Les Vierges Noires

Retour

Les Vierges Noires sont l'objet d'une dévotion toute particulière. Elles intriguent et fascinent à la fois. De tout temps, on leur a prêté des pouvoirs miraculeux et l'origine de leur couleur reste toujours énigmatique. "Nigra sum, sed formosa" (je suis noire mais belle). Elles sont par excellence le symbole de la fécondité, source de vie humaine et fertilité des terres. La France abrite sur son sol près de deux cents Vierges Noires.

Le Puy-en-Velay, Notre Dame du Puy (43)

Le Puy-en-Velay, Notre Dame du Puy



Dans notre pays et partout en Europe, les cathédrales dissimulent sous les replis de l'art gothique un grand secret qui a été énoncé par Fulcanelli dans son ouvrage "Le Mystère des Cathédrales".
L'alchimiste précise : "La cathédrale de Paris, ainsi que la plupart des basiliques métropolitaines, est placée sous l'invocation de la benoîte Vierge Marie ou Vierge Mère".
En France, le populaire appelle ces églises des "Notre Dame". En Sicile, elles portent un nom plus expressif encore, celui de MATRICES.
Ce sont donc bien des temples dédiées à la MERE (latin : mater, matris), à la Matrone dans le sens primitif, mot qui, par corruption, est devenu Madone (italien; ma donna), ma Dame, et, par extension, Notre-Dame.

La tradition primordiale qui aboutit à la formation du culte de VENUS devait conduire au culte de la Grande Déesse (ISIS, ASTARTE, AHHERAT, DEMETER CYBELE, JUNON, TARA, KALI…).
La Grande Déesse ou Déesse Mère était appelée la DAME DU CIEL. Elle était aussi nommée, mais plus tardivement, LA REINE DU CIEL.
Le culte de la Grande Déesse remonte historiquement, à au moins 5.000 ans avant notre ère.

Ptolémée amorça un syncrétisme spirituel qui aboutit à confondre en une seule et unique déesse, la Héra grecque, l'Isis égyptienne et la Cybèle phrygienne, qui fut alors dénommée la GRANDE DEESSE.
Cette mutation contribua à unifier les pensées de ces peuples en un culte unique. La Grande Déesse devint la Magna Mater.

Temple de Salomon _ arbre kabalistique _ Sephirot





Notre-Dame de Rocamadour (46)

Notre-Dame de Rocamadour



L'origine de la vierge noire de Rocamadour est inconnue. Une légende veut que Zachée (St Luc 19,1-10) serait venu se retirer à Rocamadour dans une grotte. Dans sa solitude il aurait sculpté dans un tronc d'arbre une statue de la vierge. Une autre légende veut que le Saint homme ait ramené avec lui, d'Orient, une statue de couleur noire sculptée par St Luc l'évangéliste lui-même. Il est attesté que dès le douzième siècle les pèlerins venaient à Rocamadour pour honorer la vierge noire. La statue est nécessairement plus ancienne puisque la bulle du pape Pascal II mentionne déjà en 1105 le culte à "La Bienheureuse Vierge Noire de Rocamadour". Il s'agit d'une vierge en majesté d'environ 70 cm de haut. De couleur sombre elle aurait eu les mains et le visage recouverts de plaques d'argent. Le bois serait du chêne ou du noyer. La statue apparaît en même temps que l'époque de la découverte du corps de Saint Amadour. Le succès de Rocamadour vient surtout des miracles attribués non à Saint Amadour mais à la Vierge Noire.

Notre-Dame de Dessous-Terre (dans la crypte) à Chartres (28)

ND de Dessous-Terre



Jusqu’au XVIIIème siècle les pèlerins, après avoir prié, descendaient dans la crypte ou ils vénéraient une statue noire appelée Notre-Dame-de-Sous-Terre. La vierge assise tenait un enfant dans ses bras (“en majesté”), symbole de fertilité, à l’instar des grandes Déesses Mères. Une inscription attestait qu’il s’agissait de la Vierge qui doit enfanter (Virgo paritura).

On retrouve ici encore l'association d'une divinite féminine avec la grotte et l'eau qui guérit, un complexe cultuel d’une lointaine antiquité.



Notre-Dame du Pilier à Chartres (28)

Détruite en 1793, restaurée au XIXème siècle, la Vierge est vénérée depuis sous le nom de "Notre-Dame du Pilier". Comment ne pas penser au dolmen chronomètrique qui précéda la flèche ?

Notre-Dame du Pilier (Our Lady of the Pillar) à Chartres (28)



L'axe de la cathédrale de Chartres



Jacques Bonvin ("Vierges Noires" aus Editions Dervy), en étudiant les sites de Vierges Noires à la lumière de la géobiologie sacrée, a découvert que leur implantation sur le terrain n'est pas le fait du hasard. Elle correspond à des implantations telluriques précises, prenant en compte les axes solsticiaux qui dessinent sur la carte un sceau de Salomon.

La Pierre aux Fièvres est à l'origine de la construction de la cathédrale de Puy-en-Velay et proviendrait d'un dolmen dont elle tenait lieu de table. Au IIIe siècle, une femme veuve, souffrant de fièvre maligne vint, sur l'ordre de la Vierge, se coucher sur cette dalle et se releva guérie.

La Pierre aux Fièvres



Quelle Energie représentent les Vierges Noires ?
Energie des Vierges Noires (regorm)


Notre-Dame de Cléry à Cléry-Saint-André (45)

Vierge noire de ND de Cléry (45)





La Cathédrale Ste Marie dans la ville d'Auch, consacrée à la Vierge Noire, présente de curieux motifs sur la boiserie des stalles du chœur comme sur les vitraux d'Arnaud de Moles produits entre 1507 et 1513.
La clef de ce mystère est dans les mains de la Sybille. Dans chaque vitrail à quatre colonnes on voit un patriarche, un prophète, un apôtre et une sybille. Chaque sybille tient un objet qui est la clef du lien entre les personnages du vitrail apparemment étrangers les uns aux autres.

Auch - Cathédrale Ste Marie





En Provence, elles sont au nombre de neuf :

Aix-en-Provence,la Vierge-Noire de la Seds (disparue) - Notre Dame de l’Espérance en la cathédrale Saint-Sauveur - Notre Dame de Grâce dans l’église de la Madeleine
Goult en Luberon, Notre Dame des Lumières
Maillane (Bouches du Rhône), la statue de la Vierge-Noire, appelée Notre Dame de Bétélem (Beth1éem)
Manosque, Notre-Dame du Romigier, c'est-à-dire du Roncier
Marseille, Notre Dame de Confession, dite "la Bonne Mère Noire" dans l’église de l'abbaye Saint Victor - Notre Dame de l’Huveaune - Notre Dame de la Brune

Vierges Noires en Provence (racines.traditions)




Vierges Noires Vivaroises :

Le Puy-en-Velay, Notre Dame du Puy (*)
Andance, Vierge de Saint-Bosc
Cornas, Notre Dame de la Mure
Pont-de-Labeaume : Notre Dame de Nieigles
Sablières : Notre Dame de Sablières
Saint-Agrève : Notre Dame de Lestra



Autres vierges noires :

Vernouillet
Notre-Dame de Vauclair
Notre-Dame de Vassivière
Notre-Dame de la bonne mort à Clermont-Ferrand
Vierge de Coulandon
Taxat-Senat
Notre-Dame de Vernusse
Notre-Dame de Chalet
Besse en Chandesse
Notre-Dame de Rocamadour (*)
Notre-Dame d'Orcival
Notre-Dame de Valfleury
Notre-Dame de la ronde de Chazeuil
Notre-Dame du Romigier
Notre-Dame de Montserrat
Sainte Foy de Conques
Notre-Dame de Saint Gervazy
Notre-Dame de Marsat

Vierges Noires - diaporama (lieuxsacres.canalblog)


(*) en photo



Notre-Dame de Marceille à Limoux (11)

L'église Notre-Dame de Marceille du XIVe siècle (citée dès 1214), de type gothique languedocien, centre d'un ancien pèlerinage très populaire dans la région, contient une Vierge noire du XIe siècle.

Notre-Dame-De-Marceille est citée en premier lieu comme une étape initiatique importante par Fulcanelli dans son célèbre ouvrage "Les Demeures Philosophales".

Notre-Dame de Marceille à Limoux (11)



L’étrange Vierge noire de Notre-Dame de Marceille (societe-perillos)

Notre_Dame de Marceille (près Limoux), sanctuaire de Dieu