La grotte d'Arques

Retour



Coordonnées GPS : 42° 57' 13" N - 2° 23' 08" E <- grotte d'Arques

La grotte d'Arques en forme de nez



Sur le tableau de Nicolas Poussin "Le printemps ou le paradis terestre", le rocher de gauche en forme de nez n'évoque-t'il pas la grotte d'Arques près d'un chemin et d'un cours d'eau ? Ne s'agirait-il pas de la "voie sèche" impraticable permettant d'accéder à "l'aiguille creuse" ?

Le printemps ou le paradis terrestre, peint par N. POUSSIN

Les Quatre Saisons - Le printemps ou le paradis terrestre (Poussin)





En haut et à droite du tableau de Castiglione "Les Bergers d'Arcadie", un bosquet (groupe d'arbres) semble incliné à 90° nous suggérant de procéder à une rotation horaire de 90°.

On remarque en bas et à gauche de ce bosquet un rocher en forme de crâne (nez) près d'une falaise. Ce dernier existe au bord de la route d'Arques (D613). Le doigt semble alors indiquer sur le plateau la "voie aérienne" par le Mont Aiguille. Il existerait 3 grottes en enfilade sous le mont Aiguille.

D'autre part le bâton du berger en bleu pointe sur un lapin gravé en bas à droite du tombeau qui porte l'inscription : Temporalis (temporaire; qui désigne le temps) Aeternitas (éternité).

Détail des Bergers d'Arcadie, peint par CASTIGLIONE

Les Bergers d'Arcadie (Castiglione)



Plan Arques-grotte-Aiguille (route D613)



Vue de la grotte d'Arques :

les Rosiers (colline) au sud, Sarrat d'En Carayol (kaïrolo ?), La Berco Grande et La Berco Petito
La colline des Rosiers prés du lac d'Arques : on trouve des couches sédimentaires du quaternaire = aluvions quaternaire + pliocènes = traces d'un ancien glacier.

Dessin dans la grotte d'Arques



Video sur la grotte d'Arques



Près d'Arques, aux abords de la route forestière du Périlhou, il existe une autre grotte.
Coordonnées GPS : 42° 56' 18" N - 2° 23' 53" E



ARQUES

Au bord de la Rialsesse, Arques est connu pour son majestueux donjon, situé à 500m du village, sur la D613 qui, de Couiza traverse tout le massif des Corbières jusqu’à Narbonne.

Le donjon qui s'appelait Turris des Archis, la tour d'Arques, était un véritable fort dans une citadelle : c'était une immense ruche de granit destinée à offrir toutes les conditions d'une résistance efficace contre de nombreux ennemis. Le donjon mesure 11 m de coté, 25 m de haut et s'élève sur 4 niveaux au centre de l'enceinte rectangulaire du château en grande partie ruinée. Il est flanqué de 4 tourelles montées en échauguettes sur contreforts servant de système défensif au château. Et le donjon d'Arques... Contrairement à Gisors, la butte de terre rapportée initialement prévue ne fut jamais réalisée, faisant de ce château le seul, probablement, à avoir son entrée au premier étage.

Coordonnées GPS : 42° 57' 09" N - 2° 22' 29" E <- donjon d'Arques

Le méridien de Paris est situé à 2° 20' 14.025" à l'est de celui de Greenwich.

Le donjon d'Arques



Après avoir fondé la cité de Rhedae, au sixième siècle, les Wisigoths entourèrent cette ville de forteresses pour en défendre les approches. L’un de ces châteaux-forts fut construit à Arques. On l’appelait Arces, mot latin traduit du grec qui signifie commandement. On retrouve quelques restes des substructions de cet édifice dans le fondement des hautes murailles qui entourent le donjon actuel.

Un document très important qui faisait partie des archives d’Arques avant la Révolution, et dont il nous a été donné de constater l’existence faisait mention du château-fort construit au septième siècle dans la vallée d’Arques et le Réalsés.

(LE COMTE DE RAZES ET LE DIOCESE D'ALET - Notices historiques par LOUIS FEDIE - 1912)



En direction d'Arques par la D613, après avoir franchi le village de Serres puis le pont des Pontils, s'arrêter entre le panneau des Pontils (sortie) et celui de Pébrières à hauteur d'un chemin de randonnée balisé en jaune sur la droite (borne kilométrique 65,5km). Il suffit alors d'emprunter le chemin de terre de l'autre côté de la route (côté gauche). Après 350 mètres, sur la droite de ce chemin, se dresse le menhir incliné (Sud/Sud-Ouest), de 2,20 m de haut, presque parallélipédique et arrondi à son sommet.

Le Menhir de Peyrolles, au lieu dit "les Pontils", est complètement oublié par Boudet dans la VLC. Ce peulvan est également nommé "Peiro lébado", "Pierre levée", "Pierre Druidique", "La Pierre-Droite", "Peyro Dreyto".

Le Menhir de Peyrolles (la Pierre Dressée des Pontils)