Tableau précédent Retour liste des tableaux Tableau suivant

Les Quatre Saisons
L'été ou Ruth et Booz
Nicolas POUSSIN - V. 1660/1664

L'été, peint par Nicolas POUSSIN v. 1660/1664 pour le duc de Richelieu.
 La rencontre de Ruth (agenouillée) et Booz (riche vieillard) qui engendreront la lignée de David d'où est issu le Christ.



La rencontre de Ruth (agenouillée) et Booz (riche vieillard) qui engendreront la lignée de David d'où est issu le Christ. Ruth enfante un fils, Obed, qui est le père de Jessé qui est le père de David.

Chaque tableau de la série des "Quatre Saisons" de Nicolas POUSSIN représente une des extrémités de la croix en forme de X centrée sur un lieu de la région des 2 Rennes (RLC et RLB).



Ce tableau de l'Été contient des symboles splendides de bonheur et d'harmonie majestueuse, des épousailles en Booz et en Ruth, du peuple d'Israël et de l'étrangère, de l'homme et de la femme, de Dieu et de l'humanité, de la référence biblique et de la référence païenne, du symbole des blés superbes, aussi hauts que l'humanité même, où une interprétation chrétienne controversée voit une allusion au pain eucharistique.

Cette histoire reflète le début d’une civilisation agricole et sédentaire. Des institutions juridiques sont intégrées à la vie quotidienne, comme celle de la glane et celle de la "gueoula", droit de rachat. La première offre aux pauvres l’accès aux champs pour ramasser les gerbes tombées lors de la coupe. La deuxième permet au propriétaire qui a dû se dessaisir de ses biens, à la suite de circonstances malheureuses, de les voir rachetés par un parent aisé pour les lui restituer.



Voici l'histoire de Ruth et Booz :

A la fin du XIIe siècle, il y a une famine à Bethléem. Un homme, Elimelek, émigre au pays de Moab (visible de Bethléem), avec sa femme Noémie et ses deux fils. Elimelek meurt là-bas. Ses deux fils, qui ont épousé deux Moabites, Ruth et Orpa, meurent eux aussi, dix ans plus tard. Accablée par tous ces malheurs, Noémie décide de regagner Bethléem et propose à ses belles-filles de "refaire leur vie". Les deux belles-filles pleurent, refusent d’obtempérer. Noémie insiste. Orpa la quitte dans les larmes. Ruth préfère rester avec sa belle-mère. Noémie et Ruth partent donc toutes deux à Bethléem.

C’est le début de la moisson. Ruth va glaner des épis dans un champ, derrière les moissonneurs. Par chance, ce champ appartient à Booz, un parent d’Elimelek qui s’enquiert de la glaneuse. Revenant le soir auprès de sa belle-mère, Ruth raconte sa rencontre avec Booz. Noémie bénit le ciel pour la bonté du Seigneur et lui explique le devoir de rachat de Booz envers elle-même. Inquiète pour sa belle-fille, elle veut lui trouver une situation au sein de ce peuple de Bethléem et lui conseille : « Lave-toi donc, parfume-toi, mets sur toi ton manteau et descends au champ cette nuit. Couche-toi aux pieds de Booz, il t’indiquera ce que tu auras à faire. »

Booz est surpris de voir Ruth dans la nuit. Elle lui rappelle son droit et son devoir de "goël" (racheteur). Il est frappé par sa probité. Il est vieux ; elle pourrait aller vers un homme jeune mais elle préfère offrir ainsi une descendance à Noémie. Booz rachète pour Noémie tout ce qui appartenait à Elimelek et épouse Ruth pour que ne soit pas effacée la descendance de son parent.