Les Templiers dans le Finistère

Retour

Mandylion du Menez-Hom



°CHATEAULIN (29/Finistère) 29150
Ainsi par une charte datée de 1217, le duc Pierre Mauclerc et son épouse Alix, confirmèrent-ils aux Templiers les libéralités de leurs prédécesseurs et y adjoignirent Messac (35), une villa dans le pays de la Mée ("Medeia") et les "hôtes", c'est à dire les tenanciers, qu'ils revendiquaient à Châteaulin (29), Châteauneuf-du-Faou (29), Morlaix (29), Jugon (22), Moncontour (22) et, sans doute, Lannion (22). La statue de saint Jean l'évangéliste rappelle que ce retable provient de l'ancienne chapelle des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem qui tenaient un hôpital au lieu dit Kerjean. Si on ne rencontre pas, semble-t-il, de rues des Hospitaliers, les rues des Templiers ne sont pas rares. Châteaulin (29), où il est vrai les Templiers avaient des "hôtes", a la sienne.

°KERNEVEL (comm. de ROSPORDEN-KERNEVEL, 29/Finistère) 29140
A 6 Km à l'ouest de Bannalecen en direction de Rosporden, à Kernével dans le Finistère, on localise la Motte du Château des Moines Rouges, un ancien prieuré templier dont subsiste l'église.

°LA FEUILLEE (29/Finistère) 29690
Les deux grandes autres Commanderies bretonnes après °Carentoir étaient celles de La Feuillée ("an Folled") près du manoir de Kerbérou) et de °La Guerche-de-Bretagne. En 1313, Jehan de Chalons était commandeur hospitalier de la Commanderie de La Feuillée. En 1603, dans le différend l'opposant au seigneur de Saint-Bihy, le commandeur hospitalier de La Feuillée a fait valoir des prétentions sur la chapelle Saint-Jean du Temple.

°LE PONTHOU (29/Finistère) 29650
Le Ponthou vient du breton "Ponthou" (pont). En effet, Le Ponthou se situe à proximité d’un passage de la rivière Le Douron (voie romaine Corseul-Morlaix). Au XIIème siècle, le territoire de Ponthou, semble être occupé et défendu par un château appartenant aux Templiers, en l'identifiant avec la commanderie dite "Apondo" dans une charte de 1182. Vers 1214, le comte de Goëllo (Henry d'Avaugour) y fonde, sous le vocable de saint Barthélemy, un prieuré dépendant de l’abbaye de Beauport. On rencontre les appellations suivantes : "Apondo" (en 1182), "eccl. de Pontibus" (en 1214), "Le Pontou" (en 1294).

°MENEZ-HOM (29/Finistère)
A 15 Km à l’ouest de Châteaulin, cette hauteur de grès armoricaine au Ménez-Hom surplombe la baie de Douarnenez et l'estuaire de l'Aulne. Une forteresse fût bâtie sur cette colline haute de 330 m, un ancien lieu sacré druidique. Au sud, il existe une chapelle templière dite de Sainte-Marie dont les desservants auraient enterré un trésor à 100 mètres, vers la route, au lieu-dit le Champ-de-la-Croix-Rouge. Dans la même région, près de °Kernevel, se trouve un prieuré templier.

Mandylion du Menez-Hom



°MORLAIX (29/Finistère) 29600 Morlaix, qui vient de "Mont" et de "relais", doit son origine à l'établissement d'un poste fortifié, puis d'un château construit par un seigneur de Tréguier à l'extrémité septentrionale d'un plateau descendant de Plourin et dominant le confluent des rivières le Queuffleut et le Jarlot.
Morlaix est établi au passage d'un gué sur le Queffleut, à la convergence de sept voies romaines. Position stratégique entre le Léon et le Trégor, sa situation en fond de ria, offrant à la fois l'accès au large et l'abri contre les prédateurs venus de la mer, a permis à la petite ville de s'épanouir à des carrefours terrestres et maritimes. Là, dans la vallée encaissée, à l'abri de la forteresse, naît un village dont les habitants vivent des activités de la pêche. Bientôt prospère et fort convoitée, la cité devient un terrain de luttes entre les comtes de Léon et les ducs de Bretagne. La fin du XIIIème siècle voit finalement le rattachement de Morlaix au duché breton. De l'époque médiévale, Morlaix conserve de précieux vestiges, témoins de la ville close aujourd'hui disparue. Par une charte datée de 1217, Pierre de Dreux, dit Mauclerc, faisait don aux Templiers de "certains hôtes que ceux-ci réclamaient en certaines de nos villes, à °Châteaulin, à °Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine, à °Lannion et à Morlaix, à °Jugon et à °Moncontour". Le premier établissement hospitalier de Morlaix nommé "ospital Marie Magdelen de Moulaix", au lieu-dit Plouezoch, tire vraisemblablement son origine d'une maladrerie fondée par les Templiers.