Forte implantation templière dans l'Oise

Retour

Commanderie de Neuilly-sous-Clermont



°ALLERE (comm. de NEUVILLE-BOSC, 60/Oise, arr. Beauvais, cant. Méru) 60119
La terre et seigneurie d'Alleré était située à un quart de lieue au sud du chef-lieu de la commanderie d'°Ivry-le-Temple en direction de Neuville-Bosc. Sur la carte de Cassini on distingue Le Grand Alleré et Petit-Alleré. Son domaine consistait en une maison seigneuriale avec basse-cour, se trouvant dans un enclos de huit arpents de terre, aboutissant à la grande rue, et longeant le chemin qui conduisait à Neuville-Bosc. Il y avait de plus une soixantaine d'arpents de terre à labour. Jean, seigneur d'Alleré, par des lettres de l'official de Rouen, du mois d'octobre 1285, avait donné aux commandeur et frères de la chevalerie du Temple, demeurant à Ivry, tout ce qu'il possédait à Alleré ("in villa de Allerio"), en biens immeubles, cens, champart, et la douzième partie de la communauté d'Alleré. De son côté, son père, Raoul d'Alleré, leur avait également donné au mois de décembre de la même année, tout ce qu'il avait à Alleré et à Crennes ("in villa de Allerio et de Crana") à l'est de Neuville-Bosc, y compris son manoir, ses jardins, 33 arpents de terre arable, et la moitié de la communauté d'Alleré avec cinq fiefs. Mais longtemps avant l'époque dont nous parlons, les Templiers avaient déjà des possessions à Alléré. Ils y possédaient le bois de Chenaie ("nemus de Cheneio"), entre "Ivri et Aleroi", qu'ils avaient acheté en 1260 et 1261, de Raoul d'Alléré, et d'un nommé Pierre Josse.

°BARBERIE (60/Oise) 60330
A Barberie, les Templiers avaient un moulin avec une maison et des hôtes. C'était une de leurs premières possessions dans le Valois. Sur la demande d'Adèle, abbesse de Montmartre, ils en firent la cession à son couvent vers le milieu du XIIème siècle, moyennant une redevance de dix muids de froment par an. Cette rente se payait d'abord au commandeur du Temple à Paris. Celui-ci la céda en 1258, au Commandeur de °Lagny-le-Sec, qui ne la reçut pas toujours d'une manière bien exacte. Un jugement du 13 septembre 1437 condamnait l'abbesse de Montmartre à payer à la Commanderie de °Lagny des arrérages de cette rente, qui montaient à 50 livres tournois.

°BEAUVAIS (60/Oise) 60000
La cathédrale de Beauvais, construite par les Templiers, devait être dédiée à Notre Dame quand sa nef aurait été achevée. La Messe de Minuit provoque un changement de rituel. L'office n'est pas célébré au maître-autel mais dans le côté droit du chœur tandis que le côté gauche reste inoccupé. Suivant la tradition qui veut que les Serpents de la Terre ou veines telluriques soient placés sous la protection de la Vierge, le chœur de Beauvais fut édifié sur l'une de ces sources fluidiques, prenant son intensité la plus forte le 22 décembre, à une heure déterminée, confirmée par les constellations du ciel. Les modifications et perturbations provoquées sont alors telles qu'elles obligent à déplacer tout le rituel des offices et, pour éviter les répercussions physiologiques, l'assistance des fidèles est également invitée à suivre. Leur installation dans la nord-est de Beauvais, située rue St Pantaléon, date de 1140-1141. Les Templiers possédaient à Beauvais 17 Maisons : rue des Jacobins, du Poivre Bouilli, du Cellier St Ladre, de la porte de Bresle, de St André, le terrain rue Biot et l'église St Pantaléon. Il y aura lutte d’influence entre Beauvais, baillie dès avant 1190, et °Sommereux, baillie en 1224 sous le magistère d’Haimard.

°BELLAY-EN-THELLE (comm. de NEUILLY-EN-THELLE, 60/Oise, arr. Senlis) 60530
"Noviliacus" vers 960 dépendait alors de la seigneurie de Fresuel (Fresnoy-en-Thelle), il devint Nuylli en 1203, Nuili en 1220, Nuilly en Telles en 1589, puis Neuilly en Thelle vers 1846. Sur le chemin allant de Neuilly-en-Thelle à Chambly, les Templiers possédaient une grange au lieu-dit "Le Belay" sur la carte de Cassini. Mentionnée dès 1232, elle dépendait de la Commanderie de °Cernay, bien que située à proximité de celles de °Beaumont et de °Bernes.

°BELLEVILLE (comm. LE PLESSIS-BELLEVILLE, 60/Oise, arr. Senlis, cant. Nanteuil-le-Haudoin) 60330
C'était un fief que les Templiers acquirent vers le milieu du XIIIème siècle, d'un seigneur, nommé Potel de Aucivalle. Celui-ci, par ses lettres du 1er mai 1266, déclare avoir vendu, pour le prix de 378 livres et 10 sols parisis, aux frères du Temple en France, pour leur maison de °Lagny-le-Sec ("ad opus Domus de latigniaco sico"), sa maison appelée Belleville ("villam que vulgariter vocatur Bella villa"), située entre °Lagny-le-Sec et le Plessis-le-Vicomte (et "Pleisetum vice comitis"), avec 17 arpents de terre arable et toute la ,justice qu'il y avait. Cette vente est approuvée et confirmée, la même année, par Raoul d'Ermenonville et Mathieu de Dammartin, de qui relevait ce domaine. Le fief de Belleville situé près du croisement de la route de Paris et de celle d'Ermenonville, dont la maison n'existait plus au XVème siècle, fut réuni, comme Chantemerle, à la commanderie de Lagny-le-Sec.

°BROQUIERS (comm. FORMERIE, 60/Oise) 60220
Les tonneliers formaient la corporation des charpentiers de tonneaux que l'on appelait aussi broquiers. A l'est de Grandvilliers, sur le chemin de Formerie, les chevaliers de l'Ordre du Temple possédaient une ferme et un fief de haute, moyenne et basse justice à Broquiers (Broquier sur la carte de Cassini). Le domaine templier de Broquiers se situait à 12 Km à l'ouest de la puissante Commanderie-baillie de °Sommereux dont il dépendait. Louis Gravet (1687-1773) est cité comme receveur de la ferme de Broquiers pour la Commanderie de °Sommereux.

°CAMPEAUX (60/Oise, arr. Beauvais, cant. Grandvilliers) 60220
La Maison de Campeaux au sud de Formerie en direction de Samson-la-Poterie était rattachée à la puissante Commanderie-baillie de °Sommereux. Cette maison était un don de Constance, soeur du roi Louis VII. Par ses lettres datées de l'année 1172, cette princesse fit donation aux frères de la chevalerie du Temple, pour le salut de son âme et de celles de ses père et mère et du feu roi Louis, son frère, d'une maison située à Campeaux ("in Campellis"), que Béatrix, femme d'Herman, avait tenue précédemment de Durant de Clichy, et que la princesse avait reprise d'elle, à cause de sa pauvreté, pour six livres et demie, après en avoir racheté des héritiers du dit Durant de Clichy les droits de justice et de seigneurie. La maison de Campeaux se trouvait près de l'église, dans la rue qui conduisait à Courcelles.

°CHANTEMERLE (comm. LAGNY-LE-SEC, 60/Oise) 60330
La maison de Chantemerle (au sud de °Lagny-le-Sec) et les terres en dépendant, était un fief qui relevait au Commandeur du XIIIème siècle, partie des chevaliers du Temple, partie du seigneur Hugues de Pomponne. Il appartenait alors à Simon de Poissy ("de Pissiaco"), qui en fit l'abandon au mois de juin 1232, à l'Ordre du Temple. Des lettres de cette année, de Guillaume, évêque de paris, portent que devant lui, Simon de Marolles ou de Mareuil ("de Marolio"), chanoine de Meaux, a confirmé et ratifié la vente faite aux frères de la Chevalerie du Temple, par Simon de Poissy et Isabelle, sa femme, d'une maison appelée Chantemerle ("de domo que dicitur Chantemelle"), sur laquelle Simon de Marolles, sa mère et ses frères avaient des rentes. Le même jour que Simon de Poissy cédait sa maison aux Templiers, Jean de Nanteuil, chevalier, et Marguerite, sa femme, leur abandonnaient tout ce qu'ils possédaient à Chantemerle ("apud Cantumerulam").

°CLERMONT (60/Oise) 60600
L'origine de Clermont semble remonter aux alentours du Xème siècle, au sommet de la ville actuelle, autour d'un édifice défensif, d'abord probablement en bois, puis en pierre. Le témoignage architectural le plus ancien de la commune est le donjon. Le premier document qui atteste l'existence de Clermont est un acte rédigé en 1023 : "Beaudoin de Claromonte" est cité parmi les grands du Royaume réunis alors à Compiègne. Louis de Champagne, comte de Blois, de Chartres et de Clermont octroie à la cité une charte d'affranchissement en 1197. Louis IX ("Saint-Louis") administre le comté pendant 7 années et le donne, en 1269, à son sixième fils, Robert à l'origine de la branche des Bourbons qui régneront sur la France à partir de Henri IV. Située sur une colline dominant la vallée de la Brèche, Clermont offrait aux Templiers de la Commanderie-baillie de °Sommereux une Maison, une vigne et un cellier au sud de la ville. Le comté de Clermont fut rattaché à la couronne de France par Philippe Auguste. A 3 Km au sud-ouest, se trouvait la ferme de °Neuilly-sous-Clermont.

°COMPIEGNE (60/Oise) 60200
Le terme de "compendium" qui s'est mué en Compiègne désignerait un raccourci partant sans doute de Champlieu et rejoignant par Venette, soit Beauvais, soit Amiens. Le destin de Compiègne est lié d'abord au gué sur l'Oise, à proximité de l'actuelle chaufferie du Clos des Roses, secondairement au gué sur l'Aisne. On prétend que les Templiers s'établirent dans cette ville, de 1188 à 1200 ; et que c'est sur des terrains donnés par les religieux de l'abbaye de St-Corneille, qu'ils élevèrent une église et une maison, dont parle une charte de Philippe-Auguste, de l'année 1212. La maison du Temple de Compiègne était située dans la rue Notre-Dame (actuelle rue de Solferino), grâce à un don d'Agathe de Pierrefonds.
La Commanderie comportait deux corps de bâtiments en équerre avec une cour et au centre la chapelle dédiée à saint Jean-Baptiste. Les Templiers de Compiègne furent longtemps en procès avec les religieux de Saint-Corneille à qui l'Ordre refusait de payer les droits de rouage (pour le transport et la vente de leurs vins) et de fouage (impôt sur les maisons et "feux"). Les moines firent saisir les charrettes des Templiers. L'intervention du pape Innocent III en mars 1216 donna raison à l'Ordre des Templiers. Lorsqu'en 1733, on construisit le pont sur l'Oise, on dut, pour en dégager les abords, démolir plusieurs maisons et une partie de celle du Temple, du côté de la grande rue. Elle fut abattue définitivement en 1822. Les Templiers possédaient une autre maison, près de l'église de St-Clément, qu'ils cédèrent, en 1253, à la ville, avec des cens ou rentes sur plusieurs maisons et héritages, situés vers la porte de Soissons, moyennant une rente annuelle de quinze livres.

°CORBEIL-CERF (60/Oise) 60110
La commune s'est appelée: "Corboliolum", "Corbelium" en 1230, "Colleberium essartus" en 1210 avant de devenir Corbeil-Cerf.
La Commanderie de Corbeil-Cerf au nord de Méru sur l'axe Paris-Beauvais était située sous l’actuel hôpital.

°ESQUENNOY (60/Oise, arr. Clermont, cant. Breteuil) 60120
Au nord-ouest de Breteuil (par la N1), se situait la Maison d'Esquennoy qui a conservé sa ferme et des souterrains. Puis en 1314 elle devint une Commanderie de l'Ordre de Malte.

°IVRY-LE-TEMPLE (60/Oise, arr. Beauvais, cant. Méru) 60173
Dans l’Antiquité, Ivry-le-Temple était appelé "Euriacum" ou "Iriacum", ce qui voulait dire "lieu beau et riche". Placé au carrefour de deux voies romaines, il y eut dans cette agglomération un centre administratif gallo-romain dépendant de Gisors et une tuilerie gallo-romaine. La commune d’Ivry-le-Temple est traversée par trois cours d’eau : la Troësne, le Ru, le Merdron.
Au début du XIIIème siècle, les Templiers installèrent une Commanderie de leur Ordre à Ivry, d'où le nom de Ivry-le-Temple. C'est en 1244 que nous la trouvons mentionnée pour la première fois, dans des lettres de Jean, seigneur de Lormaison, approuvant des donations de terres situées aux Loges, faites par plusieurs de ses vassaux aux frères, y est-il dit, de la chevalerie du Temple d'Ivry, "fratribus militie Templi de Yvriaco". On peut voir qu'à partir de cette époque, toutes les acquisitions des Templiers sont faites au nom de leur maison d'Ivry, qui venait d'être constituée. La maison d'Ivry, grande, élevée, était bâtie dans un enclos d'environ cinq arpents de terre sur la rue allant à Hénonville ; tenant vers midi à la rue de Bassefort ; vers nord, à la rue de la Sellerie. Située dans la cour de la Commanderie, la chapelle Notre-Dame du Temple fut dédiée le 11 octobre 1266. La "ferme des Treillis" est située sur un important réseau de galeries et de carrières dont une partie est connue. Dans une crypte donnant dans ces galeries, un trésor templier serait caché. La ferme est en effet une ancienne Commanderie de l'Ordre. A la fin des années 1940, un cultivateur d’Ivry-le-Temple, du nom de Gourdon, découvrit dans l’un de ses champs de lourds tuyaux de plomb soigneusement bouchés. On ne sut jamais ce qu’ils contenaient réellement. Plus récemment, en 1978, on retrouva dans les murs d’une ancienne commanderie templière d’autres rouleaux de ce type. Ils renfermaient un grand manuscrit où étaient récapitulés des noms de villes avec leur distance, auquel étaient joints des feuillets résumant les dernières années de comptabilité de la commanderie. Les Templiers avaient aussi établi une maladrerie (lieu où l'on soignait les lépreux), qui fut démolie en 1750, mais dont il reste un mur percé de deux fenêtres en arc roman. Il existe une rue des Templiers.
Voir également °Alléré.

°LAGNY-LE-SEC (60/Oise, arr. Senlis, cant. Nanteuil-le-Haudoin) 60330 La Commanderie de Lagny-le-Sec était implantée sur la Route de Paris à Soissons entre Dammartin-en-Goële et Nanteuil-le-Haudoin.
C'est en 1209 que les Templiers achètent aux moines de la Charité-sur-Loire tous leurs biens qui s'y trouvent. La Commanderie possède alors une belle chapelle en la Maison sise près de l'église de Lagny. Cette chapelle était dédiée à Saint-Jean-Baptiste par les Hospitaliers. La Maison comprenait un grand bâtiment à usage de ferme en sus de la chapelle. Lagny possédait des dépendances toutes proches : °Chantemerle, °Belleville et °Sennevières.

°LAIGNEVILLE (60/Oise, arr. Clermont, cant. Liancourt) 60290
"Liniagavilla" en 766, "Lainivilla" en 1145, la commune s'est appelée "Laigneville" en 1756.
Située sur la route de Senlis à Clermont, la Commanderie templière de Laigneville au nord de Creil dépendait de la Commanderie-baillie de °Sommereux. En 1209, les chevaliers du Temple firent édifier les constructions. En 1282, un arrêt du Parlement accorde le droit de haute justice au commandeur qui devint seigneur de Laigneville. L'établissement comportait alors l'habitation du commandeur, la ferme résidence des chevaliers, des terres situées dans la vallée et sur la colline, et le moulin à blé dit moulin de la Commanderie. Dans le grand bâtiment de la ferme actuelle sont encore des treuils qui servaient jadis à monter les fardeaux dans les parties hautes de cette construction. Le bâtiment est divisé en 9 travées. Attenant au bâtiment, du côté sud, est une petite chapelle dédiée à St-Georges, de 3 travées. L'autel de l'église Saint Rémi présentait une particularité fort rare. Il pouvait pivoter sur sa base pour laisser libre accès à un souterrain-refuge qui venait dit-on de la Commanderie. Au début du siècle dernier, le curé a fait fixer l'ensemble.

°LE BOIS-D'ECU (comm. de LACHAUSSEE-DU-BOIS-D’ECU, 60/Oise, arr. de Beauvais, cant. de Crèvecour-le-Grand) 60480
La commune s'est appelée: "Eschuz" en 1157, "in nemore de Escuz" en 1201, "Chaussée-du-Bois-d'Ecu (La)", et sous la Révolution : "La Chaussée-du-Bois". La route actuelle longe cette voie romaine, comme le montre la photo. Le Bois-d'Ecu, sur la commune de La Chaussée-du-Bois-d'Ecu, au nord-est de Beauvais en direction d'Amiens (N1) près de Froissy, existait une Maison templière dépendant de la puissante Commanderie-baillie de °Sommereux.

°LE BOIS-PRES-FRENICHES (comm. FRENICHES, 60/Oise, arr. Compiègne, cant. Noyon) 60640
Entre Fréniches et Libermont (D128), au lieu-dit "Le Bois" (Le Bois de l'Hôpital), se trouve une chapelle templière et une pierre tombale qui porte l'inscription : "Ci-gît Robert Vingnon de Gohyencourt, chevalier qui quand estre du Temple, trespassa le treize de mars 1307". Gohyencourt est un hameau entre Ugny et Villequier-Aumont, au nord de Chauny. Un lieu-dit "L'Hôpital" figure sur la carte de Cassini au nord de Libermont ainsi qu'un moulin et, au cœur de la forêt, St Nicolas-aux-Bois.

°LE GALLET (60/Oise, cant. Crèvecoeur-le-Grand, arr. de Beauvais) 60360
Au nord de Crèvecoeur-le-Grand par la D106, Le Gallet, juste après le Bois de la Ville, était le siège d'une Maison de l'Ordre du Temple. En effet, cinq commanderies reliaient °Sommereux à °Compiègne : Le Gallet, °Le Bois-d'Écu, °Esquennoy et les commanderies jumelles de °Bellicourt et de °Tricot.

°LE MESNIL-EN-THELLE (60/Oise) 60530
La commune de Mesnil-en-Thelle est située sur la frange sud du département de l'Oise, en limite de la région Ile de France. Les Templiers y possédaient la Maison du Mesnil-en-Thelle, près de Chambly et de Beaumont-sur-Oise. L'origine du nom en ancien français "Maisnil" (XIème siècle) a un sens voisin de "manse" ou maison de pays. La maison du Temple du Mesnil-en-Thelle, située à un quart de lieue au nord de celle de °Bernes, n'est connue que par la charte de Philippe IV, roi de France, de l'année 1294 . Une partie des terres qui dépendaient de cette maison, avait été donnée en 1266, par Jean de Frocourt aux frères du Temple, du consentement de Pierre et de Gervais de Fresnoy-en-Thelle, chevaliers, dans le fief desquels ces terres se trouvaient situées.
Elles comprenaient 33 arpents en plusieurs pièces, aux lieux dits : à Codrel, à la Pointe-Lambert, aux Néfliers, à la Fosse-Laurent-Caille, au Marais, à la Haie du seigneur Renaut, entre les deux Ormeaux… Cette donation comprenait en outre quelques cens et rentes seigneuriales au Mesnil, et un droit de champart sur quarante journaux de terre à Baudoval. En 1340, le village fut baptisé "Mesnil-lès-Beaumont" puis "Mesnil-Saint-Denis". A la Révolution il devînt "Mesnil-Denis" puis en 1911, le village prit le nom actuel de Mesnil-en-Thelle.

°MARENDEUIL (60/Oise)
Près de Sommereux.
La ferme templière de Marendeuil avec bois est dénombrée au rang des possessions de la Commanderie-baillie de °Sommereux. La Maison de Marendeuil était située à l’est de cette dernière, en lisière de forêt.

°MESNIL-EN-THELLE ou MESNIL-SAINT-DENIS (60/Oise ) 60530
Voir °Le Mesnil-en-Thelle.

°MORLAINE (comm. de TILLIE, 60/Oise, arr. Beauvais, canton Nivillers) 60000
Le comte de Loisne, dans l’édition qu’il fit du "Cartulaire de la Commanderie des Templiers de Sommereux" (1924), donne divers renseignements sur ce domaine templier. La Commanderie-baillie de Sommereux contrôlait la plupart des possessions templières du Beauvaisis. Morlaine, un des membres de °Sommereux, est un hameau de la paroisse de Tillé, situé juste au nord-est de Beauvais (près de l’actuel terrain d’aviation de Beauvais-Tillé). Il s’y trouvait une petite propriété avec terres arables, moulin, pressoir, colombier, bois, prés, avec une chapelle dans la cour de la ferme qui prit par la suite la dénomination de "Commanderie de l’Hôpital" (comme sur la carte de Cassini) ou "ferme de l’Hôpital". C’est aussi à Morlaine que se trouvait le gibet de la justice.

°MORTEFONTAINE (60/Oise, arr. Soissons, canton Vic-sur-Aisne) 60128
Mortefontaine (plus communément Morfontaine) est situé à 7 ou 8 kilomètres à l'ouest d'Ermenonville, en lisière de forêt. On y accède à partir de l'échangeur de St Witz en empruntant la D922 en direction de la Mer de Sable. A proximité de la voie romaine de Senlis à Soissons appelée "chaussée Brunehaut", une route templière passait par °Orrouy-sur-Authonne et Mortefontaine où les Templiers possédaient une Maison ("ad domum de Mortefontanea"). La seigneurie de Mortefontaine fut donnée en 1146 à l'abbaye de Chaalis qui y aménagea des étangs lui servant de viviers.

°NEUILLY-SOUS-CLERMONT (60/Oise, canton Mouy) 60290
Neuilly vient de "novio" (nouveau) et "ialos" (clairière). La Commanderie de Neuilly-sous-Clermont comprenait une ferme avec chapelle particulière en étage, une grange, un moulin, un pressoir avec une trentaine d’arpents de terre et neuf fiefs. Pendant la guerre de cent Ans, en 1370, les bâtiments ont été incendiés par les Anglais. Toutefois, la Commanderie a été reconstruite au XVIème siècle par les Hospitaliers sur le modèle du château d’Ecouen. Il s’agit d’un logis rectangulaire renaissance. La chapelle en étage du XIIIème siècle, seul vestige de l’époque templière, a été intégrée dans ce logis. Les fenêtres gothiques ont été repercées au XVème ou au XVIème siècle.

°NOYON (60/Oise) 60400
L'agglomération est crée au 1er siècle après JC le long de la voie antique menant de Soissons à Amiens (actuelle D934); à la confluence des vallées de l'Oise et de la Verse; elle est entourée des forêts d'Ourscamp et de Compiègne au sud, de Saint Gobain à l'est. C'est dans "l'Itinéraire d'Antonin" que "Noviomagus" (nouveau marché) est cité pour la première fois comme une station sur la route Reims-Amiens. A la fin du IIIème siècle ou au début du IVème siècle après JC, Noyon s'entoure de fortifications. St Eloi devient évêque de Noyon en 640 jusqu'en 659, date de sa mort. A l'emplacement de son tombeau est fondée une abbaye historiquement attestée en 842. Après la mort de Pépin le Bref Charlemagne est couronné roi de Neustrie dans la cathédrale de Noyon. Le 3 juillet 987, Hugues Capet est sacré roi des Francs à Noyon. La construction de l’actuelle Cathédrale de Noyon se déroule de 1145 à 1235. Dans le quartier de la Cathédrale, la Commanderie de Noyon a été remplacée par un pub "Le Templier" dans l'actuelle rue du Général de Gaulle (n°34).

°OMERVILLE (60/Oise) 95420
Près de Magny-en-Vexin.
Omerville se trouve sur le plateau au-dessus de la vallée de l’Aubette, petit affluent de l’Epte ; une superbe croix templière orne la place du village.

°ORROUY-SUR-AUTHONNE (60/Oise, arr. Senlis, canton Crépy) 60129
A l’est de la Commanderie de °Verberie et au sud de celle de °Compiègne, Orrouy-sur-Authonne occupait la vallée de l’Automne (Authonne) entre Béthisy et Morienval. La nef du XIIème siècle est rehaussée d’un beau clocher roman. Les ruines gallo-romaines de Champlieu, au nord de Orrouy, étaient traversées par l’ancienne voie romaine de Senlis à Soissons, dite "chaussée Brunehaut".

°PASSEL (60/Oise, arr. Compiègne, canton Ressons-sur-Matz) 60400
L'histoire de cette commune est très riche puisque dès le Moyen-Age, le territoire de Passel appartenait à l'Evêque de Noyon qui le céda aux Templiers en 1141. Cette possession templière de Passel se trouvait donc au sud de la Commanderie de °Noyon. La Divette, affluent de l'Oise qui traverse le village, faisait fonctionner des moulins à eau.

°PONT-STE-MAXENCE (60/Oise) 60700
Dès le Vème siècle, un pont enjambait l’Oise. Plusieurs Maisons du Temple ont été dénombrées à Pont-Ste-Maxence, lieu de passage obligatoire pour les Templiers de rendant de la Commanderie de °Verberie à celle de °Neuilly-sous-Clermont sur l’autre rive.
Ils en avaient acheté une en février 1244, à des religieux de Gouvieux ("de Gaudii valle"), qui la leur avaient cédée avec 40 arpents de pré, situés près de Pont-Sainte-Maxence-en-Ajeux ("prope Pontem Sancte Maxentie in Aiou"). Les prés avaient été donnés aux religieux, par Barthélemy de Roye, chambellan du roi de France, à la charge d'un cens de dix sols payable chaque année au comte de Boulogne et à l'abbaye de Saint-Denis. Cette maison qu'on appelait sous les Hospitaliers, au XIVème siècle, Maison de Larchier, était louée en 1376, douze francs d'or. Mais elle n'existait plus au XVème siècle.

°SENLIS (60/Oise) 60300
Senlis doit sa création à sa position au coeur d'un exceptionnel carrefour de routes. Ancienne capitale des Sulbanectes, elle est "Augustomagus", "Le Marché d'Auguste" pour les Romains. Une route templière, longeant la voie romaine dite "Chaussée Brunehaut", joignait Senlis à °Soissons par °Orrouy-sur-Authonne et °Mortefontaine. La "Porte de l’Hôpital des Chevaliers du Temple", à l’angle des rues du Temple et de la Halle, est le seul vestige de la Maison templière de Senlis, qui comme celle de °Festonval, était rattachée à °Belle-Eglise. La rue du Temple se trouve entre la N17 et la rivière la Nonette, au sud-est de la ville de Senlis (près de la place de l'Hôtel des Postes).

°SENNEVIERES (comm. de CHEVREVILLE, 60/Oise, canton Nanteuil-le-Haudoin) 60440
Sennevières se trouve à proximité de Nanteuil-le-Haudoin où passe la route de Paris à Soissons. Il y avait au hameau de Sennevières sur la commune de Chèvreville ("Caprivillam"), au commencement du XIIIème siècle, un établissement ou une petite commanderie du Temple. Comme nous le voyons par des lettres de l'official de Meaux, du mois d'août 1234, Gilles de Sennevières, et Adeline, sa femme, reconnaissaient avoir donné aux frères de la chevalerie du Temple de Sennevières ("fratribus militie Templi de Saneveriis"), six arpents de terre arable, sous réserve d'usufruit. Quelques années auparavant, les Templiers avaient reçu en donation de Freberge, veuve de Robert de Nanteuil, de Jean et Eudes, ses fils, une grange et des terres qui en dépendaient, situées à Sennevières ("apud Seneverias"), au diocèse de Meaux, et qu'ils tenaient de l'église de Saint-Faron de Meaux. L’ancienne Commanderie des Templiers a été entièrement reconstruite par les Hospitaliers mais l’église Sainte-Marie-Madeleine et la "ferme de la Commanderie" sont construites à l’emplacement du Temple de Sennevières. Il existe une rue du Temple.

°SOMMEREUX (60/Oise, arr. Beauvais, canton Grandvilliers) 60210
L’établissement des Templiers à Sommereux date de 1150 ; ils y implantèrent une Commanderie-baillie.
D’après Trudon des Ormes, la Commanderie de Sommereux fut fondée entre les années 1137 et 1157 sous le règne de Louis VII (1137-1180).
Soustan de Fins en aurait été le premier bienfaiteur, par le don d’une terre dans la paroisse de Saint-Romain puis, en 1150, on voit Baudoin de Saint-Clair et son neveu faire d’autres dons. Hugues de Cempuis, Seigneur de Cempuis en 1140, fût témoin dans la charte de fondation de la Commanderie des Templiers de Sommereux, en 1150, avec son fils Guy. Son suzerain, en 1140 était Hugues Tyrel, premier Seigneur de Poix, descendant par alliance de Guillaume le Conquérant. La Commanderie de Sommereux avait à sa tête Simon Gallus de Valle mais c’est sous le magistère d’Haimard qu’elle deviendra baillie en 1224. Il y aura lutte d’influence avec °Beauvais, baillie dès avant 1190. L’ancienne chapelle de la Commanderie est l’actuelle église qui domine le village aux fermes faites d’un clayonnage recouvert de torchis. C’est un fort beau monument templier bâti sur plan cruciforme, avec chevet plat à triplet. Le clocher, carré à la base, devient progressivement octogonal. Entre les colonnettes du portail, à gauche, on peut lire : "L'an mil deux cent cette église fut faite". Le porche ogival repose sur six colonnettes, trois de chaque côté ; une croix latine encadrée de deux feuilles y est sculptée. Des griffons marquent les impostes. Une rosace simple entourée de cannelures est pratiquée au dessus du portail. Des symboles gravés à l'intérieur de l'église représentent entre autre une caravelle avec un énorme pont, un cercle pointé (symbole de l'or) … C’est dans le bras du transept sud que se trouve le "Baphomet", sculpture du XIIIème siècle qui fut à l’origine de la légende de Sommereux, racontant que les Templiers se levaient la nuit pour adorer cette effigie qui se transformait en chat ; cette légende se répandit après les dépositions du dernier commandeur, Raoul de Gisy (à ne pas confondre avec Ponsard de Gisy qui, lui, défendit l’Ordre), frère sergent qui, révèle les pratiques sacrilèges et immorales des Templiers. Derrière l’église, le logis reconstruit par les Hospitaliers sur l’emplacement des bâtiments de la Commanderie templière détruite par les Anglais pendant les guerres du XVème siècle, porte encore le nom de "ferme du Temple". En 1360 sous l'administration des Hospitaliers, l'église fut dédiée à Saint-Aubin. Une visite prieurale de 1495 indique que la demeure du Commandeur est en ruine. D'abord réparée, puis reconstruite au XVIIème siècle, la maison devint un manoir ou petit château servant de résidence au Commandeur. Le comte de Loisne, dans l’édition qu’il fit du "Cartulaire de la Commanderie des Templiers de Sommereux" (1924), donne divers renseignements sur ce domaine templier. La Commanderie-baillie de Sommereux contrôlait la plupart des possessions templières du Beauvaisis : -°Broquiers (12 Km à l’ouest de Sommereux) ; - °Marendeuil (ferme avec bois à l’est de Sommereux) ; - °Morlaine (la "ferme de l’Hôpital" dans la paroisse de Tillé, au nord-est de Beauvais) ; - °Clermont et °Neuilly-sous-Clermont (ferme avec chapelle en étage) ; - la Maison de Gandicourt sur la commune de °Belle-Eglise ; - °Lachaussée-du-Bois-d’Ecu au nord-est de Beauvais ; - °Laigneville ; - °Campeaux.
Liste des précepteurs du Temple de Sommereux :
1150-1157 : Simon le Coq du Val
1161-1168 : Renier d'Héroncourt
1168-1169 : Renier d'Ayencourt
1182-1183 : Dreux de Vaux
1186-... : Enguerran
1190 : Robert d'Avelin
1190-... : Gui
1191 et fin XIIème siècle : Jean le Bougre
1220 : Hugues de Chalons
1222 : Aimon
1223 : Jean Grate
1224 : Aymar
1280-1290 : Gautier d'este
1293-1294 : Pierre de Bresle
1294-1297 : Robert de Saint-Just ou de Beauvais.
vers 1303 : Robert Le Brioys.

°TRICOT (60/Oise, arr. Clermont, canton Maignelay-Montigny) 60420
Tricot fut un fief templier avec Commanderie, cette dernière était la Commanderie-sœur de celle de °Bellicourt dans le même canton de Maignelay-Montigny. Sur la carte de Cassini, on remarque que la Chaussée Brunehaut passait à proximité du fief templier de Tricot.

°VERBERIE (60/Oise, arr. Senlis) 60410
La commune s'est appelée : "Verimbrea" en 741, "Vermeria" en 919, puis "Wurembria" et "Verberiacum". Au nord-est de la Maison de °Senlis et à l’ouest de la Commanderie d’°Orrouy-sur-Authonne, l'ancienne Maison ou Commanderie du Temple de Verberie sur les bords de l’Oise existait au commencement du XIIIème siècle. Des lettres de Guy de Briençon, Grand-Maître de la Chevalerie du Temple, datées à l'arts, de l'année 1201, nous font connaître que ce grand dignitaire de l'Ordre céda, moyennant une rente de 40 sols parisis, à Roger de Senlis, à Mathieu de Vaux, et autres, les possessions et héritages qu'avait légués aux Templiers Pierre de Ruis, comprenant une maison près de celle du Temple, située sous la voie ("sub via"), et une grande prairie à Ruis ("apud Ruis"). Il s'agit de Ruys, sur l'Oise, à l'ouest de Verberie. Il est convenu que la rente devra être payée exactement au terme de saint Remi, chaque année, aux frères du Temple de Verberie ("fratribus Templi de Verbria"). C'est le seul titre où cette maison est mentionnée.

°VERUE (60/Oise) 60170
Au nord de °Compiègne, Vérue (entre Ribécourt et Bailly) possède les vestiges d’une chapelle templière transformée en grange.