Sites templiers de Bresse

Retour

Laumusse



°ACOYEU (comm. BRENS, 01/Ain, canton Belley) 01300
Au lieu-dit "La Commanderie" une tour est le seul témoin de la Maison du Temple d’Acoyeu qui se trouvait dès le XIIème siècle au sud de la commune de Brens, près du confluent de la rivière Furan avec le Rhône. Le premier commandeur du Temple d’Acoyeu fut Georges Faisandier.

°BOURG-EN-BRESSE (01/Ain) 01000
Bourg voit le jour au temps des Gaulois et plusieurs centaines de menhirs, aujourd'hui noyés dans les soubassements de la prison, sont érigés sur sa colline comme pour marquer un territoire. Blottie autour du château ducal, de Notre-Dame, de la grande halle et de nombreux couvents, Bourg la médiévale était ceinte de remparts de brique. La Commanderie de °Laumusse, l'importante Maison du Temple de °Saint-Martin-le-Châtel et °Curtaringes avoisinaient celle de Bourg-en-Bresse. En 1272, Bourg et la Bresse deviennent savoyardes par le mariage de Sybille de Bâgé et Amédée V de Savoie.
Lieu-dit "L'Hôpital".

°CURTARINGE (comm. de VIRIAT, 01/Ain, cant. Bourg-en-Bresse) 01440
Viriat s'étend à 6 Km au nord de Bourg-en-Bresse dans le département de l'Ain. Au XIIème siècle, apparaît le nom de "Viriacus", désignant une église et un prieuré. Durant le moyen âge, les hameaux de Viriacus et Fleyriac sont fiefs de la seigneurie de Bâgé, avant de connaître divers changements de propriétaires. Les ordres religieux militaires (Templiers de °Laumusse, Hospitaliers de St. Jean de Jérusalem) s'y installent aux XIIème et XIIIème siècles. Une Maison du Temple était située à Curtaringe sur la commune de Viriat, près de l'importante Maison du Temple de °Saint-Martin-le-Châtel, et sous la dépendance de la Commanderie de °Laumusse. Le hameau est noté "Courtarange" au nord de "Vyriat" sur la carte de Cassini.

°ECORCHELOUP (comm. de DAGNEUX, 01/Ain, arr. Trévoux, cant. Montluel) 01120
"Dagniacum" (885) vient de l'association "Danius" (en gaulois, "Danno" = audacieux) et "acum"; encore une villa gallo-romaine en bordure de la voie romaine d'Helvétie. L’importante Maison du Temple d’Ecorcheloup sur la commune de Dagneux à l'est de Montluel, mentionnée dès 1271, était dirigée par Jean de Chazelles en 1282. Aucun vestige ne demeure de la Maison des Templiers.

°ESCOPET (comm. de VERNOUX, 01/Ain, arr. Bourg-en-Bresse, cant. Saint-Trivier) 01560
La Commanderie principale d’Escopet au nord de la commune de Vernoux date de 1227.

°LAUMUSSE (comm. de BAGE-LE-CHATEL, 01/Ain, arr. Bourg-en-Bresse, cant. Pont-de-Veyle) 01380
A Laumusse, en Bresse, une chapelle de proportions exiguës, à l'abside en hémicycle, aux étroites fenêtres en plein cintre, à la toiture écrasée de tuiles creuses, survit seule d'une Commanderie qu'agite encore le mystère de son dernier précepteur de l'Ordre, ce "frère Jean" disparu dans la tourmente de 1307. La Maison du Temple de Laumusse sur la commune de Bagé-le-Chatel près de Crottet était la Commanderie-mère des Maisons du Temple de Bresse et des Dombes. Placée au carrefour des grandes voies de communication entre l'Angleterre, l'Allemagne et l'Italie où se trouvaient les principaux ponts d'embarquement pour la Palestine, l'Egypte et Rhodes, Laumusse était à proximité de Mâcon, sur le territoire des sires de Baugé. Cette maison des Templiers porta le nom de "Domus Templi en la Muce", ou encore, Maison de la Chevalerie du Temple de la Muce, ou la Muci, de Mucia, domus Mucie, la Musce, et enfin devint L'Aumusse. Une aumusse, était au moyen âge une coiffure d'hiver, du genre passe-montagne, ne laissant à découvert que le visage, et se terminant vers le bas par un collet couvrant les épaules. Elle était faite, soit de morceaux de tissu de laine réunis par des coutures, soit de tricot ou de fourrure.
Les chevaliers du Temple se fixèrent à La Musse, sans doute vers 1120 ou 1121, époque à laquelle leur fondateur Hugues de Paganis revint en France. En 1180, Raynald III, douzième sire de Baugé (Bâgé) et de Bresse, "fust ensevely en l'église de La Musse, entre Baugé et Mascon". La chapelle existait donc dès 1180, soit vingt ans avant le premier précepteur connu du Temple que fut Simon de Tornas, de 1203 à 1220. Les donations affluèrent et le domaine ne cessa de grandir. Les principaux mécènes étaient les comtes de Savoie, les sires de Baugé, mais aussi une multitude de petit donateurs. Ils firent de cette préceptorie une des plus importante de la région puisqu'elle s'étendait sur 25 paroisses. De la Commanderie de Laumusse dépendaient les riches domaines de °Replonges. Une Maison du Temple était située à Curtaringes sur la commune de Viriat, au nord de °Bourg-en-Bresse, près de l'importante Maison du Temple de °Saint-Martin-le-Châtel, et sous la dépendance de la Commanderie de °Laumusse. La carte de Cassini indique séparément, à une distance de 300 à 400 mètres, "Laumusse" et "Commanderie". Il semble donc qu'en 1748, il restait des traces suffisantes de la commanderie primitive. A l'emplacement du château actuel, se trouvaient la résidence du précepteur ainsi que la vieille chapelle dédiée à Saint-Jean-Baptiste. De l'ancienne préceptorie, il ne reste que des murs. L'établissement primitif comprenait un corps de logis, divers bâtiments d'exploitation et une chapelle. L'ensemble était défendu par une palissade en madriers, très solides, d'une hauteur de 3,5 m environ, et par un double fossé sur lequel était jeté un pont-levis. Le château actuel date de l'époque de Louis XV ou de Louis XVI. L'ensemble des bâtiments d'habitation forme les deux côtés d'une vaste cour qui comporte un bassin central. Cette cour est aussi délimitée par les bâtiments agricoles qui comprennent les écuries, les étables, les remises, les pressoirs, et un vaste four à pain. Le côté ouest de la cour est bordé par une galerie faite de colonnes octogonales en pierre du Mâconnais. La chapelle comprenait une nef de 11m de long, se terminant par un chœur et un avant-chœur de 9 m environ.
Le tout faisait 20m de long sur 7m5 de large. Une tour servant de clocher a été détruite puis reconstruite en partie. La table d'autel (sans croix de consécration) fut, après le départ des Hospitaliers, en 1791, repoussée contre le mur du fond. Aujourd'hui, elle se trouve dans le parc. La nef fut séparée du reste de la chapelle par un mur recouvert d'une épaisse couche de plâtre. Dans ce mur, deux fenêtres surmontaient la porte d'entrée et donnaient sur l'infirmerie. Elles permettaient aux malades de s'associer aux cérémonies religieuses. Deux niches garnies de grilles étaient disposées de part et d'autre dans les murs du chœur : le Columbarium pour les Saintes Espèces, le Luminarium, en face, destiné à une lampe brûlant sans cesse devant le Saint Sacrement. Ces niches existent toujours. Le dallage fut enlevé par la famille de Fréminville qui découvrit une dizaine de squelettes disposés à gauche et à droite de celui de Raynald III.
Liste des précepteurs du Temple :
1203 à 1220 Simon de Tornas.
1220 à 1227 Jean des Planches.
1227 à 1239 ....?....
1254 à 1255 Paris ou Parisi.
1254 à 1265 ....?....
1265 à 1273 Guigues d'Albon.
1273 à 1274 Geoffroy ....?....
1274 à 1276 ....?....
1276 à 1278 Jean ....?....
1278 à 1282 ....?....
1282 à 1286 Jean de Chazelles.
1286 à 1294 Pons ou Ponthus ....?....
Aimé Vingtrinier écrivit ceci : "Voici la liste chronologique des commandeurs de la commanderie de Laumusse, de l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem (langue d'Auvergne), telle que nous l'avons trouvée dans le manuscrit conservé aux archives de Lyon, et transcrite par M. Lafaveur, aide-archiviste : "1294 - Frère Jean d'Eschalonna, Commandeur de Laumusse, et précepteur de l'hôpital de Saint Jean de Jérusalem d'Espesia..." Treize ans avant l'arrestation générale des Templiers en France, le commandeur de La Musse n'était déjà plus un Templier.

°MACONNEX (comm. ORNEX, 01/Ain) 01210
Hugues de Chenchez fut le précepteur de la Maison du Temple de Mâconnex, mentionnée dès 1181, sur la commune d’Ornex.

°MIRIVAL / MIRIBEL (01/Ain, cant. Montluel) 01700
Les Maisons du Temple de °Montluel et de Mirival dépendaient du Temple de Lyon. Mirival se confond peut-être avec Miribel. Au XIIème siècle, par son mariage avec Béatrix de Châlons, Ulrich de Bâgé obtient la seigneurie de Miribel (vers 1180). Sa fille Marguerite l'apporte en dot à son époux Humbert de Beaujeu en 1218. Pendant un siècle les Beaujeu tiennent Miribel.

°MOLISSOLE (comm. de DRUILLAT, 01/Ain, arr. Bourg, cant. Pont-d’Ain) 01160
Entre Bourg et Lyon, la région des Dombes, parsemée d'étangs, comptait deux commanderies : °Villars-les-Dombes, et à l'est, Molissole (commune de Druillat), fondée au XIIIème siècle. Les Templiers de Molissole possédaient une Maison, un moulin, et percevaient des fonds et droits dans les hameaux voisins. Par exemple, la paroisse Saint Pierre de Béligneux-La Valbonne dépendait du puissant chapitre de Saint-Paul de Lyon et des Templiers de Molissole qui tiraient aussi quelques droits de fief.

°MONTLUEL (01/Ain) 01120
L'ancienne cité médiévale de Montluel s'étend le long des berges fleuries de la Sereine. Les Maisons du Temple de °Montluel (au nord-est de Lyon) et de °Mirival dépendaient du Temple de Lyon.

°PEYZIEUX-SUR-SAONE (01/Ain) 01140
Peyzieux est située à 5 Km au sud de Thoissey sur la côtière de la Dombes. Peyzieux- sur-Saône s'est appelé successivement au Xème siècle "Pasia", au XVème siècle "Paiziacus", puis "Peysieu", "Peyzieu" et enfin depuis 1947 définitivement Peyzieux-sur-Saône. Le nom de Peyzieux viendrait du péage, l'un sur terre, l'autre sur l'eau. Les Templiers de Belleville possédaient à Peyzieux-sur-Saône le quart de la dîme et divers biens. Au XIIIème siècle une chapelle du Temple fut édifiée à Peyzieux-sur-Saône dans un pré par les Templiers de Belleville, qui possédaient déjà le quart de la dîme. En ruine au début du XVIIIème siècle, elle fut reconstruite par les chevaliers de Malte. (aujourd'hui disparue)

°REPLONGES (01/Ain) 01750
Les riches domaines de Replonges dépendaient de la Commanderie voisine de °Laumusse.

°SAINT-MARTIN-LE-CHATEL (01/Ain, arr. Bourg-en-Bresse, canton Montrevel-en-Bresse) 01310
L'importante Maison du Temple à Saint-Martin-le-Châtel dépendait de la Commanderie de °Laumusse, celle de °Curtaringes sa voisine également.

°TANNAY (comm. de TRAMOYES, 01/Ain, canton de Miribel) 01390
La Maison du Temple de Tannay (ou Tenay) dans les Dombes, datant du XIIIème siècle, est entourée de fossés.

°VILLARS-LES-DOMBES (01/Ain, arr. Trévoux, canton Saint-Trivier) 01330
Comme ses très nombreux homonymes, le vieux toponyme Villars, Villaris, est un dérivé du latin villa, et désigne ce qui fut originellement une partie d'un grand domaine, un écart, un hameau... Par contre, l'origine du mot Dombes, pays aux mille étangs entre Bourg et Lyon, est contestée, Celte, Burgonde ou Latine. Villars, cité carrefour du centre de la Dombes, est bâtie sur les bords de la Chalaronne qui contourne l'agglomération par le sud. La voie romaine venant de Montluel passait par Birieux, avant de rejoindre Villars. La région des Dombes comptait deux commanderies : Villars-les-Dombes, et à l'est, °Molissole (commune de Druillat). La seigneurie de Villars (940) devint par mariage Thoire et Villars (1188). Les Templiers possédaient une maison fondée avant 1201 en dehors de l'agglomération, au sud. Ce "Temple de Villars" reçut diverses donations, en particulier des sires de Thoire-et-Villars; en 1312, elle fut transférée comme les biens des Templiers aux Hospitaliers. La chapelle dédiée à Saint Denis, était un lieu de pèlerinage rural.