Les Maisons du Temple dans la Somme

Retour

Borne templière à Fontaine-sous-Montdidier



°ABBEVILLE (80/Somme) 80100
Abbeville, capitale de la Picardie Maritime, située à 15 Km de la Baie de Somme, la petite Camargue du nord, ouvre un large éventail de côtes sur 60 Km. "Abbatis villa" (domaine rural de l'Abbaye) est cité pour la première fois en 831 comme possession de la grande abbaye carolingienne de Saint-Riquier. Mais l'histoire de cette "villa" ne commence qu'à l'époque de Hugues Capet : elle devient vers 991 une bourgade entourée de fossés et de murailles et protégée par un château. Les croisés se réunissent en 1096 avant le départ en croisade prêchée par Pierre L'Ermite. Dés 1130, Abbeville est érigée en commune. En 1184, le Comte Jean de Ponthieu confirme solennellement par une charte, l'affranchissement de la ville. Le XIème siècle marque le début d'une prospérité économique grâce au commerce maritime, la Somme permettant alors la navigation de gros tonnages jusqu'au port d'Abbeville avec l'Espagne, l'Angleterre et les pays de l'Europe du nord. A nouveau en 1190 les croisés se rassemblent pour un nouveau départ en croisade. A l'angle de la place du Pilori, on aperçoit sur une maison du XVIème siècle, maison à étage à encorbellement, sur l'angle, une sculpture représentant un pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle. Avant le n°1, on peut encore voir une ancienne ruelle, devenue Impasse de la Commanderie, où était située la Commanderie de l'Ordre des Templiers. En 1307, les Templiers d'Abbeville furent arrêtés et mis en prison à Picquigny.

°ACHEUX-EN-VIMEU (80/Somme, arr. Amiens) 80004
La Maison du Temple d'Acheux-en-Vimeu était sous la juridiction de la Commanderie majeure °Oisemont. Lieu-dit "L'Hôpital".

°AIMONT (comm. de CONTEVILLE, 80/Somme, cant. Crécy) 80370
Au nord-ouest d'Amiens, seule la chapelle des Templiers subsiste de l'importante exploitation agricole que détenaient les Templiers de la Commanderie principale d'Aimont située sur le chemin de Caen à Mortagne. La maison d’Aimont, entre Conteville et Cramont, dépendait de la Maison de Bellinval.

°AMIENS (80/Somme) 80010
Dès l'origine, les communautés humaines se sont installées au bord des cours d'eau, dont elles ont souvent utilisé le nom : Samarobriva pour Amiens (le pont sur la Somme)… On voit sur le portail de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens deux Chevaliers s'abritant à deux derrière un écu à l'escarboucle, comme à Chartres. La statuaire des portails de la façade était à l'origine entièrement peinte et dorée. Amiens servit de prison aux Templiers. Voir °Pontivi et °Somorens.

°BAZINCAMPS (comm. de AIRAINES, 80/Somme, arr. Amiens, cant. Mollins-Vidame) 80270
L'existence d'une maison du Temple à Bazincamps, au nord-est d'Airaines vers Courchon, sur un petit affluent de la Somme, nous est connue par une charte du mois d'octobre 1246, émanée de Hugues, seigneur de Courchon, par laquelle il déclare avoir donné aux frères de la chevalerie du Temple, tout le rouon ou droit de rivière avec la juridiction qui en dépendait, compris entre le manoir du donateur et la maison du Temple de "Basincamps".

°BEAUCOURT-SUR-L'HALLUE (comm. de MONT-ROTI, 80/Somme) 80260
Beaucourt-sur-l'Hallue, à l'est de la route d'Amiens par Villers-Bocage, était au Moyen Age le siège d’une seigneurie relevant de Daours. Selon une tradition locale, existait à Beaucourt-sur-l'Hallue, près de Villers-Bocage, un couvent de Templiers dont les moines étaient fort dépravés, sauf un seul, le frère Jean.
Un Templier de Beaucourt, nommé frère Jean, qui au rebours de ses compagnons dissolus se faisait remarquer par sa piété, s'étant un jour retiré dans le bois voisin, entendit au pied de l'arbre près duquel il était à genoux la voix d'un pinson, qui lui parut si mélodieuse qu'il souhaita de rester là deux cents ans à l'écouter. Dieu exauça sa prière et fit pousser autour de lui une épaisse frondaison. Les deux cents ans révolus, l'oiseau cessa de chanter, et le Templier reprit le chemin du couvent, sans se douter du temps qu'il avait passé. Il trouva le monastère bien changé et vint frapper à la porte. Comme le frère tourier, qui portait un habit monastique inconnu au Templier, lui demandait son nom, il répondit qu'il était le frère Jean, et qu'il était sorti une heure auparavant pour aller prier Dieu dans les bois. On le fit entrer, et l'on vit, en compulsant les archives, que bien des années auparavant, avant le supplice des Templiers, un certain frère Jean avait disparu subitement.

°BEAUVOIR (comm. de BLANCHE-ABBAYE, 80/Somme, cant. Abbeville) 80100
La Commanderie de Beauvoir-l'Abbaye (Beauvoir-lès-Abbeville) située sur la commune de Blanche-Abbaye était sous la juridiction de la Commanderie majeure °Oisemont. La Commanderie du XIIème siècle, appartenant d’abord aux Templiers, puis à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem après 1311, avait plusieurs membres : la maison d’ °Abbeville, la maison de °Bellinval (Brailly-Cornehotte), la maison d’ °Aimont, la maison de °Bazincamps, la maison de °Forest-l’Abbaye, Le fief de Menauval relevait de la Commanderie, en 1249; il était situé près des cultures du Temple. Le domaine comprenait au XIVème siècle : un bel hôtel, résidence du Commandeur, une chapelle et ferme y attenant, le tout construit sur 25 journaux de terre, à l’angle formé par la rencontre des chemins d’Abbeville à Crécy, et de Saint-Riquier à Buigny ; 816 journaux de terre, dont partie sur Drucat, Buigny-Saint-Maclou, Menchecourt et la Bouvaque (Abbeville) ; 60 journaux de bois. La Commanderie fut détruite durant les guerres du XVème siècle ; on ne releva que la chapelle et la ferme, et le Commandeur s’établit dans son hôtel d’Abbeville.

°BELLE-EGLISE (comm. de ARQUEVES, 80/Somme, cant. Acheux) 80560
Tout au sud du Beauvaisis, entre Méru et Chambly, sur la commune de Belle-Eglise à l'est d'Arquèves, les Templiers de °Sommereux possédaient la terre et seigneurie de Gandicourt, dans le hameau de Gandicourt. Il y avait dans la cour de la maison de Gandicourt une chapelle dédiée à Saint-Sébastien, où le curé de Belle-Eglise disait la messe un jour par semaine. Il reste une ferme et une tombe près de l'église. Elle est une des dernières acquisitions que les Templiers firent avant la suppression de leur Ordre. Cette terre appartenait à la fin du XIIIème siècle, à Oudart de Chambly, seigneur de Gandeluz. Des lettres du roi Philippe, du mois de janvier de l'année 1300, accordèrent aux commandeur et frères de la chevalerie du Temple de Sommereux, l'amortissement de la vente à eux faite par le seigneur Oudart et Jeanne de Villarceaux, sa femme, de tout ce qu'ils possédaient en la ville de Gandicourt, paroisse de Belle-Eglise ("in villa de Gondencourt parochie de Bella Ecclesia"), au diocèse de Beauvais, en terres, vignes, bois, champart, cens et rentes seigneuriales, et qui formait la terre et seigneurie de Gandicourt avec les fiefs qui en dépendaient, savoir : le fief de Saint-Pol, le fief Butard, et le fief Houder ou Houdar. Les Maisons de °Festonval et de °Senlis dépendaient de la Maison de Gandicourt. A peu de kilomètres se trouvait également la Commanderie de °Messelan. Les muches d'Arquèves Une muche est un souterrain refuge. Ces réseaux sont creusés en temps de guerre pour protéger la population. C'est dans le nord de la France, au XVIème et XVIIème siècles que les muches vont être inventées. Véritables villages souterrains avec rues et habitats, ces réseaux immenses protégeaient villageois mais aussi animaux, fourrage, denrées alimentaires diverses et toute richesse à préserver des pillards.

°BELLINVAL (comm. de BRAILLY-CORNEHOTTE, 80/Somme, arr. Abbeville, cant. Crécy-en-Ponthieu) 80150
Les Templiers possédaient un fief et une Maison à Bellinval sur la commune de Brailly-Cornehotte. Cette Commanderie dépendait de la Commanderie majeure °Waben, rattachée à la Commanderie régionale °Doullens. Le mardi 7 avril 1310 comparut Frère Mathieu de Cresson-Essart précepteur de la Maison de Belleyvial (Bellinval ?) du diocèse d’Amiens. De Bellinval dépendait la maison d’ °Aimont, entre Conteville et Cramont.

°BONNEVILLE (80/Somme) 80670
C'est environ au VIIIème siècle que fût mentionné pour la première fois le nom de "Bonna-villa", Bonneville en Somme. Dans une grande clairière de l'immense forêt de La Vicogne, allant de Bapaume à l'Etoile et de Outrebois à Naours, les bénédictins de Corbie firent édifier un manoir à l'emplacement du château actuel. En 1197, les Templiers installés à Fieffes à l'ouest de Bonneville succèdent aux Bénédictins et font de Bonneville une succursale. L'Ordre des Templiers fût supprimé en 1311 par le Pape Clément V. Leurs biens passent aux mains des Hospitaliers de St Jean de Jérusalem. Le maître prend alors le titre de Commandeur de Fieffes et Bonneville.

°ECOREAUX (comm. de FRESNOY-ANDAINVILLE, 80/Somme, cant. Oisemont) 80140
Il subsiste de la chapelle templière de la Commanderie principale d'Ecoreaux, proche de la Commanderie de °Sommereux en Picardie, une nef du XIIIème siècle voûtée en ogives et une porte en plein cintre encadrée de trois boudins reposant sur des chapiteaux ; elle est en partie écroulée. Sur la carte de Cassini, Ecoreaux est noté "Les Carreaux".

°FONTAINE-SOUS-MONTDIDIER (80/Somme, cant. Montdidier) 80500
Les Templiers possédaient le domaine de la Commanderie de Fontaine (Fontaine-sous-Montdidier), à l'ouest de Montdidier (D26).

°FOREST-L'ABBAYE (80/Somme, arr. Abbeville, cant. Nouvion-en-Ponthieu) 80150
Forest-l'Abbaye est situé à 12 Km au nord d'Abbeville, à 18 Km de la Baie de Somme. L'existence du village, autrefois appelé "Forestis" (puis "Forest", "Forêt l'Abbay", "Labye", "l'Abée"), remonte à l'an 797, époque où il n'était qu'un manoir dépendant de Saint-Riquier. Vers 1209, les Templiers, installés par le seigneur de Nouvion, y établissent leur Commanderie Forest-l'Abbaye à l'orée de la forêt de Crécy (Crécy-en-Ponthieu). Forest-l'Abbaye devint hameau de Nouvion en partie et d'autre part dépendant de la Commanderie de °Beauvoir-les-Abbeville. Une rue des Templiers rappelle encore leur présence. "Tout en haut du bourg, derrière le parc paysager, entre une pâture à chevaux et une ferme, la petite église du XIIème siècle met une touche blanche au centre du minuscule cimetière.
Sous des dehors sans fioritures, le bâtiment se distingue à peine d'une maison villageoise, n'était le clocher qui chapeaute son pignon. Derrière cette simplicité de façade, se cache un chœur resté intact malgré la destruction et l'incendie de l'édifice original par les Espagnols en 1635. On situe sa construction entre les années 1160 et 1175. Son architecture marque la transition entre le roman et le gothique. La voûte, hautement incurvée, preuve de son ancienneté, repose ses ogives sur des chapiteaux ornées de feuilles d'acanthe. On peut y admirer un tabernacle du XIIIème siècle en bois; une piscine à vider les burettes, pièce fort rare; un maître-autel en pierre de Senlis (antérieur à la construction de l'église), où l'on peut lire, gravé dans la matière, le signe distinctif des Templiers, à côté d'une carte de France. L'église abritait entre autre quelques reliques de Saint-Blaise, patron des guérisseurs. Une légende prétend qu'un trésor se trouverait enfoui sous le chœur.

°GRAND-SELVE (comm. de BUIGNY-LES-GAMACHES, 80/Somme, arr. Abbeville, cant. Gamaches) 80220
Buigny-lès-Gamaches est situé dans le triangle Le Tréport-Abbeville-Blangy, au nord de Gamaches par la D48. Sur la commune de Buigny-lès-Gamaches en Baie de Somme, sont situés les restes de la ferme et de la chapelle de la Commanderie de Grand-Selve datant du XIIIème siècle. Sur la carte de Cassini, elle est mentionnée "Grand Seves". Il existait aussi un "Petit Seves".

°LA DRUELLE (comm. de LOUVRECHY, 80/Somme, arr. Montdidier, cant. Ailly-sur-Noye) 80250
Louvrechy est située au sud d'Amiens en direction de Montdidier par Ally-sur-Noye. Au sud-ouest de Louvrechy (Lowerchy sur la carte de Cassini), le hameau de La Druelle abritait une Maison templière.

°LA ROSIERE (comm. de NEUVILLE-COPPEGUEULE, 80/Somme, canton Oisemont) 80430
Dans le triangle Neufchâtel-Abbeville-Amiens, la commune de Neuville-Coppegueule abritait la Commanderie de la Rosière appartenant aux Templiers.

°LA VIEVILLE (80/Somme, arr. Péronne, canton Albert) 80300
Laviéville, inscrite "La Vielville" sur la carte de Cassini au sud-ouest d'Albert en direction d'Amiens, était le siège d'une Commanderie de l'Ordre des Templiers.

°LE CATELET (comm. de CARTIGNY, 80/Somme, cant. Péronne) 80200
La Maison des Templiers et la Commanderie sont situés aux lieux-dits "Le Catelet" et "Brusle" de part et d'autre de Cartigny, au sud-est de Péronne (D44). Fondée au début du XIIIème Siècle, cette commanderie possédait une chapelle dédiée à Sainte Catherine et qui fut complètement dévastée par les guerres du XVème Siècle. Entièrement restaurée par les Hospitaliers, elle sert actuellement de grange. On rencontre quelques éléments de la première époque avec le souffle de l'influence locale. Les rares sculptures de la base des culs-de-lampe restent l'essentiel de la construction templière. La voûte a été refaite dans son ensemble. Aujourd'hui l'état de délabrement prépare une ruine certaine et proche comme c'est le cas de beaucoup d'autres commanderies.

°LIHONS (comm. de LIHONS-EN-SANTERRE, 80/Somme, arr. Péronne, cant. Chaulnes) 80320
La petite commune de Lihons-en-Santerre dans le département de la Somme avait une Charte de franchise au Moyen-Âge. C'est sur son territoire que fut édifiée la Commanderie de Lihons appartenant à l'Ordre du Temple, près de Chaulnes. Très bien implantée, elle se trouve au carrefour de l'axe Paris-Lille (A1) et de l'axe Amiens-St Quentin (A29).

°MONTDIDIER (80/Somme) 80500
Montdidier est une ville bâtie à flanc de coteau, qui domine du haut de sa falaise la ville basse et la vallée des Trois-Doms. La ville de Montdidier fut l'une des premières en France à dédier une église au Saint-Sépulcre, édifiée au retour de la première croisade (après 1100). Dès 1199, l'enceinte fortifiée est nettement agrandie par Philippe Auguste. Plus de 2 Km de murailles, une dizaine de tours, sans compter celles des cinq portes doubles avec herse et pont-levis (porte de Paris, de Noyon, de Roye, d'Amiens, Becquerel) rendent la ville imprenable. Hugues de Payns, seigneur champenois résolu à rester défendre les Lieux saints, eut l'idée d'une "Militia Christi", et ainsi fonda l'Ordre des Pauvres Chevaliers du Christ en 1118. L'Ordre comptait au départ neuf membres dont notamment Payen de Montdidier.

°MONTECOURT (comm. de MONCHY-L’AGACHE, 80/Somme, canton Ham) 80200
Les Templiers possédaient une Commanderie à Montecourt sur la commune de Monchy-L'Agache au sud de estrées-Mons et à l'est de Athies.

°MOUFLIERES (80/Somme, canton Oisemont) 80140
Au sud-ouest de Oisemont, les Templiers avaient une Maison à Mouflières.

°OISEMONT (80/Somme, arr. Amiens) 80140
La Commanderie majeure Oisemont avait sous sa juridiction les Commanderies dépendantes : °Beauvoir, °Acheux, °Ecoreaux, °Monfliens, °La Rosière, °Granselve, °Bazincamp, °Roquemont, °Sériel, °Belle-Eglise, °La Vieiville. De °Beauvoir dépendait la Maison d’°Abbeville ; de °Granselvve celle de °Lannoy ; de °Sériel, la Maison de °La Vicogne ; de °Belle-Eglise, celles de °Festonval et de °Senlis. Jean de Sernois, précepteur de °Moissy, a été aussi précepteur du Temple d'°Oisemont dans le diocèse d'Amiens et du Temple de °Soissons. Moulin et maladrerie.

°PONTIVI (80/Somme)
Le jeudi 7 mai comparut le Frère Baudoin de Sancto-Justo, précepteur de Pontivi, du diocèse d’Amiens. Il a été reçu par Robert de Sancto-Justo, son parent, dans la Maison du Temple de °Somorens d’Amiens.

°ROQUEMONT (comm. de LONGUEVILLETTE, 80/Somme, canton Doullens) 80600
Le village-rue de Longuevillette, issu d'un défrichement, se trouve au sud-est de Doullens sur la route de Fienvillers. Les Templiers occupaient la Maison de Roquemont.

°SOMORENS (80/Somme)
Le jeudi 7 mai comparut le Frère Baudoin de Sancto-Justo, précepteur de °Pontivi, du diocèse d’Amiens. Il a été reçu par Robert de Sancto-Justo, son parent, dans la Maison du Temple de Somorens d’Amiens.