Tableau précédent Retour liste des tableaux Tableau suivant

La Barque de Dante
(Dante et Virgile aux Enfers)
Eugène DELACROIX - 1822

La Barque de Dante (Dante et Virgile aux Enfers), peint par Eugène DELACROIX en 1822; 
main de Dante identique à celle du personnage de gauche des Bergers d'Arcadie, bonnet phrygien de l'Adepte;
anamorphose=personnage démoniaque



En 1821 Delacroix prépare un tableau dont il annonce lui-même qu'il sera considérable: Dante et Virgile, qui est exposé au Salon de 1822. C'est en effet un coup d'éclat. On critique ou on admire, mais tout le monde est frappé.
Ce tableau remarquable, de 1822, nous montre Virgile guidant Dante dans sa traversée de l'Achéron, dans la barque de Phlégyas.

Dante et Virgile rejoignent ensuite le cinquième cercle, devant le Styx, dans les eaux boueuses duquel sont punis les coléreux et les indifférents. Les deux poètes sont transportés sur la rive opposée par la barque de Phlégias, quatrième gardien de l'Enfer. Là se dresse la cité de Dité (sixième cercle), dans laquelle sont punis les pécheurs conscients de leur péché. Devant la porte fermée de la ville, les deux amis sont bloqués par les démons et les Érinyes ; ils n'entreront que grâce à l'intervention de l'archange Michel et verront alors comme sont châtiés ceux « che l'anima col corpo morta fanno » (« qui font mourir l'âme avec le corps »), c'est-à-dire les épicuriens et les hérétiques parmi lesquels ils rencontrent Farinata degli Uberti, l'un des personnages de l'Enfer dantesque les plus fameux.

La main de Dante dans un signe d'apaisement ou d'équilibre est identique à celle du personnage de gauche des Bergers d'Arcadie (N. POUSSIN) et qui pose sa main sur le tombeau. Il porte le bonnet phrygien de l'Adepte ou du culte de Mithra.

Les Bergers d'Arcadie _ 1640





Statue de Dante devant la cathédrale de Florence



La Divine Comédie (Dante)

La Divine Comédie


5e cercle, la tour aux deux fanaux surplombe le fleuve ; aux portes de Dité.
Gardiens : du fleuve, le nocher Phlégyas ; de la cité, une foule de démons.
Dante y rencontre Philippe Argenti, damné et ennemi personnel de Dante, qui paraît-il, l'aurait souffleté en public, il périt dévoré par les âmes en colère et par lui-même. Virgile et Dante se retrouvent bloqués aux portes de Dité,
Virgile tente de trouver un compromis avec les démons mais finalement ceux-ci se cloîtrent et refusent d'ouvrir la porte.
Virgile doit alors rassurer Dante afin qu'il passe le seuil du premier royaume.
Vestibule : les indifférents (ou neutres) et les lâches. Damné : le pape Célestin V (Il est situé dans le Vestibule des Lâches dans l'Enfer de Dante).

Le Sacre du pape Célestin V



Guidé par Virgile, il descend d'abord à travers les neuf cercles de l'enfer, gravit ensuite les sept gradins de la montagne du purgatoire jusqu'au paradis terrestre et enfin s'élève dans les neuf sphères concentriques du paradis.

Botticelli - Mappa dell'Inferno (1480)

Botticelli - Mappa dell'Inferno (1480)



Inferno (Dan Brown)





Dante et les Templiers

En 1302, Dante Alighieri, condamné à mort, quitte sa ville, Florence, qu'il ne reverra jamais. A partir de cette date, il séjourne à Vérone et dans diverses villes d'Italie du Nord. Il fait de nombreux séjours en France où l'on retrouve sa trace à Paris en 1304, puis entre 1307 et 1314.

Certains historiens pensent que Dante a rencontré Jacques de Molay, juste avant son arrestation en 1307, et qu'il aurait assisté à son supplice le 18 (ou 11) mars 1314.

En 1318, Dante Alighieri termine sa Divine Comédie où il fait allusion à plusieurs reprises aux Templiers, à leur martyre et à leur possible résurgence. Des vers, tirés de son célèbre poème, La Divine Comédie (L'Enfer, le Purgatoire, le Paradis), en attesteraient :

Dans le Paradis (Chant XXX), Béatrice est entourée et protégée par "une assemblée de blancs manteaux" (les chevaliers du Temple).

Toujours dans les cercles du Paradis, Dante choisit Saint Bernard comme guide (Chant XXXII) en raison de son rôle dans la fondation de l’Ordre du Temple. Saint Bernard dans son De laude novae militiae expose la mission et l’idéal de la chevalerie chrétienne, de la "milice de Dieu", terme que l’on retrouve souvent dans les écrits des Fidèles d’Amour, dont Dante était un membre éminent.

Virgile lui sert de guide jusqu'à la porte du paradis, mais il ne peut aller plus loin car étant né avant la venue du Christ, il n'a pas pu bénéficier du sacrifice du messie. C'est donc Beatrice Portinari, sa muse, qui prend le relais et qui va guider Dante dans l'Empyrée. Elle lui ouvre la porte du salut, puis saint Bernard conduit le narrateur dans la Rose céleste jusqu'à la vision suprême.

Dans le Purgatoire (Chant XXVII), Dante se souvient avoir assisté au supplice de Jacques de Molay et de Geoffroy de Charnay sur le bûcher, le 18 mars 1314, à Paris.
"Je tendis en avant les mains jointes, et m’allongeai, regardant le feu, et vivement me représentant les corps humains que déjà j’avais vu brûler".

Dante, enfin, compare le pape Clément V à l’Antéchrist, et, il lui assigna une place dans son Enfer (Chant XIX) : "Viendra du couchant un pasteur sans loi […] Il sera un nouveau Jason duquel parlent les Machabées, et comme à celui-là flexible fut son roi, à celui-ci le sera le roi qui régit la France".

Il assimile plus loin le roi de France, Philippe le Bel à Pilate dans son Purgatoire (Chant XX) :

Ce Pilate nouveau, je le vois si cruel
qu'il n'en est pas content et pousse jusqu'au Temple,
sans jugement, la nef de sa cupidité.


Quand aurai-je, ô Seigneur, la consolation
de voir le châtiment qui, loin de nos regards,
dans tes intentions radoucit ta colère ?

Dante et les Fidèles d’Amour, auxquels appartenait Dante, ont parsemé leurs œuvres de divers symboles ésotériques afin de rappeler leur filiation avec l’esprit chevaleresque de l’Ordre du Temple. Ainsi, Dante se sert souvent du chiffre 9 comme chiffre sacré, symbolisme de la trinité : esprit, âme, corps, chacun ayant 3 aspects et 3 principes. Ce chiffre, également très symbolique pour les Templiers, rappelle les 9 fondateurs traditionnels de l’Ordre, ainsi que les 9 provinces du Temple d’Occident ; par la signification des « Cieux » donnée par Dante dans sa Divine Comédie – les 9 « Cieux » sont les degrés de la hiérarchie initiatique qui mènent à la « Terre Sainte ».