Tableau précédent Retour liste des tableaux Tableau suivant

Saint Michel terrassant le dragon
Eugène DELACROIX

Saint Michel terrassant le dragon, peint par Eugène DELACROIX



Le plafond de la chapelle des Saints-Anges de l'église Saint-Sulpice est occupé par une peinture de forme circulaire représentant Saint-Michel terrassant le Dragon.



Le 28 septembre, la constellation du Dragon, la tête en bas (comme terrassé), marquera la fête de la Saint-Michel. Vous pouvez observer le ciel ce soir-là, l'effet est saisissant.

C'est le 17 janvier, à minuit, que le Dragon se redresse, indiquant le passage invisible d'une ligne tellurique recoupée alors précisément par le tracé du méridien terrestre.

17 janvier à Saint Sulpice

La ligne du 17 janvier et Rennes-le-Château





ADELA a remarqué l'étrange ressemblance de l´angle de la plume sur l'autoportrait de POUSSIN et de la lance du Saint Michel peint par DELACROIX.

La lance de Saint Michel (DELACROIX) avec la plume de POUSSIN



Les églises érigées sur des lieux élevés sont très souvent dédiées à Saint-Michel. Cf le Mont Saint-Michel, le tertre Saint-Michel de l'île de Bréhat ... L'étude géobiologique d'un tel lieu de culte en hauteur dédié à Saint-Michel n'est pas du au hasard : les réseaux sont nombreux, se croisent sous l'autel, présence de réseaux sacrés et de cheminées cosmo-telluriques. Le tellurisme du lieu se manifeste sous la forme légendaire de la vouivre.



Vouivre, Wivre, autrefois Guivre (XI° - XII° S.)
Origine : Ekhidna en grec, Vipera en latin.

Elle est la représentation, sous forme d’animal plus ou moins « fabuleux », de l’énergie de la Terre - l’une des composantes animant tout être vivant. Elle « serpente » et ne stagne pas, elle « court sous terre ».

Dans les églises romanes, on la voit représentée sous forme de « serpent femelle » (qui se recharge au contact de la terre) - ou de « sirène », au point d’entrée des énergies de la terre dans le lieu.

Le Montet (03) - Les serpents entrelacés du portail de l'église

Hauts-lieux cosmo-telluriques


Et on la voit également, mais ailée, pour représenter l’entrée des réseaux solaires dans ces mêmes églises.
La manifestation de l’énergie de la Guivre y est toujours équilibrée par une force cosmique complémentaire.

Dans la tradition iconographique, le Gardien des énergies de la Terre est représenté sous forme de l’archange Michel terrassant le Dragon (mais sans le tuer ou détruire). Tandis que l’annonciateur de la force cosmique d’involution est représenté par l’archange Gabriel.