Légende de trésor templier à Gisors (Eure)

Retour

croix de Neaufles



°GISORS (27/Eure) 27140
"Gisortium", situé sur la voie romaine Beauvais-Laon, possédait un gué ("ritum") permettant de franchir l'Epte.
A l'époque carolingienne, Gisors se trouvait sur la route Laon-Rouen et à la fin du XIème siècle servait de démarcation entre le domaine royal français et le duché de Normandie, fief d'Angleterre.
Hugues de Payns, Chevalier champenois et créateur du Temple en 1118, était le beau-frère de Hugues de Gisors, qui avait épousé sa sœur Adélaïde. C'est à Payns que fut confiée, entre 1099 et 1109 - donc avant la création de l’Ordre, la garde de la forteresse de Gisors en vertu d'un accord signé entre Henri 1er Beauclerc, duc de Normandie et roi d'Angleterre, et Louis VI, dit le Gros, l'Eveillé, le Batailleur, que son père Philippe 1er avait associé au trône capétien.
Dès le XIIème siècle, en France et en Angleterre, il était d'usage de confier aux Templiers des fonds à affectation spéciale. C'est ainsi qu'en 1158, un accord fut passé entre Henri II, roi d'Angleterre, et Louis VII, roi de France, au sujet du mariage d'Henri et de Marguerite. Louis VII dotait sa fille de Gisors et de deux autres châteaux, Neauphle et Neufchatel.
Les places furent gardées en séquestre par les Templiers, jusqu'au jour du mariage. C'est la seule mention du Gisors templier, sur lequel on a brodé une légende sans aucun fondement.

Gisors


Roger Lhomoy, gardien du château, prétendit en 1946 avoir découvert sous la butte du donjon, après plusieurs années de fouilles clandestines, une crypte ou une chapelle contenant treize statues, dix-neuf sarcophages et trente coffres de fer. En septembre 1962, M. André Malraux organisa une campagne de fouilles, puis en février 1964 avec l’aide du Génie. Le 12 mars, nouveau communiqué des Affaires Culturelles : résultat négatif.

°ANGERVILLE-LA-CAMPAGNE (27/Eure, canton Evreux) 27930
En 1156, Marguerite, comtesse de Warwick, donna aux Templiers de la Commanderie °Saint-Etienne de Renneville, le domaine de Lammadoc, avec le consentement de son fils, Henri de Neubourg. Deux ans plus tôt, les Templiers de Renneville avaient reçu le domaine d’Angerville-la-Campagne, de Godefroi Vac. Ce domaine templier était situé au sud d'Evreux à proximité de la forêt d'Evreux.

°AUTHEVERNES (comm. HARQUENCY, 27/Eure, cant. Les Andelys) 27420
Les uns tirent le nom d'Authevernes du celtique, les autres le font dériver de "la alta vesta" : campagne élevée, où l’on cultivait surtout l’avoine. Cette commune du canton de Gisors est située à 148 m d’altitude. Près d'Harquency, la Commanderie de °Bourgoult, les fermes fortifiées d'Authevernes (Auteverne sur la carte de Cassini) et de °Fours-en-Vexin témoignent d'une certaine densité d'occupation templière. Cette ferme templière est proche du domaine de °Cahaignes.

°BERENGEVILLE-LA-CAMPAGNE (27/Eure, cant. du Neubourg) 27110
En 1930, on chercha activement le trésor des Templiers sur le lieu d'une ferme où s'élevait jadis un château ayant appartenu à la seigneurie du Mesnil-Péan. On s'était alors prévalu qu'un des maîtres de cette auguste dynastie avait été Chevalier de l'Ordre du Temple. Sur la carte de Cassini, ce lieu se dénomme Bérengeville-la-Champagne.

°BOURGOULT (comm. HARQUENCY, 27/Eure, cant. Les Andelys) 27700
Près d'Harquency, la Commanderie de Bourgoult, les fermes fortifiées d'°Authevernes et de °Fours-en-Vexin témoignent d'une certaine densité d'occupation templière. La Commanderie de Bourgoult était située à une lieue des Andelys, sur le flanc d’une colline au sud de la commune d’Harquency. A l'origine la commanderie dépendait de Saint Etienne de Renneville, la plus importante du Comté d'Evreux au XIIIème siècle. Robert Crespin, fils de Gosselin, baron d'Etrépagny et seigneur de Dangu, et d'Agnès de Rouvroy, offrit en 1219 aux Chevaliers du Temple, "pour amour de Dieu et pour le salut de son âme", une terre de soixante acres (24 ha) située dans le bois de Bourgoult, sur la paroisse d’Harquency. Les Templiers défrichèrent les bois et y formèrent un établissement de leur Ordre. Près de la Maison du Temple, ils édifièrent ensuite des bâtiments annexes pour loger des animaux et engranger les récoltes.
La Commanderie de Bourgoult s'agrandit par les dons successifs de la même famille :
-Guillaume Crespin, neveu de Robert en 1225.
-Asseline, veuve de Richard le Clozier de Longueville en 1231.
-Godefroy Gobelin en 1231.
-Jean Crespin, seigneur de Suzay en 1265.
Les dons, les achats de bois et de terre attenants à ce domaine feront progressivement une exploitation qui grandira au cours des siècles pour donner de nos jours une superficie de 120 ha.
Il fut édifié en premier lieu une résidence que l'on situera dans un bâtiment qui à l'heure actuelle se trouve dans la partie nord. Celle-ci comprend une vieille bâtisse où l'on trouve une salle disposant d'anciennes ouvertures dont l'une donne accès à une cave. Ce sera là le premier bâtiment édifié dans cette ferme. La grange de Bourgoult est mentionnée dans les baux de 1386 et 1396, ses particularités architecturales la font remonter au XIIIème (surtout ce type d’assemblage). Elle fut construite avec des chênes centenaires provenant des bois, qui, défrichés formeront une exploitation sur laquelle seront cultivées des céréales. Celles-ci seront précisément stockées dans cette grange aux dimensions imposantes : 34 m de longueur, 15 m de largeur et d'une hauteur de 11 m. C'est le bâtiment le plus remarquable et le plus authentique de la Commanderie de Bourgoult. La plus grande partie de cette construction date du XIIIème siècle. Elle compte six travées et est divisée en une nef et deux collatéraux par deux rangées de piliers de bois imposants. De nos jours, ces bâtiments peuvent accueillir pour toute réception jusqu'à 500 personnes. La chapelle datant de 1231 était dédiée sous les Templiers à Notre-Dame du Temple. L’Ordre de Malte auquel échurent les biens de l'Ordre en 1308 la fit démolir en 1768 à la suite d'un incendie et reconstruire en 1770 beaucoup plus petite sous l'invocation de Saint Jean-Baptiste. Par la suite, d'autres constructions sont venues se greffer : la Maison du "Commandeur" et une deuxième maison à côté de cette nouvelle chapelle. Cet ensemble de bâtiments est devenu la maison de la ferme. De nos jours, La Maison Hôtelière de la Commanderie offre une possibilité d'hébergement dans ses 8 chambres. Les autres bâtiments qui serviront de bergerie ainsi que le colombier carré seront édifiés aux XVII et XVIIIème siècle.
Quand les Templiers furent arrêtés en 1307, les moines soldats de Bourgoult furent emprisonnés dans le Château de Gisors.
La Commanderie comptait au nombre de ses possessions :
- Un prieuré à Guizenier
- Le fief de l'Epinay (ou l'Epinoy) proche d'Hennezis.
- Des terres à Tourny et à Dangu.
- Le domaine de Vert-Buisson, à Boisemont. (don de Jean de Borrez, Borriz ou Boury en 1226)
- Le fief noble du Mesnil-sous-Verclives. (Acquis en 1222 du chevalier Amaury de Verclives)
- Le domaine de Cahaignes. (don de Raoul de Cahanes en 1198 ; Guillaume de Bengnart de Autevesnes en 1236 ; Ausende, veuve de Jean de Viane en 1240 ; Hugues de Grimonval en 1253)
- La maison du Temple de Vernon.
- La maison du Temple du Bois-Hibou. (Don de Raoule le Flament de Saint-Vincent en 1235).
- Une maison Aux Andelys
- La terre et seigneurie du Buisson-Hellouin à Gisors.
Elle percevait des redevances à Gisors.

°BRETTEMARE (comm. SACQUENVILLE, 27/Eure, cant. d'Evreux-nord) 27930
Sacquenville et Brettemare sont situés au nord-ouest d'Evreux. D'après le Livre-Vert, les membres de la Commanderie de Renneville étaient, dans le XIVème siècle, an nombre de neuf : les maisons de Dieu-la-Croisse (la Croisée), de Pomerat (du Pommeret), de Beaulieu, de Brettemare, de Riblemont (Rublemont), de Fongeroles (Feugrolles), de la Gastine, de la Goberge (Gouberge) et de Bailly. Au sud-ouest de Sacquenville, la Commanderie jumelle de Renneville, Brettemare gérait 76 ha de terres. Créée avant 1221, elle a conservé sa vaste ferme et sa chapelle remaniée par les Hospitaliers. A Rublemont, ils possédaient une Maison et 13 acres.

°BRIONNE (27/Eure) 27800
A l'époque romaine Brionne portait le nom de "Breviodurum". La ville fortifiée à l'époque de Guillaume le Conquérant conserve les ruines du vieux donjon sur la colline qui domine la ville. Ces ruines sont le dernier vestige de la prodigieuse forteresse construite au XIème et XIIème siècle par les célèbres comtes de Monfort. Du pied de cette vaste tour où une table d'orientation a été disposée, on peut embrasser un joli point de vue sur la ville et la vallée de la Risle. Un valeureux chevalier du comte Gilbert de Brionne, nommé Herluin, touché par la grâce, fonda au XIème siècle la célèbre abbaye du Bec-Hellouin en 1034. Au sud du Bec-Hellouin, Brionne était le siège d'une implantation templière. Brionne acquit au XVIème siècle une très grande réputation pour la qualité de ses toiles de lin.

°CAHAIGNES (27/Eure, canton Les Andelys) 27420
Cahaignes est situé au carrefour de l'axe Beauvais-Rouen (N14) et de la route de Vernon à Gisors (D181). Le domaine de Cahaignes fut créé par les Templiers, au moyen de plusieurs acquisitions qu'ils firent, à partir de la fin du XIIème siècle. La Commanderie de Cahaignes dépendait de la Commanderie de °Bourgoult à Harquency. Dès le XIIème siècle, les seigneurs de Cahaignes portaient le nom du village et relevaient de Tourny. Un seigneur de Cahaignes, Raoul de Cabanes, leur donna, vers 1198, une terre, appelée Millères.
En 1236, un autre seigneur du pays, Guillaume Bengnart de Autevesnes, leur fit don du tiers de son héritage, situé entre Ettan et Andele, consistant en terres, maisons, droits de cens et de champart, sans y comprendre toutefois deux acres de terre et une maison touchant à l'église d' °Authevernes ("juxta ecclesiam de Autevesne"), avec une rente de dix sols qu'il avait donnée à ladite église.
En 1239, les Templiers firent un échange avec les religieux de la Sainte-Trinité du Mont-de-Rouen. Ils leur cédèrent des biens que leur avait donnés Guillaume d'Authevernes ; et ils reçurent des religieux en contre-échange, dix-sept acres de terre dans la paroisse de Cahengnes, sous la condition que le curé du lieu jouirait de la dîme de ces terres. Mais la principale acquisition que les Templiers firent à Cahaignes, eut lieu au mois de décembre 1240. Une noble dame, nommée Ausende, veuve de Jean de Viane, leur fit don et aumône, cette année-là, d'une maison et de plusieurs pièces. de terre, situées au chemin de Gisancourt, au-dessus de Carete, sous l'église de Kahengnes, à la Marlette ("apud Malletain"), au chemin de Requiecourt, aux terres de Fontenay ("de Fontegneio").
En 1253, Hugues de Grimonval abandonna aux Templiers de °Bourgoult, la haute justice qu'il avait dans une terre à Kahaingnes, tenant au chemin de Cantiers. La maison de Cahaignes fut détruite pendant les guerres du XVème siècle.

°CHANU (comm. VILLIERS-EN-DESOEUVRE, 27/Eure, arr. Evreux, cant. Pacy-sur-Eure) 27640
La Maison de la Commanderie du Temple de Chanu (Les Chanus) était située le long du chemin allant de Vernon à Dreux. Elle était composée d'une maison avec une petite chapelle fondée de "Nostre Dame du Temple", accolée. La chapelle de Chanu est rectangulaire, assez bien orientée, composée de deux travées à peu près carrées. Elle mesure 14,45m de long et 6,55m de large.
A l'origine, la chapelle recevait le jour par six fenêtres en plein cintre. Le chevet est plat et dans son mur, près de l'angle nord-est, s'ouvre la porte de l'escalier qui conduit sous les combles. La chapelle de Chanu, voûtée en ogives, trois vitraux et arcs doubleaux, fait face à la grande porte. Attenant au corps du logis, elle est dédiée à la sainte Vierge dont la statue peinte et dorée est dans une niche au milieu du retable en pierre. Les contreforts sont en pierre de taille, tandis que le reste n'est qu'un remplissage de moellons. Dans la façade, le portail et son important encadrement attirent le regard. Un tympan en segment de cercle garnit la partie supérieure de la baie. Deux moulins dépendaient également de Chanu, et étaient situés sur un petit étang dont l'un était appelé le Moulin d'en Bas et le second le Moulin d'en Haut, avec pour chacun un logement pour le meunier et vingt arpents de terre.
Des terres situées sur les territoires de Villiers-en-Désoeuvre et de Bueil furent acquises en partie par les Templiers de la préceptorie de Chanu dans la première moitié du XIIIème siècle. Robert, seigneur de Bueil, par des lettres datées du mois d'Avril 1239, confirmaient et amortissaient la vente faite par Jean des Essarts, chevalier, aux Templiers, pour le prix de 173 livres parisis, de quarante trois journaux et un quartier de terre à semence, au territoire de Bueil ("in territorio de Bouol"), aux lieux-dits : à la Couture près du bois d'Halencourt, à la Couture de Villiers, à la Pierre-Tournante, à la Grande-Couture, derrière l'église de Villiers ("retro monaterium de Vylers"), à la Couture de la Croix-Bejet et enfin à la Couture de Mesler.

°DANGU (27/Eure, cant. de Gisors) 27720
Situé sur le cours de l’Epte, le village de Dangu possédait deux châteaux édifiés au XIIème siècle. Du premier il ne reste que peu de traces, l’autre dominait le village d’une colline, à l’ouest, face à l’église Saint-Jean-Baptiste de Dangu. La Commanderie de °Bourgoult à Harquency comptait au nombre de ses possessions des terres à Tourny et à Dangu. On accède à Dangu, au sud-ouest de °Gisors en direction de Château-sur-Epte et Vernon (D181).

°DIEU-L'ACROISSE (comm. LE TILLEUL-LAMBERT, 27/Eure) 27930
Les dons se succédèrent en faveur des Templiers comme la belle ferme de Dieu-l’Acroisse (Dieu la Croisée) au sud-ouest de la commune °Le Tilleul-Lambert. Cette ferme se trouvait au sud de la Commanderie Saint Etienne de Renneville (commune de Sainte-Colombe-la-Commanderie).

°EPREVILLE (comm. d' EPREVILLE-PRES-LE-NEUBOURG, 27/Eure) 27110
En 1140, Richard, fils cadet de Robert 1er baron d'Harcourt et de Colette d'Argouges, donna aux Templiers le patronage de la paroisse d'Epreville, près de Neubourg. En 1199, les Templiers de °Renneville se heurtèrent aux abbés du Bec-Hellouin au sujet de la perception des dîmes dans les paroisses de Marbouf et d'Epreville. Ils eurent la sagesse de conclure un traité de partage que cosignèrent l'abbé du Bec-Hellouin et le précepteur de Normandie. Epreville est au sud-ouest du Neubourg par la D24.

°EVREUX (27/Eure) 27000
Ensuite les dons se succédèrent en faveur des Templiers. Tantôt il s’agit de belles fermes comme celle de °Dieu-l’Acroisse sur la commune °Le Tilleul-Lambert et la Maison de °Feuguerolles avec sa chapelle, ou de Maisons à Evreux ("La Maison du Temple"), des fiefs ou des parts de fiefs.

°FEUGUEROLLES (27/Eure, cant. de Le Neubourg) 27110
Les dons se succédèrent en faveur des Templiers. Tantôt il s’agit de belles fermes comme celle de °Dieu-l’Acroisse sur la commune °Le Tilleul-Lambert et la Maison de Feuguerolles avec sa chapelle, ou de Maisons à °Evreux ("La Maison du Temple"), des fiefs ou des parts de fiefs. Feuguerolles se trouve au milieu du triangle Evreux-Le Neubourg-Louviers.

°FOURS-EN-VEXIN (27/Eure, cant. de Ecos) 27630
Près d'Harquency, la Commanderie de °Bourgoult, les fermes fortifiées d'°Authevernes et de Fours-en-Vexin témoignent d'une certaine densité d'occupation templière. La ferme templière de Fours-en-Vexin se trouve être à proximité du domaine templier de °Cahaignes sur la carte de Cassini.

°LA BOURGERE (comm. de BOIS-NORMAND-PRES-LYRE, 27/Eure, arr. Evreux, cant. de Rugles) 27330
La Commanderie de La Bourgère occupait le nord-est de la commune de Bois-Normand-près-Lyre, au sud-ouest d'Evreux par la D830.

°LA GOUBERGE (comm. de ORMES, 27/Eure) 27190
Par échanges et achats, les Templiers de °Renneville arrondissaient leurs possessions ; ils achetèrent même un fief entier au sire de Nonancourt, Philippe d’Artois ; celui de La Gouberge entre Ormes et Emanville, à 2 Km au sud d'une autre possession templière, celle de Dieu-l'Acroisse.
Ensuite les dons se succédèrent, non seulement jusqu’à la fin du XIIème siècle, mais pendant le XIIIème siècle jusqu’aux derniers jours de l’Ordre. Tantôt il s’agit de belles fermes comme celles de Dieu-l’Acroisse à °Tilleul-Lambert et celle de °Feuguerolles, ou de Maisons à °Evreux, des fiefs ou des parts de fiefs (°Courbépine donné en 1205 par Robert des Erables, °Tournedos-Bois-Hubert, °Tourville-la-Campagne). Tant et si bien que, de même qu’à °Sommereux, on fut obligé d’ériger une Commanderie indépendante. Voir également °Renneville et °Epreville.

°LA HAIE-DU-VAL-SAINT-DENIS (comm. LE PLESSIS-HEBERT, 27/Eure, cant. de Pacy-sur-Eure) 27120
Sur la commune du Plessis-Hébert près d'Evreux, l'ancienne chapelle de la "Commanderie des Templiers de la Haie du Val Saint Denis", dite de l'Hôpital, dépendait du Temple de °Chanu.

°LA VILLEDIEU-SOUS-GRANDVILLIERS (comm. de GRANDVILLIERS, 27/Eure, arr. Evreux, canton Damville) 27240
Les Templiers, au sud d'Evreux et à l'ouest de Dreux, avaient implanté une petite commanderie à La Villedieu, sans chapelle, au nord-ouest de Grandvilliers sur le chemin de La Gériaye. En 1314, les chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem qui ont succédé aux Templiers la placèrent la nouvelle chapelle sous le vocable de Sainte-Catherine. Elle se trouvait située avec la maison. Les terres du domaine contenaient 181, acres en labour, bois et prés. La commanderie avait tous droits de justice et de seigneurie dans sa terre de la Villedieu qui était un fief amorti. Voir °La Villedieu-en-Dreugsin également près de Dreux.

°LAMMADOC (27/Eure, canton Evreux)
En 1156, Marguerite, comtesse de Warwick, donna aux Templiers de la Commanderie °Saint-Etienne de Renneville, le domaine de Lammadoc, avec le consentement de son fils, Henri de Neubourg. Deux ans plus tôt, les Templiers de °Renneville avaient reçu le domaine d’Angerville, de Godefroi Vac.

°LE BOIS-HIBOU (comm. SAINT-VINCENT-DES-BOIS, 27/Eure, arr. Evreux, cant. Vernon) 27950
Au sud-ouest de Vernon, au sud de la commune de Saint-Vincent-des-Bois, la Maison du Temple du Bois-Hibou fut donnée par Raoul le Flament, seigneur de Saint-Vincent en 1235; elle était membre annexe de la Commanderie de °Bourgoult. Les Templiers possédaient en ce lieu, une terre, nommée le Champ de Bordigné et de La Péruche, située le long du chemin d'Evreux. Le Bois-Hibou était un fief noble. Il y avait une maison sur le chemin conduisant à Pacy-sur-Eure. Nous la trouvons mentionnée dans une charte de Richard de Gomont, du mois d'avril 1271, où il est dit que ce seigneur a donné à la maison et aux frères de la chevalerie du Temple du Bois-Hibou ("domus et fratribus militie Templi de Boybout") un demi-arpent de vigne au triage de Bussart ("trelio de Bussart"), près de la vigne des Templiers. L'autoroute de Normandie (A13) passe à proximité à hauteur de Vernon.

°LE NEUBOURG (27/Eure) 27110
Le Commandeur de °Renneville possédait aussi une Maison à °Evreux et une autre au Neubourg, dans la Grand Rue. Il avait le droit de vendre au marché du Neubourg l’excédent de sa production agricole. Comme il ne payait ni droits ni taxes, il pratiquait des prix plus bas que ceux des commerçants de métier.

°LE TILLEUL-LAMBERT (27/Eure) 27930
Les dons se succédèrent en faveur des Templiers. Tantôt il s’agit de belles fermes comme celle de °Dieu-l’Acroisse (Dieu la Croisée au sud-ouest de la commune Le Tilleul-Lambert et la Maison de °Feuguerolles avec sa chapelle, ou de Maisons à °Evreux ("La Maison du Temple"), des fiefs ou des parts de fiefs. En 1200, Robert d’Harcourt apporte "confirmation de la donation de °Saint-Etienne de Renneville". De plus, il fait don aux Templiers de l’église Le Tilleul-Lambert, avec ses revenus et deux acres de terre dépendant d’un fief nommé Hémard.

°LES ANDELYS (27/Eure) 27700
La Maison des Andelys dépendait de la Commanderie de °Bourgoult à Harquency (à l'est des Andelys).

°LOUVIERS (27/Eure) 27400
La Maison des Templiers se trouvait à Louviers ("Loveris" au IXème siècle), rue de la Prison, édifice maintenant disparu, mais connu par de nombreux dessins, et notamment par celui des "Voyages romantiques" de Taylor et Nodier. La Maison dite des Templiers disparût dans les bombardements de juin 1940.

°NEAUFLES-SAINT-MARTIN (27/Eure) 27830
A dix kilomètres de °Gisors, une croix templière se dresse encore dans la place de Neaufles-Saint-Martin. Taillée dans un bloc de pierre, elle confirme par ses évidements les angles caractéristiques de 34 degrés tandis que la largeur du pilier, par rapport au centre carré de la croix, confirme celui de 13 degrés. A mi-chemin entre Neaufles et Gisors, une croix pattée dans un champ servirait à repérer un souterrain qui relierait la vieille tour de Neaufles, aujourd’hui ruinée, et le château de Gisors. Du château de Neaufles-Saint-Martin, construit en 1182 par le roi Henri II d’Angleterre, il ne reste aujourd’hui que le donjon, effondré par le milieu. Sous ses fondations part un souterrain qui atteindrait Gisors et permettrait d’accéder aux fameux trésors de cette commanderie. Au début du siècle, des tentatives ont été faites pour pénétrer dans le souterrain, en partant de Neaufles. Mais des éboulements ont empêché de s’y enfoncer. L’entrée du souterrain est aujourd’hui comblée mais son entrée est visible sur une ancienne gravure. La nuit de Noël, au moment où le prêtre lit la généalogie du Christ, il serait possible d’accéder à ces richesses par le souterrain, si on a le temps de faire l’aller-retour avant que les grilles ne se referment. La découverte macabre d’un impénitent qui se serait risqué dans les souterrains est narrée par Serge Hutin dans son livre. Le corps portait de fort curieuses blessures. Fut-il tué par des démons ou par des hommes en train de célébrer leurs rites magiques secrets dans ce souterrain ?

°RENNEVILLE (comm. SAINTE-COLOMBE-LA-COMMANDERIE, 27/Eure, canton Evreux) 27840
Voir °Saint-Etienne-de-Renneville.

°SACQUENVILLE (27/Eure) 27930
Sacquenville se trouve sur la route qui au nord-ouest de Evreux permet de rejoindre Le Neubourg. Le seigneur de Sacquenville est cité en 1060 dans la charte de fondation de l'abbaye Saint-Sauveur. Robert de Sacquenville fut un des compagnons de Guillaume lors de la conquête de l'Angleterre. Consacrée à Notre Dame, patronne des Templiers, l'église de Sacquenville relevait de la Commanderie de °Saint-Etienne de Renneville. Au nord de l'église s'ouvre une porte très ornée, surmontée d'une charité de Saint-Martin, malheureusement mutilée, On reconnaît le saint homme en costume de cavalier, offrant à un autre homme la moitié de son manteau. °Brettemare et Rublemont seraient également deux possessions templières.

°SAINT-ETIENNE-DE-RENNEVILLE (comm. SAINTE-COLOMBE-LA-COMMANDERIE, 27/Eure, canton Evreux) 27840
Près de la forêt de Lyons.
C’est dans l’Eure, au bord de la route N13, que se trouve, tout près d’Omonville, le village de Sainte-Colombe-la-Commanderie, qui s’appelait autrefois Sainte-Colombe-la-Campagne. Située au centre d’une vaste plaine agricole, la "Campagne de Neubourg", la Commanderie de Renneville était, au Moyen Age, l’une des maisons templières les plus prospères et les plus considérables de toute la Normandie. Peu éloigné du °Neubourg, cet établissement avait été fondé près de l’ancienne voie romaine qui reliait Brionne à Louviers. En 1140, Richard, fils cadet de Robert 1er baron d’Harcourt et de Colette d’Argouges, fit bâtir à Sainte-Colombe, au diocèse d’Evreux, la chapelle Saint-Etienne de Renneville et la donna aux Templiers avec le fief qu’il tenait par héritage et le patronage de Saint-Pierre-d’°Epreville, près du Neubourg. Richard d’Harcourt ne se borna d’ailleurs pas à donner des terres, il revêtit lui-même l’habit du Temple et fut le premier commandeur de Saint-Etienne. Il ne faut pas le confondre avec son neveu, nommé lui aussi Richard d’Harcourt, qui combattit en Terre Sainte et participa au siège de Saint-Jean-d’Acre. Quant au premier Richard d’Harcourt, il finit ses jours comme Templier et fut enseveli dans le chœur de la chapelle Saint-Etienne ; un gisant le représentait "couché de son long, avec une cotte de mailles, son épée et bouclier aux armes de Harcourt", avec cette inscription : "Ci-gît frère Richard de Harcourt chevalier del commandement de la Chevalerie del Temple fondateur de la meson de Saint-Etienne". Le gisant a pu être sauvé : il se trouve dans la propriété de M. Capoen à Saint-Aubin-d’Ecrosville, à 5 Km au nord-est de Renneville. A cette époque la Commanderie comprenait une chapelle, un manoir fortifié, un colombier et des dépendances. En 1156, Marguerite, comtesse de Warwick, donna le domaine de Lammadoc, avec le consentement de son fils, Henri de Neubourg. Deux ans plus tôt, les Templiers de Renneville avaient reçu le domaine d’Angerville, de Godefroi Vac. En 1200, Robert d’Harcourt apporte "confirmation de la donation de Saint-Etienne de Renneville". De plus, il fait don aux Templiers de l’église de °Tilleul-Lambert, avec ses revenus et deux acres de terre dépendant d’un fief nommé Hémard.
Nous savons qu’en 1312, quand les biens du Temple furent attribués aux Hospitaliers, la Commanderie de Renneville disposait d’une étendue de terres comprenant cent quatre-vingt-dix acres de labours "affermés vingt sols tournois l’acre". Le siège de la Commanderie se composait d’un grand manoir fortifié, orné de peinture, de sculptures, de vitraux et de blasons, flanqué de deux tours, d’une belle chapelle dédiée à Saint-Etienne, d’un colombier, d’une basse-cour, avec logement pour le fermier, comprenant cour, jardin, bosquets, ainsi que dix-huit acres de terres entourées de haies vives et de fossés situés le long du chemin de Neubourg à Saint-Melin. Le Commandeur de Renneville possédait aussi une Maison à °Evreux et une autre au °Neubourg. Il avait le droit de vendre au marché du Neubourg l’excédent de sa production agricole. Comme il ne payait ni droits ni taxes, il pratiquait des prix plus bas que ceux des commerçants de métier. Par la suite, le manoir fut reconstruit à la fin du XVème siècle par le Commandeur des Hospitaliers Philippe de Mailly, dont le blason est placé au-dessus de la porte d’entrée. Il n’était plus, au siècle passé, qu’un simple poste aux chevaux, un relais utilisé par les diligences. Aujourd’hui, Renneville est devenu un simple hameau. Au sud, la route d’Evreux à Lisieux traverse le village de "la Commanderie", dont le nom seul rappelle ses origines. Il existe un Chemin des Templiers. De tout ce vaste ensemble, il n’est presque rien resté. De la commanderie, il ne subsiste plus que la grange à blé, édifiée au XIIIème siècle, et quelques bâtiments du XVIIème. Cette grange immense, un très bel édifice, a conservé tout son caractère médiéval. Longue de 37 mètres, elle est divisée en trois nefs. Cet édifice, surmonté d’un toit à la très forte pente, servait jadis de "grange dîmière" : on y entreposait les redevances en blé que percevaient les Templiers. On remarquera surtout sa charpente en forme de vaisseau, chef-d’œuvre des anciens compagnons charpentiers, pour qui le travail du bois n’avait plus aucun secret. On cherche en vain l’emplacement de la chapelle, et si l’on sait que le sous-sol contient des caveaux et des souterrains mais aucune fouille n’a encore été entreprise pour retrouver des vestiges de ce qui a été la plus riche et la plus ancienne des commanderies de la Haute-Normandie. La charité des Templiers est exemplaire ; ceux de la Commanderie de Renneville firent, en un seul jour, l'aumône à onze mille cent vingt misérables. Le sceau de Guillaume de l'Aigle ("sigillum fratris Willelmi de Aquila"), commandeur du Temple de Normandie, représentant un aigle à deux têtes, apparaît sur un acte concernant les Templiers de Saint-Etienne-de-Renneville, du mois de septembre 1227. D'après le Livre-Vert, les membres de la Commanderie de Renneville étaient, dans le XIVème siècle, an nombre de neuf : les maisons de Dieu-la-Croisse (la Croisée), de Pomerat (du Pommeret), de Beaulieu, de Brettemare, de Riblemont (Rublemont), de Fongeroles (Feugrolles), de la Gastine, de la Goberge (Gouberge) et de Bailly. (Voir également °Ormes-Emanville et °Epreville)

°SAINT-VINCENT-DES-BOIS (27/Eure, cant. Les Andelys) 27950
La Commanderie de °Bourgoult à Harquency eut des annexes, notamment sur les communes suivantes : °Les Andelys, °Cahaignes, °Saint-Vincent-des-Bois et °Dangu.