Le 17 janvier ... à Saint Sulpice

Retour

Lors de l'un de ses voyages à Paris, l'abbé Saunière aura-t-il songé à y rechercher le point indiquant le passage de ce méridien ?
Rien n'interdit de penser qu'il l'ait effectivement trouvé, là où on le voit encore, sur l'obélisque de pierre qui dressé sur son piédestal occupe l'angle nord du transept de l'église Saint-Sulpice.
Coordonnées 48° 51' 03Nord - 2° 20' 03Est

Piédestal (effacé) du gnomon de Saint-Sulpice



Le texte sur le gnomon est en partie effacé :

OPUS D. O. M. SACRUM. REGIIS AUSPICIS LUDO
VICI XV. IN HANC BASILICAM MUNIFICI. FAVORE
PRAESIDOIQUE. D. J. FRED. PHILIPPEAUX. C. DE
MAUREPOIS. REGNI ASMINISTRI. EJUSDEM.
TEMPLI AEDITUI PRINICIPIS. NEC NON D.
PHILIP/ ORRI. REGNI ADMINISTRI. REGIORUM.
AERARII
(Une amphore) AERDIFICORUM (une amphore)
PRAEFECTI PRIMARII ELABORAVIT. REGIAE

En dessous de ce texte figuraient le signe du Zodiaque des Poissons, un hexagone avec une lune et la lettre H. Du coté gauche du Gnomon le signe du Scorpion a été également effacé.

Jean-Baptiste Languet de Gergy (1675-1750), curé de Saint-Sulpice, est l'instigateur de la construction du gnomon en 1737. Afin de calculer la date de Pâques, mobile sur le calendrier, il voulait établir la date des équinoxes car la fête de Pâques doit être célébrée le dimanche suivant la première pleine lune après l'équinoxe de printemps.

Suivant les saisons, le soleil passe à midi plus ou moins haut sur l'horizon. En conséquence, le disque de lumière franchit la ligne méridienne en des endroits différents suivant les saisons : depuis la plaque de marbre dans le transept sud au solstice d'été, jusqu'à l'obélisque au solstice d'hiver, en passant par la plaque de cuivre ovale derrière la table de communion aux équinoxes de printemps et d'automne.

Gnomon de Saint-Sulpice



Sur ce gnomon astronomique, une ligne verticale médiane partage le fût de pierre, coupant une étroite ligne transversale sous laquelle on voit, gravés, les deux symbôles zodiacaux : Sagittaire (flèche) et Verseau (eau). Serait-ce ici l'explication de l'énigme présentée par cette pierre que Saunière fit transporter dans son ancienne serre ? "In Medio Linea Ubi M Secat Linea Parva" Au milieu la ligne où M coupe la ligne plus petite. C'est donc que l'abstraction secrète qui devrait figurer entre Sagittaire et Verseau serait le signe du Capricorne. (Maurice Guinguand - L'or des Templiers)

Le soleil remonte à la verticale le long du gnomon de l'église Saint-Sulpice à Paris et vient frapper le symbole du capricorne en forme d'alpha vers le haut du gnomon le 21 décembre au solstice d'hiver.

On a vu que le gnomon de Saint Sulpice permet de déterminer le rythme des solstices et équinoxes, mais également de détecter le moindre écart imprévu, signe d'un boule-versement.

C'est ce signe céleste que surveillent ceux qui pensent que "Par ce signe tu vaincras" (In hoc signo vinces).



Le 17 janvier

Ce n'est pas par hasard que le calendrier a fixé la fête de Saint Luc (accompagné de son Boeuf) au 18 octobre, quand la constellation du Bouvier occupe l'orient au lever du jour.
Vingt-six jours avant, la constellation d'Hercule, aura occupé cette même place, tandis que huit jours plus tard soit le 29 septembre, la constellation du Dragon, la tête en bas, marquera la fête de la Saint-Michel (Saint Michel terrassant le Dragon).

Or c'est le 17 janvier, à minuit, que le Dragon se redresse, indiquant le passage invisible d'une ligne tellurique recoupée alors précisément par le tracé du méridien terrestre.
Le 17 janvier, entre 12h50 et 13h10, à midi vrai, 6 à 7 cercles de lumière viennent à leur tour frapper le gnomon sur le fil de cuivre matérialisant le Méridien de Paris.

17 janvier à Saint-Sulpice



La Constellation d'Orion est la constellation caractéristique d'Hiver qui se voit presque toute la nuit durant cette période, car elle se positionne sur le cercle de l'Equateur celeste... Si l'on tient compte de l'Ecliptique (le cercle où se trouve les Constellations du Zodiaque), elle est visible de novembre à avril et Orion culmine dans le Ciel (plein sud ) vers le 17 Janvier.

Le 17 janvier, Sirius se lève en même temps que le Soleil se couche, elle est invisible noyée dans la lumière solaire et trop basse à l'horizon. Avant le 17 janvier, le Soleil se couche avant que Sirius ne se lève. Donc on peut observer son dernier lever héliaque-acronyque le 16. Après le 17 janvier, le Soleil se couche après le lever de Sirius. Sirius est déjà levée lorsque le Soleil se couche. On peut la voir apparaître basse vers l'horizon dans les lueurs du crépuscule par exemple le 19 janvier. Regardez le ciel en début de soirée vers le sud-est. Vous y verrez une étoile bien brillante : Sirius. Sirius se situe sur l'hexagone d'hiver, centré sur Orion, dont il occupe l'angle sud-ouest. Cette étoile est dans le prolongement sud des "trois rois mages" qui forment le baudrier d'Orion.



Au solstice d'été (solstitium aestivum), le soleil frappe la plaque de marbre dans le transept sud.

la plaque de marbre dans le transept sud au solstice d'été



Le 23 septembre, jour de l’Automne, les rayons du Soleil devraient éclairer la marque ovale placée devant l’autel, sur la ligne liée au fameux gnomon, au centre de l’Eglise Saint-Sulpice, comme ils l’avaient déjà fait 6 mois plus tôt, le jour du Printemps.



Plan de l'église de Saint-Sulpice

La croisée du Transept est située à 48° 51' 03 N - 2° 20' 05 E

Plan de Saint-Sulpice



Les secrets de Saint Sulpice





La chapelle des Saints Anges

VII - "Voilà la septième sentence qu'une main avait tracée : RETIRE MOI DE LA BOUE, QUE JE N'Y RESTE PAS ENFONCE." (Serpent Rouge)




"Je savais maintenant ce secret fabuleux. Et merveille, lors des sauts des quatre cavaliers, les sabots d'un cheval avaient laissé quatre empreintes sur la pierre, voilà le signe que DELACROIX avait donné dans l'un des trois tableaux de la chapelle des Anges." (Serpent Rouge)

Le Serpent Rouge



Les fresques de la chapelle des Saints Anges d'Eugène DELACROIX (1798-1863)

Le Combat de Jacob et de l'Ange, peint par Eugène DELACROIX, est exposé dans la Chapelle des Saints Anges à Saint-Sulpice.
La traversée du Yabboq;
Combat d'Orion contre le Taureau.

Le Combat de Jacob et de l'Ange



Héliodore chassé du Temple, peint par Eugène DELACROIX, est exposé dans la Chapelle des Saints-Anges à Saint-Sulpice

Héliodore chassé du Temple



Saint Michel terrassant le dragon, peint par Eugène DELACROIX

Saint Michel terrassant le dragon



Jean-Jacques Olier avait obtenu la cure de Saint-Sulpice à Paris par le père de Condren, l'un des discrets fondateurs de la Compagnie du Saint-Sacrement. Il avait été préparé au sacerdoce par saint-Vincent-de-Paul, directeur de conscience d'Anne d'Autriche et fondateur des Enfants de Saint-Vincent-de-Paul.

La Compagnie du Saint-Sacrement





Le 17 janvier 2003, dans l'église Saint Sulpice de Paris, un cinéaste anglais s'approcha de moi et me dit : Narbonne pouvait se transcrire en hebreu "Ner binah" qui signifie "lumière de l'intelligence", et pouvait ainsi se comparer à Babylone. "Le commencement de la Sagesse, c’est : acquiers la sagesse (Hokhmah) et avec tous ces biens acquiers l’intelligence (Binah)" (Proverbes 4, 7). La qualité attribuée à Binah est le Silence. La communauté juive de Narbonne (la plus importante de France) avait en 1306 été spoliée par la Royauté. Il a ensuite évoqué des Bergers juifs - les Bergers d'Arcadie - , qui occupaient jadis cette région du sud de la France qui s'appelait la Septimanie et auxquels était liée l'affaire de Rennes-le-Château.

Les Bergers d'Arcadie (POUSSIN - 1640)





Ligne du 17 janvier et Rennes-le-Château

La ligne du 17 janvier et Rennes-le-Château