par Monsieur de Salve au château de Pinet à Reillanne au XIXème siècle porte une inscription "... Milites Templi ... non nobis, sed … tua da gloriam. … M. … D. … V. … C." ce qui est en fait une partie de la devise des chevaliers du Temple. Selon l'abbé Corriol, dans son recueil des "Actes du Clergé Régulier et Séculier de la Haute Provence", en 1177, il y aurait eu un échange, entre les Frères de la Milice du Temple de Vaucelles et Foulques de Cabanne, abbé de Montmajour, d'une condamine et de divers bâtiments. L'acte aurait été passé dans la maison du Temple d'Arles en présence de Guillaume Monge, évêque d'Arles. Corriol cite un litige qu'auraient eu, en 1166, les moines de Montmajour avec la Milice du Temple de Vaucelles au terroir de Carluc, au sujet des droits de pâturage. Selon Corriol, "le 11 juin 1308, il y aurait eu un autre litige entre le commandeur de la Milice du Temple de Vaucelles, au terroir de Carluc et Bertrand de Sabran, prieur de Saint-Pierre de Carluc." cet auteur cite aussi : "Foulques, commandeur du Temple de Vaucelles-Carluc cité comme témoin dans un acte d'hommage de la ville de Forcalquier et villages de la région, en 1271, à Charles 1er, Comte de Provence. " Selon Corriol, à la suppression des Templiers, les biens de Carluc furent partagés entre les abbayes de Montmajour et Saint-Victor. En 1314, le monastère de Vaucelles, anciennement aux Templiers aurait été remis au prieur de Saint-Pierre de Carluc en présence de Hugues de Bot, évêque d'Apt, et Bertrand de Malzang, abbé de Montmajour. Le prieuré de Vaucelles, au terroir de Carluc, si l'on en croit Corriol, fut bien une possession des Templiers ; prieuré connu aujourd'hui sous le nom de Saint-Pierre de Carluc, fortifié par les chevaliers du Temple, construit sur un ancien lieu druidique. Selon l'abbé Corriol, les Templiers de Vaucelles devaient assurer la protection aux moines de Saint-Victor et Montmajour, leurs voisins, du fait de l'insécurité qui régnait alors dans la région, suivant un accord passé à Marseille en 1177.
Sur la clef de voûte de la chapelle de Carluc, il existe une très belle représentation du sceau de l'Ordre du Temple en Provence, un "Agnus Dei" nimbé d'or, au bâton à la croix pattée de gueules. Or l'agneau Pascal était la marque des édifices religieux construits par les Frères de métier de l'Ordre du Temple. Les Templiers furent possesseurs de ce lieu pendant cent quarante-deux ans, de 1166 à 1308. Les biens du Temple, à la suppression des Templiers, ne passèrent pas aux Hospitaliers, mais firent retour aux Bénédictins, donataires à l'origine. Des fouilles entreprises en 1960 montrent une salle ou nécropole souterraine similaire à celles construites en Orient par les Templiers, et creusée à même le rocher.
Près de la source se trouve le cimetière des Templiers qui lut jadis un lieu druidique placé près d'une source sacrée. Un Templier de Carluc fut arrêté le 24 janvier 1308, et enfermé dans la forteresse comtale de Pertuis : c'est Petrus Isnardi qui fut le dernier commandeur du Temple de Vaucelles-Carluc. Ce fait confirme bien que Carluc fut une possession des Templiers.
Le reste du véritable prieuré de Saint-Pierre de Carluc construit par les Bénédictins de Montmajour se trouve de nos jours au lieu-dit : "La Ferme Saint-Pierre". Quant au prieuré avec sa chapelle, sa nécropole souterraine et les restes de ses remparts, il faut l'admettre c'est l'ancienne Commanderie des Templiers de Carluc-Vaucelles. L'historien de la Provence, Bouche, avait donc raison, il est bien situé au-dessus de la ferme du Haut-Carluc. D'autre part, "l'antique forteresse de Céreste aurait été confiée en garde à la Milice du Temple par les Comtes de Forcalquier au XIIème siècle".
Actuellement, on peut distinguer du sud au nord : l'église majeure à demi ruinée, une galerie creusée dans le roc servant de cloître, les vestiges d'une autre église de plan presque carré qui aurait pu servir de baptistère, des aménagements rupestres servant aussi bien d'habitat que de lieu de sépulture, de nombreuses tombes rupestres taillées dans le rocher.

°DRAIX (04/Alpes-de-Haute-Provence) 04420
Par la D 900 depuis Digne-les-Bains puis à droite la D22 sur 6 Km.
Au bout d’une minuscule route qui serpente dans la vallée du Bouinenc, traversant mille et une curiosités géologiques - falaises stratifiées, striées, grises ou noires, coiffées de conifères - vous arrivez à Draix, petit village blotti dans un majestueux cirque de collines vertes, près jaunes et crêtes noires déchiquetées des Préalpes de Digne. La route d'accès très pittoresque vous permettra de découvrir les ruines d'une Commanderie de Templiers et d'une petite église romane. Le village de Draix en pays Dignois est appelé Draye sur la carte de Cassini.

°GREOUX-LES-BAINS (04/Alpes-de-Haute-Provence) 04800
Sur le plateau de Valensole, les champs de céréales et de lavandins s'étendent à perte de vue, dominés de temps à autres par les noires échines tordues de vieux amandiers, derniers survivants d'une agriculture provençale traditionnelle aujourd'hui complètement révolue. On se croirait en pleine page de Giono. Pas étonnant, c'est bien là que le romancier de la Provence a enraciné une bonne part de ses drames. Ville d'eaux depuis la plus haute antiquité, avec sa source sulfureuse à 37°, son établissement thermal troglodyte connaît un vif succès qui n'est que l'écho de celui que lui accordèrent déjà les Romains. Une piscine thermale du I° siècle ainsi qu'une stèle aux nymphes de 176 av. JC ont été d'ailleurs découvertes sur le site. Construite en hémicycle autour d'une commanderie templière, sur un éperon rocheux, Gréoux garde son caché impressionnant de sentinelle médiévale. La forteresse de Gréoux-les-Bains, ne date dans son état actuel que du XIVème siècle. La commanderie de l'Ordre du Temple domine le village de son puissant donjon carré dont la stature raconte encore, bien des siècles après leur massacre, la force de caractère de ces moines guerriers qui constellèrent la Provence de leurs constructions toujours nimbées de légendes de trésors ou de pratiques surnaturelles.

°LA BRILLANNE (04/Alpes-de-Haute-Provence) 04700
A l'intersection de la N100 venant de Forcalquier et de la N96-E712 reliant Les Mées à Manosque. Le village de La Brillanne dans la vallée de la Durance appartenait jadis aux Templiers ; en 1462, l'excentrique Roi René en fit don à son valet de chambre... Vous pourrez voir à la Brillanne le triple pont sur le Lauzon, l'église de base XVIIème. Depuis le belvédère qui jouxte les ruines du château des Templiers, votre regard pourra porter de la Sainte-Victoire au Mont Ventoux et aux Alpes. Le vieux village dispose de belles voûtes dans les anciennes écuries. La fontaine Sainte-Agathe est alimentée par une eau exceptionnelle.

°LA JAVIE (04/Alpes-de-Haute-Provence) 04420
Sur la carte de Cassini, La Javie est située sur le Chemin de Seyne (D900) au nord de Digne-les-Bains. Situé au confluent de l'Arigeol et de la Bléone, le village comporte des restes de château attribué aux Templiers. On note également des traces de la puissante abbaye de Saint-Victor (Marseille) au hameau du Chandol et de Cluchier.

°LE FUGERET (04/Alpes-de-Haute-Provence) 04240
Le Fugeret est situé sur la Vaire, au pied de la Montagne de la Colle St Michel, sur la route D908 entre °Annot et Thorame-Haute, juste au sud de Méailles. Le nom vient du Latin "Fugeterum", un endroit où les "fougères" poussent. Les Templiers occupèrent Le Fugeret et des fermes alentour. Les deux possessions templières : °Annot et Le Fugeret sont peu distantes l'une de l'autre, environ 7 Km.

°MOUSTIERS-SAINTE-MARIE (04/Alpes-de-Haute-Provence) 04360
Le chevalier de Blacas, à la suite de son retour sain et sauf de croisade, fit accrocher à deux rochers surplombant le ravin de Moustiers-Sainte-Marie une étoile qui, entre ciel et terre, symbolise celle de Bethléem ! C’est par un coffret, appartenant à ce curieux chevalier établi à Aups, que l’on eut connaissance d’une doctrine secrète du Temple relative au fameux Baphomet.

°REVEST-DES-BROUSSES (04/Alpes-de-Haute-Provence) 04150
Situé sur le revers, la terrasse d’une colline des Alpes de Hautes Provence, dans l’arrière-pays de Forcalquier, entre Banon et St Michel l’Observatoire, c’est là que Giono situe le début de son roman "Regain". Le mot brousse vient de Bruyère, broussaille. On y trouve des vestiges préhistoriques comme l’Oppidum de la Tour, centre de taille de silex au paléolithique supérieur, et des restes de sites médiévaux : les fortifications du Portail des Mourres et les bas-côtés de l’église St Côme et Damien. Le village aurait alors abrité une partie des archives et du trésor des Templiers de Provence.

°SAINT-MARTIN-DE-BROMES (04/Alpes-de-Haute-Provence) 04800
A 5 Km à l'est de °Gréoux-les-Bains, près du lac d'Esparron, le vieux village provençal, de Saint-Martin-de-Brômes est bâti en amphithéâtre sur le flanc de la colline du Castelleras. Il n'échappe pas non plus aux mystères avec ces vieilles maisons romanes dont les porches et les portes portent de biens étranges inscriptions. Avec son clocher pyramidal à trois baies, l'église romane du XIème fait pendant à une noble tour templière du XIVème siècle qui révéla, il y a quelques années, un bien beau secret.
Elle abritait une tombe romaine du IVème siècle dans laquelle un squelette pourvu de menues monnaies reposait toujours dans son cercueil en plomb. La tour de l'horloge se dresse à l'extrémité sud de la colline du Castelleras, en face l'église paroissiale. Construite en appareil de bossage, elle mesure 23m50 de haut. Elle est dans son aspect général nettement défensive avec au sommet des mâchicoulis sur arcs reposant sur des corbeaux en quarts-de-rond superposés. C'est à tort qu'on l'attribue depuis le XIXème siècle aux Templiers car il s'agirait plutôt d'une tour construite au XIVème siècle par le seigneur de Saint-Martin-de-Brômes : Boniface de Castellane.

°SAINT-THYRSE (comm. ROBION, 04/Alpes-de-Haute-Provence) 04120
Le site de la chapelle Saint-Thyrse de Robion se trouve au sud de Castellane (D102). Construite au XIème siècle, la chapelle de Saint-Thyrse fut sans doute annexée par les Templiers car ceux-ci y gravèrent, au-dessus de la fenêtre de l’abside, la croix pattée de leur Ordre.