Le Menhir de Peyrolles
(la Pierre Dressée des Pontils)

Retour



Le Menhir (*) de Peyrolles, au lieu dit "les Pontils", est complètement oublié par Boudet dans la VLC. Ce peulvan est également nommé "Peiro lébado", "Pierre levée", "Pierre Druidique", "La Pierre-Droite", "Peyro Dreyto". Pour moi, le menhir c'est l'homme debout (hu-man).

En direction d'Arques par la D613, après avoir franchi le village de Serres puis le pont des Pontils, s'arrêter entre le panneau des Pontils (sortie) et celui de Pébrières à hauteur d'un chemin de randonnée balisé en jaune sur la droite (borne kilométrique 65,5km). Il suffit alors d'emprunter le chemin de terre de l'autre côté de la route (côté gauche). Après 350 mètres, sur la droite de ce chemin, se dresse le menhir incliné (Sud/Sud-Ouest), de 2,20 m de haut, presque parallélipédique et arrondi à son sommet.

Coordonnées GPS : 42° 57' 03" N - 2° 20' 26" E - soit 800 mètres à l'Est du méridien de Paris (**)

Le menhir de Peyrolles près de Serres



Le Menhir de Peyrolles (la Pierre Dressée des Pontils) indique un axe et non un lieu.

Une mire semble exister réellement dans les environs immédiats de la Pierre Dressée des Pontils : on la trouve au sommet du Rocher des Toustounes, dans les deux étranges pierres ou stèles érigées qui surplombent ce rocher. Une ligne de visée permettrait d'observer le lever du soleil du 17 Janvier.

La Grande Ourse est repérée dans le Pech Cardou et la Pierre Dressée des Pontils serait alignée sur l'étoile Dubhe de cette constellation.

Le point associé à “Rennes Celtique” de la carte Boudet représente la Pierre Dressée des Pontils, le menhir ou “Homme Debout”. On pourrait presque alors rebaptiser “l’Homme Debout”, celui des Pontils, en “Homme Dubhe”.

Deux des étoiles de magnitude 2, Alpha et Beta Ursae Majoris, qui forment le bord extérieur, pointent directement vers l'étoile polaire. Comptez 5 fois la distance entre les deux étoiles pour la repérer, l'étoile Polaire se trouvant côté Dubhe.

En clair l'axe Mérak [=Col d’Al Pastre(***)] - Dubhe [=pierre dressée des Pontils] permettait de repérer l'étoile Polaire donc le Nord.

Constellation de la Grande Ourse et l'étoile polaire



ALCOR et la Grande Ourse



La pierre dite Alcor (étoile double Alcor/Mizar) existe près du Roc d'en Barou.



pontil nom m. 1. étançon; 2. petit pont loc.

Peyrolles dérive bien entendu de l’occitan "peyre" qui vient lui-même du latin "petra" : pierre et l’étymologie de peyrolles est par conséquent le lieu des pierres, le lieu rocheux. Dès l’année 1869 on a cité le peulvan ou menhir de Peyrolles comme un monument druidique curieux à voir : c’est sans doute cette pierre droite, placée aux environs du village, qui lui a donné son nom : il est même probable, qu’au IXème siècle, il y avait d’autres menhirs dans cette région, car la plus ancienne dénomination du lieu est village de peyrollis ou de petrolis, c’est-à-dire village des pierres droites.

Les impulsions d’ultrasons atteignent un maximum d’intensité et de durée lors des ÉQUINOXES, et, ce à proximité de très nombreuses pierres plantées (et pratiquement nulles aux SOLSTICES). Sur les mêmes lieux, par contre les émissions du magnétisme montant du sous-sol décuplent d’intensité durant les SOLSTICES.



Suivons la méthode de BOUDET décrite dans La Vraie Langue Celtique, "Peyre-Hole" (creux, caverne, petit logement) proviendrait alors de l'anglais et signifierait "Pierre de Trou". Sur le même principe BOUDET nous signale qu'une petite grotte ou caverne existe assez près des menhirs renversés de la Fajole "Fadge-Hole".

"On prétend qu’une vaste excavation existe sous le monument, la terre résonnant en creux au pied du mégalithe". (abbé ANCE)
"Aux alentours, et presque à la base du monument, le terrain ferme et qui semble garni d’une incrustation de cailloux, présente un singulier phénomène. Il sonne creux sous les pieds des chevaux, comme si le cavalier passait sur une voûte. Existe-t-il à proximité de la pierre celtique une caverne creusée par la nature ? Ou bien est-ce la main de l’homme qui a fouillé le sol sur ce point et creusé une cavité d’une certaine étendue ?". (L. FEDIE)

La grotte de la petite cloche se trouve proche des Pontils (petits ponts).

Au Nord de ce menhir, on trouve de gros blocs de marbre rose taillés qui semblent issus d'une carrière (Bézis ?).



Dans la VLC, Boudet consacre le chapitre IV à LA PIERRE DE TROU OU HACHE CELTIQUE.

"La pierre polie, dite hache celtique, faite de jade, de serpentine ou de diorite, affecte diverses formes. Le dialecte languedocien la nomme pierre de Trou. Elle représente ce qu'il faut croire, c'est-à-dire, les enseignements nécessaires inscrits dans les grandes pierres levées – to trow (trô), croire –. "
"elle préserve de la foudre"
"Les pierres polies trouvées en abondance dans le cromleck de Rennes-les-Bains et déposées au Musée de Narbonne, sont généralement faites de jade"
"Nous avons en notre possession un silex de quatorze centimètres de longueur sur trois centimètres de largeur, offrant de nombreuses dentelures sur les bords, trouvé dans le terrain de l'Haum-moor, tout près de l'emplacement d'une ancienne maison gauloise. Ce n'est point là, pour nous, une pierre de Trou."
"il est fort possible que l'idée religieuse attachée à la pierre de Trou ait aussi affecté le simple silex taillé, qui de son côté, aurait représenté encore à l'esprit les croyances religieuses essentielles."
"nos pierres polies de jade, méritaient excellemment le nom de pierre de Trou ou pierres de la croyance"
"Les Celtes n'auraient point toujours et dans tous les pays, sous leurs yeux, les grandes pierres levées pour exciter leur volonté à la reconnaissance envers le Créateur, les porter à demander et à remercier, tandis que les pierres de Trou, d'un port facile, les avertissaient avec persistance des devoirs religieux à remplir"
"La présence des silex et des pierres polies dans les tombeaux des Celtes, confirme pleinement l'idée religieuse attachée aux pierres de Trou."

Que penser de cette étrange "pierre" (levée) associée à un "trou" et dans laquelle Boudet nous invite à la croyance ?



Le "tombeau des Pontils"

Coordonnées GPS : 42° 56' 59" N - 2° 20' 27" E - soit à 600 mètres à l'Est du méridien de Paris

Près du hameau des Pontils se trouvait l'incroyable "tombeau des Pontils".

Sur le paysage au fond de cette photo en N&B on reconnait :
- à gauche le roc blanc des Toustounes, (****)
- à droite le Roc di Quiloutié (Roche de la bourse).

Le tombeau des Pontils près d'Arques



Ce tombeau est représenté sur le tableau "Les Bergers d'Arcadie" (version de 1640) peint par Nicolas Poussin.

Les Bergers d'Arcadie - 1640





Le Trésor d'Alaric et son tombeau ?

« Entre Alaric et Alaricou es la fortuno de tres reis », « Entre Alaric et l’Alaricou est le trésor des trois rois » (dicton populaire)

Il est dit que « La pierre levée des Pontils regarde aux caves et aux greniers du Roi » (formule entendue par l'abbé Maurice-René Mazières au château de Niort-de-Sault de la bouche de Mme Maraval)

Le Trésor d'Alaric et son tombeau seraient entre la montagne d'Alaric et l'Alaricou (Bugarach), au lieu dit « Les Toustounes » près d'Arques.
Au lieu-dit les « Toustounes » il y a une faille géologique et une grotte par déduction en ce lieu, il peut y avoir un ancien temple ibéro-gaulois volque et peut être des caches.
Une curieuse montagne à "arche" ("arc-boutant") - Arcadia ?- fait face à l'Aiguille située au pied du Roc de Quiloutié dans les gorges de Bézis près du ruisseau.





(*) Menhir : le mot "menhir" vient de deux mots bretons : "men" qui signifie "pierre" et "hir" qui signifie "long", mais en Breton, le mot "menhir" ne signifie rien, c'est un barbarisme (le mot breton servant à désigner les menhirs est "peulvan"). Peulvan ou Peulven désigne en breton un monument mégalithique formé d'un seul bloc de pierre dressé, autrement dit un menhir, terme qui lui, est d'origine beaucoup plus récente. Peulvan signifie littéralement « pieux de pierre » ou « pierre fitte ». On le nomme aussi peulvan (pilier de pierre) ou mensao (pierre droite).

(**) Le méridien de Paris est le méridien passant par le centre de l'Observatoire de Paris.
Il est situé à 2° 20' 14.025" à l'est de celui de Greenwich.
Sous Louis XIII le méridien origine fut déplacé des îles de Fer aux Açores pour devenir le "Méridien de Paris" ce 21 juin 1667. Puis il fut abandonné en 1911 au profit du méridien de Greenwich.
En l'an 2000 la "Méridienne Verte" matérialise l'ancien tracé du Méridien de Paris par des bornes comme à Peyrolles - Serres - Rennes-les-Bains - Sougraigne - Bugarach.

Méridienne Verte



(***) pastre, pastressa nom berger, bergère (col d’al Pastre, Les Pastressis)

(****) Les Toustounes seraient des poupées, statuettes ou des fées.
A noter la "Toustoune", statuette païenne du XIIème s., qui fût trouvée au Plô du Barbier à Arfons.