Pierre philosophale

Retour




Du mâle et de la femme, fais tois un cercle unique,
D'où surgit le carré aux côtés bien égaux.
Construis-en un triangle, à son tour transformé
En sphère toute ronde. La Pierre alors est née.
Si ton esprit est lent à saisir ce mystère,
Comprends l'oeuvre du géomètre et tu sauras.


cercle-carre-triangle



La véritable Pierre philosophale est rouge. Cette poudre rouge possède trois vertus :
1° Elle transforme en or le mercure ou le plomb en fusion sur lesquels on en dépose une pincée ; je dis en or, et non en un métal qui s'en approche plus ou moins, comme l'a cru un savant contemporain [Note : Marcellin Berthelot].
2° Elle constitue un dépuratif énergique pour le sang et guérit rapidement, prise à l'intérieur, quelque maladie que ce soit ;
3° Elle agit de même sur les plantes en les faisant croître, mûrir et fructifier en quelques heures.

Ces trois propriétés n'en constituent qu'une seule : renforcement de l'activité vitale. La pierre philosophale est donc tout simplement une condensation énergique de la Vie dans une petite quantité de matière, et elle agit comme un ferment sur les corps en présence desquels on la met. Il suffit d'un peu de pierre philosophale pour développer la vie contenue dans une matière quelconque, minérale, végétale ou animale. Voilà pourquoi les alchimistes appellent leur pierre : "Médecine des trois règnes".

Pierre philosophale



D’après Paracelse, les corps composés sont constitués de sel, de soufre (principe fixe) et de mercure (principe volatil), représentant respectivement la terre, l’air et l’eau. Il considérait le feu comme impondérable ou immatériel.
SOUFFRE : Terre (Froid+Sécheresse) visible, état solide
SEL : Feu (Chaleur+Sécheresse) occulte, état subtil
MERCURE : Eau (Froid+Humidité) visible, état liquide + Air (Chaleur+Humidité) occulte, état gazeux



La Pierre philosophale est l'élément fondamental à l'origine de toute existence dans l'univers, qu'elle soit inerte, vivante ou spirituelle. La Pierre philosophale n'est autre qu'un fluide subtil remplissant l'espace, l'Ether des Anciens, le cinquième élément des Alchimistes. Elle sert de support obligatoire à l'énergie créatrice, permettant alors la transmutation des constituants matériels.

deus-pater-filius-spiritus



Ainsi l’homme est trinitaire : Ame, Corps et Esprit
Ce qui correspond au : Père, Fils et Saint-Esprit

Du point de vue thérapeutique, il est nécessaire de développer l’idée suivante :
- En soignant le corps, on soigne aussi l’esprit et l’âme,
- En soignant l’esprit, on soigne aussi le corps et l’âme,
- En soignant l’âme, on soigne aussi le corps et l’esprit.

Les trois feux du Grand Oeuvre
en bas, le feu élémentaire du fourneau;
à mi-champ, celui de la "matière première", que figure le triangle associé au cercle, à l'intérieur du carré
en haut, le "feu secret" ou rayon solaire, cristallisé dans la "Pierre Philosophale".
Ce troisième est unus et seul agent qui puisse provoquer toute transmutation, au sein des tois règnes de la Nature.

les trois feux du Grand Oeuvre



Traditionnellement, le pentagramme représente symboliquement le microcosme, l'Homme (et ses cinq extrémités : quatre membre plus une tête), tandis que l'hexagramme ou sceau de Salomon représente symboliquement le macrocosme, le Monde. En effet, les deux triangles sont supposés désigner l'un la Matière qui monte vers l'Esprit, l'autre l'Esprit qui descend vers la Matière, donc les deux substances de l'Univers (Esprit et Matière) se complétant grâce à deux forces (l'une qui fait descendre, l'autre qui fait monter). L'unité du macrocosme se révèle par les deux points opposés des deux triangles … Aussi l'univers est-il balancé par deux forces qui le maintiennent en équilibre : la force qui attire et celle qui repousse …

Le triangle droit, pointe en haut, représente le Ciel et les forces célestes spirituelles (le Soleil).
Le triangle inversé, pointe en bas, représente la Terre et les forces terrestres physiques (la Lune).
Le « point » ou cercle central représente l’Esprit dans l’Homme, c’est-à-dire le Coeur de l’Homme (La Pierre Philosophale ou le Graal). On peut, avec autant de logique, voir dans les deux triangles les représentations du Masculin et du Féminin. Le triangle "masculin" a sa pointe vers le haut, le triangle "féminin" sa pointe vers le bas.

Quod superius sicut quod inferius [mots de la Table d'émeraude des hermétistes : ce qui est en haut est comme ce qui est en bas]

L'idée de l'infini et de l'absolu est exprimée par ce signe, qui est le grand pentacle, c'est-à-dire le plus simple et le plus complet abrégé de la science de toutes choses.