Constellation de Cassiopée
W / M

Retour

Lorsque la constellation est située sous le Pôle Nord, les étoiles principales dessinent alors dans le ciel un "W"; la reine est donc jetée à bas de son trône, avant de se redresser quelques heures plus tard, pour former la lettre "M" au-dessus du Pôle céleste.

Constellation de Cassiopée



La constellation de Cassiopée est visible chez nous toute l’année ; c’est aussi l’une des plus faciles à repérer, en raison de la forme caractéristique – en "M" ou en "W", selon le moment de l’observation – dessinée par les étoiles principales : Schedar (a Cas, de l’arabe Al Sadr, "la poitrine"), Caph (b Cas - "la paume d'une main"), Tsih (g Cas), Ruchbah ou Ksora (d Cas) et Segin (e Cas).

La pointe centrale du W pointe très approximativement en direction de l'étoile polaire, a Ursae Minoris.



Une exoplanète tellurique baptisée HD 219134b a été découverte en 2015, « à un jet de pierre » de la Terre, dans la constellation de Cassiopée, proche de l’étoile polaire. Si la planète elle-même ne peut pas être vue, même avec les télescopes spatiaux, son étoile est visible à l’œil nu par ciel bien noir près d’une des extrémités du « W » de Cassiopée.



Dans le tableau "Les Quatre Saisons - L'hiver ou le Déluge" de N. POUSSIN , on remarque une composition en "W" comme la constellation de Cassiopée.

La figure en W s'obtient en partant du serpent rouge (sur les rochers à gauche) puis en joignant Noé vêtu de rouge s'accrochant à un cheval, puis l'homme penché dans la barque, puis le personnage vêtu de vert s'agrippant à une planche jusqu'au personnage qui tend la main à l'enfant afin de le secourir.


L'hiver ou le Déluge, peint par Nicolas POUSSIN v. 1660/1664 pour le duc de Richelieu

Les Quatre Saisons _ L'hiver ou le Déluge





Dans la tradition grecque, Cassiopée et Céphée étaient des souverains légendaires de l’antique Éthiopie. La reine Cassiopée prétendait que sa fille Andromède était plus belle que les Néréides, filles de Poséidon. Pour se venger de l’outrage, le dieu marin envoya le monstre marin Cetus pour ravager le pays d’Éthiopie.

Effrayé par l’ampleur du désastre, le couple royal consulta l’oracle de Zeus Ammon, en Libye. Celui-ci prophétisa que seul le sacrifice de la princesse Andromède pourrait apaiser Cetus. Résignés, les souverains firent donc enchaîner leur fille à un rocher, au pied d’une falaise, pour la livrer en tribut au monstre.

Mais Andromède fut libérée par le héros Persée, qui terrassa le monstre à l’aide de la tête de la Gorgone Méduse, dont le regard avait le pouvoir de pétrifier tout être vivant.

Pour récompense, Persée obtint la main de la princesse Andromède. Pour que les hommes n’oublient pas cet exemple, tous les personnages de cette légende furent placés parmi les astres, mais, pour la punir de ses propos vaniteux, les dieux condamnèrent Cassiopée à devoir tourner sans relâche autour du Pôle Nord céleste.



Calibos est le fils de Thétis, la déesse de la mer, qui l'adore. Il était un beau jeune homme et devait se marier avec la princesse Andromède, fille de la reine Cassiopée et héritière de la riche ville de Joppé et finalement de toute la Phénicie. Mais il a commis, entre autres méfaits, le crime de tuer tout le troupeau sacré de chevaux volants qui appartenait à Zeus, à part l'étalon Pégase ; le dieu suprême l'a donc transformé en un monstre qui s'est vu alors rejeté et forcé de vivre comme un paria dans les marécages et les eaux stagnantes. Thétis, furieuse du sort assigné à son fils, a juré que si Calibos ne peut pas épouser Andromède, aucun autre homme ne le pourra non plus. Seul Persée réussira à résoudre l'énigme.

Calibos règne sur les marécages et les eaux stagnantes



Ne ressemble-t-il pas à la statue Asmodée de l'église de Rennes-le-Château ?

Saunière et l'église de Rennes-le-Château