A la recherche de l'Arche Perdue

Retour

AKSOUM (ETHIOPIE)

Église Saint-Georges à Lalibela



Le légendaire royaume d'Abyssinie, se trouve dans la pointe nord de l'Afrique orientale et est vieux de près d'un millier d'années.
Il fut gouverné par les Négus, rois dont on dit que le premier était le fils de la reine de Saba et du roi Salomon.

La reine de Saba que l'on dit venir du très modeste royaume d'Ethiopie dans le pays d'Abyssinie à été une des nombreuses amantes du roi Salomon, fils de David. Il eu un fils de cette union, sans le savoir, jusqu'au jour ou ce fils métis âgé de 20 ans, Ménélik 1er, vient voir son père au temple de Jérusalem. Celui-ci est bien accueilli et reçoit tous les honneurs qui lui sont dûs. Après quelques mois, il doit repartir, beaucoup de rabbis le suivent, parmi eux, un personnage dont l'histoire ne retiendra pas le nom, qui derrière le long cortège a volé l'arche de l'alliance.

Salomon l'apprend et s'écroule de chagrin. Plus tard il rétorquera que l'on ne peut voler l'arche d'alliance, car si on la dérobait c'est qu'elle l'aura permit à ses ravisseurs et donc par conséquent Ménélik est béni du seigneur. Ce cortège passe d'abord à Gaza, puis au nord du Sinaï, continue par le détroit entre le delta du Nil et la péninsule occidentale de la mer rouge.

Il se retrouve en Egypte près au Caire, s'éloigne des rives de la mer rouge et rencontre le grand fleuve, le Nil, ce qui pour les Ethiopiens n'est autre que la continuité du fleuve qui prend naissance chez eux, le Takazé. Le Nil blanc du Soudan et le Nil bleu qui prend sa source dans le lac Tana d'Abyssinie se rejoignent à Aksoum pour former le Nil qui descendra en basse Egypte. Huit cent km avant Aksoum, Ménélik prend un autre fleuve qui se verse dans le Nil, le takazé officiel. Ce fleuve passe juste devant Aksoum redescend vers le sud et s'arrête à Lalibela à quelque 400 km du lac Tana.

Église Saint-Georges à Lalibela taillée dans la roche en forme de croix (sur ordre des templiers ?)

Les Templiers ont été en Ethiopie - appelée INDE au Moyen-Age - lors des croisades.
ET IN ARCADIA EGO est l'anagramme de ET INDIA ARCA EGO,
INDIA étant l'Ethiopie, le royaume du Prêtre Jean

Ils connaissent plusieurs îles sur ce lac, celle de Tana Kirkos sera celle où ils déposeront l'arche à l'air libre, simplement protégée d'une tente dans un lieu appelé Debra Mékéda (écriture D.M.), la montagne de la reine de Saba.

Avant que l'Ethiopie se convertisse au christianisme, cette montagne de l'île Tana Kirkos s'appelait Debra Sehel, la montagne du pardon. Selon la tradition des anciens, sur cette montagne reposa l'arche durant 800 ans.



Dans l'église Saint-Georges à Lalibela, on trouve cet aigle à deux têtes.

lalibela_magione



Le Château de la Magione (en Italien, Castello della Magione) aussi connu sous le nom de Magione di San Giovanni al Ponte, ou Spedale di san Giovanni in Jerusalem alla Magione est un extraordinaire ensemble de constructions romanes qui remonte au XIe siècle, situé à Poggibonsi, dans la province de Sienne, en Toscane. On y retrouve l'aigle à deux têtes.

L'édifice s'apparente plus à une commanderie qu'à un château en tant que tel et semble avoir appartenu jusqu'en 1312 aux Templiers. La massive forteresse des Templiers bâtie sur le haut de la colline aurait donné son nom à la commune, via le mot français "maison".

L'Arche d'Alliance aurait été transportée par les Templiers de Lalibela (Ethiopie) dans le Château de la Magione.

André de Montbard est supposé avoir ramené l'arche d'alliance en Europe.



ABBAYE DE SENANQUE

Dans un document peu connu : Une commanderie Templière à Gréoux-les-Bains (Aix-en-Provence-1981), Bernard Falque de Bezaure, reprenant les travaux de l’abbé Corriol, affirme que l’Arche d’Alliance fut ramenée de Jérusalem en 1127 et déposée ensuite à l’abbaye de Sénanque à la demande des Bienheureux Bernard et Malachie.



TOURS

Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, enluminure de Jean Fouquet, vers 1465
Paris, BnF, département des Manuscrits, Français 247 fol. 89 (Antiquités, Livre V)

Les murs de Jéricho s'écroulent au septième passage de l'Arche d'Alliance portée par les lévites et précédée par les sept trompettes et les sept flambeaux allumés.

Etonnant paysage des bords de Loire ! Les maisons qui apparaissent dans La prise de Jéricho sont les maisons de Tours.

La prise de Jéricho - enluminure de Jean Fouquet, vers 1465





GERMIGNY-LES-PRES

L'oratoire carolingien de Germigny-des-Prés fut construit vers 806 sur le plan d'une croix grecque par Théodulf, conseiller de Charlemagne.

Théodulf (ou Théodulfe ou Théodulphe, nom qui vient du gotique "thiuda-wulfs" et qui signifie "peuple du loup") était d'origine wisigothique (il est né au nord de l'Espagne). Réfugié avec sa famille en Septimanie, il s'initia à la lecture des Pères de l'Église et à la littérature grecque et latine. Il a peut-être fait ses études à l'abbaye d'Aniane (ou à Alet?). Théodulf a sans doute été marié.

Mosaïque de l'abside: IXème siècle, restaurée au XIXème siècle. En haut, à gauche: ange représentant le peuple chrétien - En haut, à droite: ange représentant la nation juive - Entre les deux anges: le ciel étoilé - Entre le ciel et les ailes des anges: la main de Dieu - En bas: l'Arche d'Alliance encadrée de deux chérubins - En diagonale, en bas à droite, au-dessus de l'inscription: le fleuve Jourdain.
La mosaïque se compose d'environ 130 000 tesselles de verre ou d'émails (smalts) de différentes couleurs : vert, rouge, bleu, blanc, noir, sinople, gris, or, argent...

Inscription: ORACLUM SCM ET CERUBIN HIC ASPICE SPECTANS ET TESTAMENTI MICAT ARCA DEI HAEC CERNENS PRECIBUSQUE STUDENS PULSARE TONANTEM THEODOLUM VOTIS IUNGITO

Regarde et contemple le saint propitiatoire et ses chérubins/ Regarde et contemple ce saint des saints avec ses chérubins/ Et vois ici l'Arche de l'alliance divine/ Devant ce spectacle, efforce-toi de toucher par tes prières le Maître du tonnerre/ Et ne manque pas, je t'en prie, d'associer Théodulf à tes prières.

Suivant la tradition patristique, Théodulf interprète l'arche d'Alliance, avec son contenu, comme préfiguration du Nouveau Testament, du Christ, de l'Eucharistie (manne). Le Nouveau Testament ayant maintenant remplacé l'Ancien, le Christ étant maintenant lui-même présent sur l'autel, on pouvait montrer l'arche ouverte et vide de son contenu: la réalité a remplacé l'ancien symbole qui préfigurait cette réalité.
Sur la mosaïque de l'oratoire carolingien de Germigny-les-Prés (45), "ce coffre (l’Arche) semble ouvert, et un linge paraît en sortir."

Arche vide sur la mosaïque de l'oratoire carolingien de Germigny-les-Prés (45)





CHARTRES

Sur l’un des piliers du Portail Nord de la cathédrale est figurée l’Arche d’Alliance, avec son contenu, l’Arche qui est un coffre dont le sculpteur a ciselé les pentures de fer forgé et la serrure avec une incroyable habileté. On distingue parfaitement son contenu : les Tables de La Loi, reçues par Moïse, le vase ayant renfermé la manne et la baguette d'Aaron qui avait fleuri.
Le dernier socle montre le retour de l'Arche chez les Hébreux. Le coffre de bois précieux est posé sur un chariot. Conformément au récit biblique, deux vaches sont attelées au chariot portant l'Arche. Mais au lieu qu'elles soient guidées par leur instinct pour aller vers les Hébreux, elles sont (tout à fait à gauche) conduites par un ange, ce qui traduit l'intervention providentielle.

Le sculpteur a ciselé les pentures de fer forgé et la serrure avec une incroyable habileté. On distingue parfaitement son contenu : les Tables de La Loi, reçues par Moïse, le vase ayant renfermé la manne et la baguette d'Aaron qui avait fleuri. Dans l'arcature de droite, les Philistins massacrent les deux fils d'Héli, Ophni et Phinées, et ils vont s'emparer de l'Arche. Il y avait à droite, avant la mutilation des ces sculptures, deux soldats philistins.

L'artiste a été prié aussi de ne pas oublier les étranges « rats d'or » et les non moins étranges « tumeurs d'or » dont parle le Premier Livre de Samuel au chapitre 6, évoquant les calamités et l'épouvante. Les « tumeurs » ont été figurées sous forme de spirales, comme des bourbillons éjectés d'un furoncle. D'épais nuages ont été sculptés au-dessus de l'Arche, sans doute pour rappeler l'orage envoyé par Dieu, épisode légendaire ajouté plus tard au texte biblique. Ou bien ne serait ce pas la nuée, signe de la présence de Dieu dans le livre de l’Exode ? Conformément au récit biblique, deux vaches sont attelées au chariot portant l'Arche.

On lit sur le socle de cette représentation :
HIC AMIGITUR ARCHA CEDERIS

HIC AMIGITUR ARCHA CEDERIS (Chartres)



L'Arche d'Alliance et les Templiers / La Croix parlante Maya

L'axe de la cathédrale de Chartres





CARCASSONNE (Arca=arche Cassun=coffre) soit le coffre de l'arche

Dans la basilique des Saints Nazaire et Celse de la cité de Carcassonne, le vitrail de L'Arbre de Vie, véritable chef d'oeuvre qui a inspiré les artistes de toute la France méridionale, orne la chapelle de la Croix dans le transept Sud. Il fut monté vers 1315-1320.

En bas à droite figure une représentation de l'Arche d'Alliance portant l'inscription "Federis Arca"; supporté par des arcades, le couvercle est orné de fleurs de lys. Entre les piliers de la partie basse sont tendus deux mystérieux voiles.

Arche sur le vitrail de la basilique de Carcassonne



Grégoire de Tours a situé la mort d'Alaric II (507) à Vouillé, l'histoire n'a retenu que cette version. Selon l’historien Procope dans « De Bello Gothico » : « Les Francs attaquèrent Carcassonne où ils avaient ouï dire que le trésor des Wisigoths, du pillage de Rome, était caché ». En fait Alaric II serait mort près de Carcassonne. Le tabernacle a été renvoyé à Damas où il a été fondu, l'Arche d'Alliance, quant à elle, serait enterrée avec Alaric II "circum carcassunem" d'après Procope. En 711, lorsque les Arabes prirent Tolède, capitale espagnole de ce qu’il restait du royaume Wisigoth, ils mirent la main sur le "Missorium" (plat d'or de 250 kg).

Le Pech de Bugarach (bourg de l'Arche) ferait-il référence à la présence de l'Arche d'Alliance dans le Razès ?

Bugarach, le bourg de l'Arche ?





ARQUES (AUDE)

L'écrivain Pierre SILVAIN dans sa DEUXIEME REVELATION situe l'Arche d'Alliance décrite dans l’Ancien Testament, retrouvée et ramenée par les Templiers, sur l'ancienne division administrative (celle du 17 siècle) d'Arques (Aude).
L’Arche qui n’est qu’un "coffre-fort", contenait à l’origine deux "pierres" volées aux prêtres de Pharaon, appelées d’abord par Moïse "Tables de la Loi" puis successivement "Phénix", "Etoile du matin et Etoile du soir", "Mélusine et Pressine" ...

La voie royale de R+C serait le château d'Arques.
La voie sèche impraticable , à proximité de la grotte d'Arques (tête).
La voie aérienne dans la falaise du mont Aiguille qui a inspiré Maurice Leblanc pour l'écriture de son roman "L' Aiguille creuse".
La voie humide que je n'ai pas dévoilée, seule praticable, est à Serres.

Une grande caverne est cachée sous le mont Aiguille à la sortie du petit village d’Arques, et tout près d’un lieu-dit "Le Paradis".
Le menhir de Peyrolles, qui est symboliquement la pierre de l’angle des "Ecritures" et la borne ALCOR citée dans le roman, se trouve à proximité immédiate d’une grotte.
La grotte est surmontée d’une barrière rocheuse, qui vue de profil fait penser à un "nez", lequel est parfaitement visible de la route à l'est d'Arques.

La grotte d'Arques



L'Arche d'Alliance





BAZEL (mont CARDOU) ?

BOUDET fait-il allusion à l'Arche d'Alliance en parlant de Bèzeléel – bezel qui ressemble fortement à BAZEL ?

"L'interprétation de Bèzeléel – bezel (bèzel), chaton d'une bague, – to lay (lé), mettre, projeter, – to ell, mesurer, – et celle de Ooliab, – wool (ououl) laine, – to eye (aï) avoir l'oeil sur, – abb, trame de laine, – nous apprennent que Bèzeléel dut faire en or battu les deux Chérubins – share (shére) partage – up (eup) en haut - placés de chaque côté du propitiatoire, tandis que Ooliab fut chargé d'exécuter les riches broderies des rideaux du tabernacle et les vêtements destinés au ministère du Grand Prêtre. Après plus d'une année de séjour au pied du Sinaï, le peuple Hébreu, conduit par la main divine, fut amené dans la grande solitude de Pharan – to fare (fère) passer, voyager, – to hand, conduire par la main – où ses tentes demeurèrent dressées jusqu'à ce qu'il reçut l'ordre de se diriger vers la terre promise pour en prendre possession." (BOUDET - VLC p.75 et 76)

Le propiatoire est le couvercle de l'Arche d'alliance.

Le mont Cardou et le Bazel





L'Arche de Noé est la préfiguration de l'Arche d'Alliance et donc du Saint-Sacrement.

La Compagnie du Saint_Sacrement