Tableau précédent Retour liste des tableaux Tableau suivant

Le Voeu de Louis XIII
INGRES (1821-1824)

Le voeu de Louis XIII, peint par INGRES



Le 10 février 1638, Louis XIII consacrait la France à la Très-Sainte Vierge Marie.

Louis XIII, roi de France, fit voeu, s'il matait la rébellion protestante de La Rochelle et si un héritier était donné à la Couronne de France, de consacrer sa personne, sa famille et le royaume à la Sainte Vierge Marie en son Assomption. Le roi et son épouse, la Reine Anne d'Autriche, furent éxaucés : La Rochelle se rendit ; un héritier nacquit, Louis Dieudonné, le futur Louis XIV... Louis XIII tint la promesse faite à Marie et consacra, le 10 février 1638, sa personne, sa famille ainsi que le royaume de France à la Très Sainte Vierge, sous son vocable de Notre Dame de l'Assomption.

Extrait de la Consécration de la France à la Sainte Vierge par Louis XIII : "() A ces causes, nous avons déclaré et déclarons que, prenant la très sainte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre état, notre couronne et nos sujets, la suppliant de nous vouloir inspirer une sainte conduite et défendre avec tant de soin ce royaume contre l'effort de tous ses ennemis, que, soit qu'il souffre le fléau de la guerre, ou jouisse de la douceur de la paix que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, il ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire. Et afin que la postérité ne puisse manquer à suivre nos volontés à ce sujet, pour monument et marque immortelle de la consécration présente que nous faisons, nous ferons construire de nouveau le grand autel de l'église cathédrale de Paris, avec une image de la Vierge qui tienne entre ses bras celle de son précieux Fils descendu de la croix ; nous serons représenté aux pieds du Fils et de la Mère, comme leur offrant notre couronne et notre sceptre ()".

Quant à la fête de l'Assomption, le 15 août, elle est officiellement, depuis le voeu de Louis XIII, une fête nationale française.

Peint par Jean Auguste Dominique Ingres, "le Voeu de Louis XIII" est l'une des toiles les plus célèbres de l'artiste né à Montauban. A genoux, les épaules couvertes d'un manteau royal à fleurs de lys, Louis XIII tend les bras et, dans un geste presque théâtral, offre son sceptre et sa couronne. Inspirée de Raphaël, la Vierge portant l'Enfant Jésus occupe l'espace supérieur du tableau.

Cette composition se divise naturellement en trois parties bien distinctes, le roi, la Vierge et les anges. Il s'agissait d'exprimer dans le visage du roi la ferveur et l'espérance; il fallait trouver pour Louis XIII suppliant une attitude qui sût concilier la majesté royale et l'humilité chrétienne.
L'attitude de Louis XIII exprime bien la résignation et la prière. Le sceptre et la couronne qu'il tient dans ses mains et qu'il offre à Marie, caractérisent nettement le sujet de son vœu.
La Vierge, qui abaisse ses regards sur le roi suppliant, est d'un grand caractère.



Sur l'inscription commémorant le voeu de Louis XIII portée par deux chérubins (les chérubins ont 2 ailes), figure A.R.S.H. juste en-dessous de LUDOV. XIII

La constellation du lièvre est facile à trouver au Sud d'Orion et à l'Ouest de l'étoile Sirius. Alpha du Lièvre porte le nom de Arneb (lièvre), mais elle fut aussi appelé Arsh !

Un lien peut être établi entre le lièvre=lune=trésor et l'arche d'alliance (arsh).

Le Coran parle du "Trône de Dieu" en employant le mot "al-'arsh".

"C'est pour cela qu'ils sont devant le trône de Dieu, et le servent jour et nuit dans son temple." (Apocalypse 7:15) Apocalypse 4:5 nous informe qu'il y a 7 lampes qui brûlent devant le trône de Dieu et qui sont les 7 Esprits de Dieu. Ézéchiel 1:10 décrit les 4 Créatures Vivantes. Chacune des 4 Créatures Vivantes est responsable d'un quart de cercle ou d'un secteur de responsabilité sur la création de Dieu. Apocalypse 4:4 nous dit qu'il y a un conseil de 24 anciens parés dans des robes blanches avec des couronnes d'or sur leurs têtes et qui sont assis sur 24 trônes autour du trône de Dieu. Le conseil extérieur inclut les 40 autres Anciens pour un total de 70 en tout.

Les chérubins sont incorporés aux ornements de l'arche de l'alliance, du tabernacle et du temple. Ils sont souvent présentés comme les gardiens du trône de Dieu.

Commandée en pleine Restauration catholique par les autorités du Tarn et Garonne, l'oeuvre est réalisée entre 1821 et 1824 dans son atelier de Florence, en Italie. En 1826, le tableau d'Ingres, "le Voeu de Louis XIII", prend place dans la cathédrale de Montauban.

Selon différentes sources, l'Arche d'Alliance contiendrait le bâton d'Aaron, un pot de manne et les tablettes en pierre du Décalogue, les dix commandements. Sur cet autre tableau "Jésus au milieu des docteurs", que nous montre Jésus au-dessus de sa tête ?

Les piliers ressemblent fortement à ceux de Rosslyn Chapel dont le célèbre pilier de l'apprenti.

Rosslyn Chapel et le Temple de Salomon



Jésus au milieu des docteurs, peint par INGRES



"(...) Si nous insistons sur cette idée, c'est que la religion de l'art, dont il fut le prêtre le plus fervent, a donné à Ingres un aspect vraiment pontifical : il a toute sa vie gardé l'arche sainte, et porté les tables de la loi."
L'Artiste, " Ingres. ", 5 avril 1857

L'Arche d'Alliance



En 1611, Louis XIII donne mission à Jean Vauquelin des Yvetaux, lieutenant-général en Languedoc, de rendre impraticable une série de galeries et de souterrains dans la région de Rennes. En octobre 1661, Jean de Loret, poète et échotier, évoque, dans sa Gazette burlesque, la découverte partielle d'un trésor dans le diocèse d'Alet. Blaise d'Hautpoul, seigneur de Rennes et l'évêque Nicolas Pavillon, s'en disputant la propriété.