Les Templiers Franc-Comtois (Haute-Saône, Doubs, Jura)

Retour

église templière de Chazot



Haute-Saône

°AROZ (70/Haute-Saône) 70360
La Maison du Temple à °Bucey-les-Traves et celle d'Aroz dépendaient de la puissante Commanderie nommée °Les Sales" au sud de la commune de Chantes.
La Commanderie d'Aroz comprend une grande maison, massive, de 2 étages à laquelle est accolée à gauche une tour carrée. Dans le prolongement, à droite de la maison templière, on voit des bâtiments agricoles en L auxquels on accède de la route par une porte cochère. Aroz se trouve au sud du Bois des Minières, au bord d'un petit affluent de la Saône qu'il rejoint à Traves. Ovanches dans le méandre de la Saône était un fief templier

°AUTREY (comm. de AUTREY-LES-GRAY, 70/Haute-Saône, arr. Gray) 70100
La "Villa Alteriacum" fut donnée en 630 par Amalgaire, comte des Attuariens, à l'abbaye de Bèze. Vers 1160, Autrey entra dans la maison de Vergy. St Etienne de Dijon fonda l'église avant 1156. La Maison des Templiers d'Autrey fût donnée à la Commanderie de la Romagne (21610 St-Maurice sur Vingeanne) en 1191, avec droits de dîmes et métairie. En 1229, Hugues, seigneur de Beaumont, notifie que Pierre de Sacquenay a vendu un domaine aux Templiers d’Autrey. La femme et les enfants de Pierre approuvent cette vente ainsi qu’Alix, femme d’Hugues de Beaumont. La chapelle templière du XIIIème siècle est l'église du village.

°BUCEY-LES-TRAVES (comm. de SALES, 70/Haute-Saône) 70360
Les Maisons qui avaient appartenu aux Templiers dans le bailliage de Mâcon étaient au nombre de 22; Bucey (Bucey-les-Traves) fait partie de la liste.
Près de la Saône, la Maison du Temple de Bucey-les-Traves au nord de Traves (D3) à l'ouest de Vesoul, dépendait de la puissante Commanderie nommée °Les Sales, sur la commune de Chantes.

°CHAUVIREY-LE-CHATEL (70/Haute-Saône) 70500
Construite sur deux voies romaines, résidence d'un Grand Maître du Temple, Chauvirey avait deux châteaux, "Château-Dessus", dont il reste une tour d'angle et des fossés, et "Château-Dessous", dont seule la chapelle Saint Hubert a été épargnée lors de la destruction de l'ancien édifice. Cette chapelle avait été construite pour abriter l'olifant d'or considéré comme étant celui de St Hubert.
Au XIème Siècle, le seigneur de Chauvirey était vassal du Comte de Bourgogne et possédait un très grand château situé sur la pente du coteau dominant l'église.
Au milieu du XIVème siècle, la terre de Chauvirey et le château sont partagés entre deux héritiers. C'est ainsi que deux châteaux sont bâtis dans une même enceinte, séparés par un mur de délimitation, avec chacun sa propre porte.
Voir °Cintrey.

°CINTREY (70/Haute-Saône) 70120
Au sud-ouest du village de Cintrey (situé au sud de °Chauvirey-le-Châtel), se trouvent des vestiges de voie romaine. Cintrey se trouve sur la Route de Paris à Besançon (carte de Cassini). A 400 m à l'est, on trouve des ruines qui, d'après la tradition locale, seraient les restes d'un couvent de Templiers.
Ce qui confirmerait la tradition, c'est que dans un emplacement contigu, aujourd'hui occupé par des vieilles maisons, on a déterré des cercueils, et parmi des ossements humains de vieilles armes : sabres, épées, etc.
On en infère que là était le cimetière du couvent. Suchaux voit partout des restes de maisons du Temple et, chaque fois qu'on a découvert des armes auprès des vestiges de constructions, c'est pour lui une preuve certaine. Des fouilles faites à cet endroit, il y a une cinquantaine d'années, auraient fait découvrir des sarcophages qui furent brisés.

°GIREFONTAINE (70/Haute-Saône, arr. Lure, cant. Vauvilliers) 70210
La Route romaine de Luxeuil à Langres par Corre passait par Anjeux, Girefontaine et Mailleroncourt. Une Commanderie de Templiers était implantée à Girefontaine.

°LA VILLEDIEU-EN-FONTENETTE (70/Haute-Saône) 70160
Au nord de Vesoul (au carrefour de la D10 et de la D6), La Villedieu-en-Fontenette, hôpital fondé en 1186 (commanderie de justice de la langue d’Auvergne, réservée aux chevaliers de la langue) est une ancienne Commanderie des Templiers. L'ennéade figure sur le blason du linteau d'une porte.
Certains attribuent la Commanderie de La Villedieu-en-Fontenette aux Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. La Commanderie comprenait 27 annexes.

°LAINE (comm. de VY-LES-FILAIN, 70/Haute-Saône, arr. Vesoul, cant. Montbozon) 70230
La ferme de la Commanderie de Laine (La Laine) est implantée au sud de la commune de Vy-lès-Filain (D25) près du Bois de Vy-lès-Filain.

°LES SALES (comm. de CHANTES, 70/Haute-Saône, arr. Vesoul, cant. Scey) 70360
La Maison du Temple à Bucey-les-Traves et celle d'Aroz dépendaient de la puissante Commanderie des Sales au sud de la commune de Chantes (à l'ouest de Vesoul).
Sur la carte de Cassini la commanderie est nommée "Sale". Elle a complètement disparue. La Saône serpente près de toutes ces bourgades.



Doubs

°AMANCEY (25/Doubs) 25330
Le blason d'Amancey se décrit comme suit : "Ecartelé : aux 1 et 4, parti de sable et d'argent, à une croix ancrée de gueules brochant; au 2, d'azur à deux bars adossés d'or ; au 3, d'or à un chevron d'azur."
La croix sur le blason est liée à la présence de la Commanderie templière d’Amancey qui dépendait de la maison de °Salins-les-Bains. Il subsiste la chapelle de la Commanderie. Situé entre Loue et Lison, sur les premiers plateaux du Jura, on y trouve de nombreuses curiosités de la nature : les gouffres de la Forêt et du Tambourin.
Une ouverture étroite entre deux rochers gris élevés à peine d'un mètre au-dessus du sol paraît être l'entrée d'une cavité souterraine et profonde où les eaux se jouent dans les temps de grandes pluies et produisent des bruits semblables à ceux d'un tambour.

°BESANCON (25/Doubs) 25000
Après les troubles du Bas-Empire, la cité se resserre au pied de la colline.
Au XIIème siècle, elle présente deux pôles distincts : la quartier capitulaire, sur les pentes de la colline, et le quartier d'outre-pont (actuel quartier Battant), fermé par une vaste enceinte. Entre les deux, la "Boucle", protégée par le Doubs est presque vide, à l'exception de fondations religieuses.
La Commanderie des Templiers de Besançon dépendait de la maison magistrale d’Arbois. Elle était proche de celle de °Dammartin-les-Templiers au nord-est et d' °Amancey au sud.

°CHAON (comm. de MONTPERREUX, 25/Doubs, cant. Pontarlier) 25160
La Commanderie principale de Chaon (nommée Chavon sur la carte de Cassini) était située entre le lac de St Point et la grande voie de passage Pontarlier-Vallorbe, plus connue sous le nom de "la Combe" (N57-E23) au sud de La Cluse-et-Mijoux et au nord de Malbuisson. La commune est composée de 3 villages Montperreux (mines de fer), Chaon et Chaudron et de 2 lieux-dits "Source Bleue" et "Grange Colin".

°CHAZOT (25/Doubs) 25430
A 40 Km au nord-est de Besançon, à 14 Km au sud-est de Beaume-les-Dames. Ancienne seigneurie de Belvoir, Chazot s'appelait autrefois "Tuileaux".
Chazot fut un établissement templier, rattaché à la Commanderie de °Villedieu. Il comprenait une chapelle, appelée encore Temple au XVIIème siècle, au moment où elle fut reconstruite. Elle fut en grande partie démolie en 1958.
La chapelle des Templiers était dédiée à l’Assomption. Seule une chapelle latérale subsiste. Elle est appelée "chapelle des étangs" ou "chapelle des étains".

°DAMMARTIN-LES-TEMPLIERS (25/Doubs) 25110
A 19 Km au nord est de Besançon. Altitude : 420 mètres. Carte IGN n°38.
C’est en 1211 que les Templiers se voient attribués, du chapitre métropolitain, Dammartin en échange d’une rente annuelle. Les Templiers étaient vraisemblablement déjà installés à °Fay, lieu-dit qui deviendra plus tard °Grange-de-Fer. °Fay sera aussi une Commanderie, dépendant de °Besançon. Elle sera abandonnée antérieurement à 1373, date à laquelle elle est citée comme inhabitée et en partie détruite. Cependant, la grange subsistait et était encore habitée à la fin du XIXème siècle.
Dammartin possédait une église, vraisemblablement entourée de fortifications. L'église Saint Martin que nous pouvons voir aujourd’hui a été reconstruite à partir de 1742, une partie (le chœur) étant à la charge du Commandeur de l’Ordre de Malte de Besançon. Elle possède encore une vierge en bois peint, appelée Vierge des Templiers, classée depuis 1908, et datant vraisemblablement du XVIème ou XVIIème siècle.

°FAY (25/Doubs) 25110
Voir °Dammartin-les-Templiers.



Jura

°DOLE (39/Jura) 39100
La ville doit son nom au site où elle est implantée : une corniche calcaire qui surplombe le Doubs d’une vingtaine de mètres. Le site n’a pourtant aucun caractère défensif et si au XIème siècle, le comte de Bourgogne décide d’y construire un château, c’est d’abord pour pouvoir surveiller le passage sur la rivière. Ainsi se forme un carrefour avec l’ancienne voie romaine menant de Besançon à Chalon où se fixe une population.
Après avoir franchi le Doubs en direction du sud, il existe une rue des Templiers (proche de l'avenue du Mal Juin), avant la bifurcation vers Montbarrey/La Loye/Goux et Genève/Lons-le-Saunier/Pontarlier. La Maison des Templiers de Dôle, située dans la grand rue (rue de Paris), date de 1134. Sa façade a été restaurée.

°DRAMELAY (39/Jura) 39700
Dramelay s'est appelé successivement Tremiliacum, Tramelay, Tremolay, Tremalay, Tremolaz. Au Moyen-Age, le village se composait de Dramelay-le-Mont et Dramelay-la-Ville, chacun sur une hauteur.
Deux dynasties se sont succédées à Dramelay : les DRAMELAY (1040-1240) et les CHALON. Ces derniers construisirent la tour au XIIIème siècle.
Bernard de Dramelay dont voici le blason est né au château de ce nom aux environs de Saint-Claude, dans le Jura. Il figure à la cour de Renaud III de Bourgogne. En 1134, il est Commandeur du Temple de Falletans.
Il marche à la croisade préchée par Saint-Bernard en 1147, se bat au siège d’Ascalon, et obtient le titre insigne de Grand Maitre du Temple de Saint-Jean de Jérusalem (1151-1153). Il est élu en 1151 à la succession d'Évrard des Barres, après qu'un certain Hugues ait assuré l'intérim.
Du château construit au IXème siècle, il ne reste que le donjon en voie de restauration par une équipe de bénévoles.
C’est un des hauts lieux Templiers dont subsistent encore les ruines du village médiéval avec de nombreux puits ainsi qu'une chapelle templière construite en 1190 par Amédée de Dramelay et voûtée de lauzes ou pierres plates.

°LA LOYE (39/Jura, arr. Dôle, cant. Montbarrey) 39380
Le massif forestier de Chaux (cette forêt "qui n’en finit pas") étonne le visiteur par son gigantisme : 30 Km de longueur et 22 000 hectares de superficie. Dès le XIème siècle et pour répondre à la demande en bois de chauffage des industries fixées en son pourtour (salines, forges, verreries, poteries, tuileries), une importante population de bûcherons-charbonniers s’est installée au cœur de la forêt. Les radeliers descendaient la rivière La Loue.
Les Templiers avaient une Maison à La Loye entre Belmont et Goux (La Grande Loye). La Vielle-Loye se trouve plus au nord dans le massif forestier de Chaux.

°MONTAGNA-LE-TEMPLIER (39/Jura) 39320
Située au sud de Lons-le-Saunier, la Petite Montagne, zone plissée s'élevant de 400 à 600 m d'altitude, avec des points culminants au dessus de 800 m, est limitée à l'est par le cours de l'Ain. La commune de Montagna-le-Templier à 4 Km au sud de Saint Julien-sur-Suran par la D86 tirerait son nom d'une possession templière au lieu-dit Saint-Julien de 1220 à 1263.

°SALINS-LES-BAINS (39/Jura, arr. Poligny) 39000
Pendant plus d'un millénaire, la prospérité de Salins est due au captage, à l'exploitation et à la commercialisation des eaux salées. Au Moyen Age, environ huit cents saulniers, voituriers, bûcherons, tonneliers et maréchaux travaillent pour les salines.
Les galeries souterraines des Grandes Salines, lieu de la principale exploitation, offrent à la vue des visiteurs une architecture colossale, menée de main de maître par des moines, au XIIIème siècle. Les imposantes voûtes de facture romane culminaient alors à 22 mètres !
La Commanderie du Temple de Salins-les-Bains fut fondée par Rainaud III, comte de Bourgogne, de 1140 à 1145. En dépendait la Commanderie d'°Amancey.

°TEMPLE-LES-DOLE (comm. DÔLE, 39/Jura) 39100
Avant son accession à la grande maîtrise, Bernard de Tramelay (4ème quatre-vingt-dix de 1148 à 1153) était précepteur de Temple-les-Dôle, Commanderie régionale de Franche-Comté. Ci-contre le blason de Bernard de Tramelay.
Chaque nuit du 14 au 15 août de l’année 53 de chaque siècle, date anniversaire de la bataille d’Ascalon où il trouva la mort, son fantôme reviendrait au Temple-les-Dôle, d’après une légende, accomplir un mystérieux périple. En Palestine, il fit construire et fortifier Gaza.