Tableau précédent Retour liste des tableaux Tableau suivant

Les Quatre Saisons
L'automne ou la grappe de la terre promise
Nicolas POUSSIN - V. 1660/1664

L'automne, peint par Nicolas POUSSIN v. 1660/1664 pour le duc de Richelieu;
anamorphose;
RAISIN=SANG=GRAAL


L'automne ou la grappe de la terre promise a été peint par Nicolas POUSSIN v. 1660/1664 pour le duc de Richelieu.
Vers - 1300 Moïse fait sortir les juifs d'Egypte et les conduit jusqu'à la Terre Promise (pays de Canaan).

La Bible de Jérusalem
Nombres, chapitre 13
Moïse envoie des représentants des 12 tribus reconnaître le pays de Canaan :
Nb 13:23 Ils parvinrent au val d'Eshkol ; ils y coupèrent un sarment et une grappe de raisin qu'ils emportèrent à deux, sur une perche, ainsi que des grenades et des figues.
Nb 13:24 On appela ce lieu val d'Eshkol, à cause de la grappe qu'y avaient coupée les israélites.



Chaque tableau de la série des "Quatre Saisons" de Nicolas POUSSIN représente une des extrémités de la croix en forme de X centrée sur un lieu de la région des 2 Rennes (RLC et RLB).



Certains voient dans ce paysage une ressemblance avec la petite vallée près du Ruisseau des Couleurs. Située en face de la tour Magdala de l'autre côté de cette vallée se trouve la grotte du Fournet dite de la Madeleine.



La Bible de Jérusalem - Nombres, chapitre 13



Cette énorme grappe eucharistique, démesurée, était dans un "rapport d'échelle" (Pi ou Phi ?) au sens de mesure, par rapport à une grappe de taille "normale".

Eshkol et Echelle auraient-ils la même origine ou la même signifiance ?
S'agirait-il d'une échelle pour servir de commune mesure à toutes les distances sur une carte ?
Ou de l'échelle symbolique que Jacob vit en songe et qui allait de la terre au ciel ?
Projection ciel-terre qui permet de trouver la terre promise ?

Ce "rapport de mesure" ne peut être basé que sur Pi et le Nombre d'Or qui est la Divine Mesure (Ecriture D.M. de Nostradamus).

Par analogie : RAISIN=SANG=GRAAL.



Le hameau de Saint Salvayre (Saint Sauveur)

A 6 Km d’Alet, sur le chemin des cimes, à une altitude de 756 m, le hameau de St.Salvayre, l’ancien grenier à blé de l’abbaye d’Aleth, recèle une pittoresque chapelle médiévale dont l’apparente simplicité cacherait en fait un de ces monuments énigmatique dont les corporations des anciens bâtisseurs avaient le secret.
Huit sculptures zoomorphiques et anthropomorphiques ornent chaque angle de l’édifice. En entrant on se trouve face aux trois têtes sculptées des angles sud, sud-ouest, ouest de la chapelle. Le regard des "gardiens du seuil" semble suivre le visiteur.

Il existait jadis une procession qui montait depuis Aleth pour rendre hommage au Saint Sauveur.

Réalisant que nef et transept de l’église formait une croix symétrique, des esprits intuitifs ou imaginatifs ont pu spéculer sur le fait que le plan original de l’édifice a été construit à partir d’un "rectangle carré"; c’est à dire que la croix que forme le sanctuaire sur le plan est inscrite dans un rectangle dont le rapport entre sa largeur et sa longueur est égal entre la longueur des côtés d’un carré avec la diagonale de ce carré et dont les côtés mesurent la même longueur que la largeur du "rectangle carré" (rapport entre L et l. d’un Rectangle Carré = racine carrée de 2 = 1,414).

A 900 m au nord-nord ouest de la chapelle, un petit menhir (la Pierre Droite) est dit "en raisonnance" avec la chapelle. Il existerait 3 menhirs au lieu dit Saint-Salvayre. Pierre Druidique.

"Le hameau de Saint Salvayre a encore d’autres curiosités à présenter au touriste qui a le courage de venir le visiter. A environ un kilomètre au nord de l’agglomération, en bordure du plateau qui domine le ravin d’Arce, se trouve un menhir déjà signalé par M.Germain Sicard. La pierre prismatique quadrangulaire est plantée au bord du chemin de Vendémies, légèrement penchée vers le Nord-Est. Sa plus longue arête mesure 1m.50 et sa plus courte 1m.38. La hauteur de l’extrémité au-dessus du sol est de 1m.40. On remarque au sommet, le trou de scellement d’une croix qui le surmontait autrefois." (COMPTE RENDU D’UNE EXCURSION A SAINT SALVAYRE - Dr Boyer - 1941)

L'église de Saint Salvayre (à 6 km d'Alet) et le Rocher de l'Aigle





Le rocher de l'Aigle

Le rocher de l'Aigle quant à lui est situé au sud-sud ouest, à quelques centaines de mètres du hameau de St Salvayre (St Sauveur).

"L’archéologue pourrait encore visiter à quelque distance en contre-bas du menhir, les ruines de la tour d’Arce, qui n’ont pas encore été étudiées, explorer sur les pentes du ravin de Lavalette, deux grottes, dont l’une présente des traces de fortifications et s’arrêter au retour pour voir les éboulis de la Vieille-Eglise, qui livreraient peut-être le secret de l’origine des sculptures romanes de l’église de Saint Salvayre." (COMPTE RENDU D’UNE EXCURSION A SAINT SALVAYRE - Dr Boyer - 1941)

Par anamorphose, le tableau révèle de curieux éléments :
  • grotte (vers laquelle on porte le raisin),
  • rocher en forme de tête d'aigle (A ce sujet, relire le passage sur Saint Augustin page 98 dans la VLC de BOUDET.),
  • croix ansée (ankh, symbole de la planète Vénus),
  • chiffre 4 ...

    L'automne par anamorphose



    Sur le tableau, une échelle est disposée contre un arbre (pommier), inclinée comme il se doit pour descendre dans un puits et accéder au Graal symbolisé par le sarment de vigne. L'entrée du souterrain se trouve au rocher de l'Aigle (entrée de Montsalvasche à St Salvayre). Par anamorphose les 2 becs d'aigle se font face. Le tombeau de Jésus-Christ (mort en +68) aurait été caché à cette époque dans ce souterrain.

    A remarquer également le 4 formé par l'échelle, le pommier et la perche qui est utilisée pour porter l'énorme grappe de raisin.

    SIGNE DE CROIX (4)