Marie-Madeleine à la Sainte Beaume

Retour

Marie-Madeleine et les autres exilés accostent finalement en 44 dans le port de Ratis "l’oppidum Râ" (devenu "Saintes-Maries-de-la-Mer") en Camargue.

Marie Salomé-Hélène, Grande Prêtresse de la Confrérie d'Asher, Marie Jacob, la femme de Cléophas, l'apôtre Philippe et Marthe la sœur de Marie-Madeleine parmi d'autres débarquèrent avec Marie-Madeleine et les enfants en Gaule. Les Saintes Maries furent reconnues comme "hieroduli", mot Grec pour "Femmes Sacrées".

Marie-Madeleine débarque en Provence

Marie-Madeleine



Ces exilés devinrent les premiers évangélisateurs de la Provence. Marie-Madeleine professa la foi chrétienne à Marseille.

A Marseille, Marie-Madeleine donne naissance à un second fils Menahem.

GIOVANNI DA MILANO a d'ailleurs représenté dans la fresque de la chapelle Rinuccini (Santa Croce, Florence) qui retrace des "Scenes de la vie de Madeleine" peinte en 1365 l'accouchement de Marie-Madeleine (en bas à droite) à Marseille. La scène se passe en présence de notables dont l'un est agenouillé en prières.

Scenes de la vie de Madeleine peinte en 1365 par GIOVANNI DA MILANO - accouchement de Marie-Madeleine (en bas à droite)



Après sa "résurrection" (en bas à gauche) ce n'est pas à sa mère, au disciple bien aimé ou à Pierre que Jésus apparaît en premier, comme on pourrait le penser, mais à Marie Madeleine. Il s'adresse à elle en lui disant "Marie" et en la chargeant d'aller trouver les apôtres (Jn 20/11-18).



La légende d'une carte de Marseille évoque la vie de Marie-Madeleine qui professa la foi chrétienne dans l'église des Accoules (4 montée des Accoules à Marseille).

La légende d'une carte de Marseille évoque la vie de Marie-Madeleine



La magdaleine - mm en prières



Le Temple de Diane et la Chapelle Sainte Marie Madeleine

On garde le souvenir à Marseille d'une petite chapelle dédiée à Marie-Madeleine, construite à l'emplacement de l'ancien Temple de Diane, tout près de l'endroit où sera construite la Major.
Voilà ce que nous en dit Grosson, l'auteur du Recueil des Antiquités et des monuments de Marseille (1773):
"La tradition de l'Eglise de Marseille, appuyée par des monuments réparés d'âge en âge, nous apprend que Lazare et sa pieuse famille, lors de leur arrivée à Marseille, se logèrent dans le péristyle d'un petit temple abandonné, situé devant le portique du grand temple de Diane.

C'est à cet endroit que Marie-Madeleine commença la première prédication de l'Evangile au peuple de Marseille qui allait au grand temple. Cet édifice nous est précisément désigné par une chapelle que la piété de nos pères érigea, en l'honneur de la Madeleine, sur le même emplacement, pour marquer leur gratitude envers cette sainte, et en perpétuer à jamais la mémoire. Cet édifice, plusieurs fois tombé en ruine, et plusieurs fois réédifié sur le même local, et toujours en l'honneur de la Madeleine, est une preuve constante de l'intention de nos pères, pour conserver la mémoire du même événement. La chapelle existait de temps immémorial, lorsqu'elle fut rebâtie en 1220, et depuis en 1613.
Un morceau de sculpture en bas-relief, qui ornait anciennement cette chapelle, représentait Sainte Madeleine environnée d'auditeurs devant le portique d'un temple. Ce bas-relief est nommé dans les titres du XIIe siècle: « Petra imaginis » et « Lapis imaginis ». D'après ces observations, il faut donc conclure que le portique du Temple de Diane se terminait bien près du carrefour des Treize Coins, où est située la chapelle de la Madeleine."



Le prêche de Marie Madeleine aux Marseillais
(Ecole Provençale - Huile sur bois XVe siècle - Musée du Vieux Marseille)

Marie-Madeleine, debout sur le péristyle du temple de Diane dont elle a le mur dans le dos, prêche aux Marseillais. En arrière fond, on voit l'entrée du Vieux Port avec la Tour Carrée du Fort Saint Jean.

Le prêche de Marie Madeleine aux Marseillais devant le Temple de Diane



Marie Madeleine parvint donc à convertir les habitants de la ville de Marseille, ainsi que ceux de la ville d'Aix.

En 53, Eleazar son fils aîné -selon la loi salique- alors âgé de 16 ans est proclamé prince héritier lors d'une cérémonie qui se déroule dans la synagogue de Corinthe, et il porte dorénavant le titre de Juste (Justus). Paul lui rend d'ailleurs visite.

Quant à son fils cadet Menahem, il termine son éducation auprès des druides en Gaule car Marie-Madeleine et lui s'installent définitivement en Gaule où ils sont rejoints en 62 par Joseph d'Arimathie.



Pour faire pénitence, Marie Madeleine se serait retirée dans la grotte de la Sainte-Baume pendant trente ans.

Pour rejoindre la Grotte de Sainte Marie-Madeleine à la Sainte-Baume, il faut prendre la direction Nans-les-Pins, traverser le village direction Plan d'Aups Sainte Baume et monter jusqu'au plateau de la Sainte-Baume. Après avoir stationné sur le parking des Trois Chênes, emprunter le "Chemin des Roys" qui permet une ascension en 45 minutes jusqu'à la grotte.

La grotte de la Ste Beaume



Marie-Madeleine meurt en 63, âgée de 60 ans. Elle décède le 22 juillet, quand le soleil entre dans le signe du Lion, qui est, depuis, le jour de sa fête.

En 590, Grégoire de Tours mentionne le tombeau de Marie Madeleine à Ephèse, sans autre précision : « Dans cette ville repose Marie-Madeleine, n’ayant au dessus d’elle aucune toiture » (In gloria martyrium, ch. 29, P.L., t. 71, c. 731). La dépouille présumée de Marie-Madeleine reposait probablement dans l'atrium précédant un sanctuaire.

Au moment de sa mort, elle fut transportée par des anges, le jour de Pâques, dans l'oratoire de saint Maximin. Marie-Madeleine défunte

Marie-Madeleine déposée dans un sarcophage Marie-Madeleine est déposée dans un sarcophage.





Charles II d'Anjou (1254-1309), Roi de Naples, de Sicile et de Jérusalem, Comte de Provence, d'Anjou et du Maine, découvrit le 9 décembre 1279 à Saint-Maximin le sarcophage contenant les reliques de sainte Marie Madeleine cachées depuis le 8ème siècle. Il fit édifier en l'honneur de la Sainte la basilique et le Couvent Royal.

Crâne présumé de Marie-Madeleine dans la crypte de la Basilique Sainte Marie Madeleine de St-Maximin-la-Ste-Beaume

Crâne présumé de Marie-Madeleine à St-Maximin-la-Ste-Beaume



Crâne présumé de Marie-Madeleine à St-Maximin-la-Ste-Beaume



Visage reconstitué d'après le crâne présumé de Marie-Madeleine à St-Maximin-la-Ste-Beaume

Visage reconstitué d'après le crâne présumé de Marie-Madeleine à St-Maximin-la-Ste-Beaume



Reliques présumées de Marie-Madeleine dans la grotte de la Sainte Beaume.

A la Sainte-Baume, l’extrémité inférieure d’un tibia droit, un petit éclat osseux de boîte crânienne et quelques cheveux enroulés et conservés dans un tube de verre sont présentés comme des reliques de Marie de Magdala.

Reliques présumées de Marie-Madeleine dans la grotte de la Ste Beaume



Observez le détail du reliquaire (oeuvre de Caillat en 1889) qui nous dévoile le groupe qui a embarqué, dont les Saintes Maries (Marie-Madeleine ...), mais également un corps embaumé béni par un ange.

Groupe des Saintes-Maries et corps embauméReliques présumées de Marie-Madeleine dans la grotte de la Ste Beaume



A l’église de la Madeleine, à Paris, un reliquaire renferme un fémur gauche vénéré comme une relique de la sainte. En 1974, le rapport anthropologique des docteurs G. et S. Arnaud du Laboratoire de restauration et de recherches de l’Institut d’archéologie méditerranéenne (C.N.R.S.) conclut que les ossements dits de Marie-Madeleine provenant de la crypte de la basilique de Saint-Maximin et de l’église de la Madeleine à Paris appartiennent à une femme de 1 m 48, âgée d’environ 50 ans, de type méditerranéen gracile.



La maison d'Hautpoul détiendrait des reliques de Marie Madeleine qu'elle aurait confiées à l'abbaye d'Ardorel.

Le blason des Hautpoul, derniers seigneurs de Rennes-le-Château

Grotte du Fournet dite de la Madeleine

suite ... Culte de Marie-Madeleine à RLC