Le Glyphe de Quillan

Retour



Ce glyphe particulier en forme de 4 est gravé sur la clé de voûte d’un arc roman. Voir la porte murée à gauche de l’entrée de l’église Notre Dame de Quillan.

Glyphe de l'église de Quillan (Aude)



Le plus étonnant est que ce glyphe se retrouve sur le sommet de rochers (rochers blancs en haut à gauche de l'image 2°15'16.6"E - 42°55'09.4"N) et que, de toute évidence, il ne pouvait être vu que du ciel.

glyphe



Ce signe est peut-être sans rapport avec l'affaire de Rennes-le-Château.

Notons toutefois que le petit parchemin présente un signe approchant en haut à gauche.

Le petit parchemin nous renverrait-il vers Quillan comme sommet d'une triangulation possible ?

La clé géométrique (découverte en 1991) aurait été gravée par Boudet sur une clé de voûte de l’église de Quillan.

Le Petit Parchemin



Le "Petit Parchemin"





Le Christ au lièvre est une copie inversée du tableau "Lamentation sur le Christ mort" de VAN DYCK.

La partie de falaise (délimitée par la partie basse du drap blanc) et les 3 pierres superposées provenant de l'éboulis existent vraiment sur le terrain. La zone de la Pieta est située entre les Bals-Sud et Soubirous.

Remarquez les traces au sol juste devant les 3 pierres superposées de l'éboulis 2°15'01.1"E - 42°55'11.8"N.

Le paysage figurant sur Le Christ au Lièvre



Le Christ au lièvre (copie)





Eglise de Quillan

Notre Dame de l'Assomption
Elle est mentionnée dès 930. C'est une église de style roman du XIVème siècle, qui fût restaurée au XVIIème siècle puis agrandie et transformée au XIXème siècle.
Cet édifice fut restauré avec des pierres de remplois du château.
Le clocher est une tour carrée d'une trentaine de mètres, coiffée d'un toit pyramidal avec des fenêtres plein cintres géminés et sur lequel on peut remarquer des pierres en saillies représentant un Christ en croix archaïque, des têtes d'évêques.
A l'intérieur de l'église vous pourrez voir une série de tableaux offerts par Napoléon III représentants des personnages bibliques.

Le château de Quillan

À l'époque romaine, un oppidum est édifié dans la ville nommée Calianum. Les maisons sont construites sur la rive droite de la rivière Atax (Aude).
Vers 781, une forteresse Wisigothe est citée dans le village de Kilianus ou Quilhanus.
En 844, le roi Charles le Chauve demande au Comte Milon de restituer le domaine de Quilhanus à l'archevêque de Narbonne.
Au 11e siècle, les habitants peuplent la rive gauche.
En 1125, un lieu fortifié est cité.
Au 12e siècle, un faubourg est créé sur une presqu'île formée par l'Aude et son affluent le Coulant : le quartier de la Hille.
En 1145, le village se nomme Quillanum.