Le Pas de la Roque, "Porte des Hommes"

Retour



Janus, dieu latin de l'initiation aux mystères, détenait les clefs des "portes solsticiales", c'est-à-dire des phases ascendantes et descendantes du cycle annuel. Il s'agit respectivement de la "Porte des Dieux" et de la "Porte des Hommes", donnant accès aux "deux voies" dont Janus est le "maître": voies des "ancêtres" et des "dieux".

Dans le Cromleck de Rennes-les-Bains, la "Porte des Hommes" correspond au Pas de la Roque. Ce mur mégalithique est visible au bord de la route de Rennes-le-Château à Rennes-les-Bains/Bugarach.
Latitude: 42º 53' 57.28"N
Longitude: 2º 17' 55.81"E
la "Porte des Hommes" symbolise les réincarnations et les renaissances.

"C'est ainsi que le Cromleck de Rennes-les-Bains se trouve intimement lié à la résurrection" (BOUDET - VLC)

Entre "P" et "S" (Pachevan et Serres) ... se trouve "La Porte des Dieux", la vraie porte de sortie, celle de la fin des réincarnations et de l'immortalité.

Le Pas de la Roque, la Porte des Hommes



Le mur mégalithique et les "portes de l'Atlantide"



Sur le tableau des "Bergers d'Arcadie" de Nicolas Poussin, le berger de droite pose le pied sur une roche. Fait-il allusion au Pas de la Roque ? (également Saint Roch de l'église de RLC)

Les Bergers d'Arcadie _ 1640



Je trouve encore plus évocateur le tableau "Achille parmi les filles de Lycomède" (version de Richmond) de Poussin.
Le mur de pierre représenté sur la gauche (derrière les 2 personnages debouts) n'est-il pas semblable au Pas de La Roque sur fond de Bugarach ?
Le peintre semble également faire référence à l'emplacement d'un trésor.
Remarquez derrière le coffre et les femmes agenouillées la forme pyramidale bleutée ...

Achille parmi les filles de Lycomède (Poussin)



Curieux graffiti de l'autre côté de la route. Observez bien.

Graffiti au Pas de la Roque





Les portes solsticielles

Face à l’Est au petit matin, le Soleil fait un aller-retour dans l’année, de 55°24 azimut Nord-est à 124°36 azimut Sud-est.

Le lever du soleil se situe très exactement à 54° azimut Nord-est au Solstice d’Eté et à 123° azimut Sud Est au Solstice d’Hiver, et il passe 2 fois au même endroit, à 91.30° aux Equinoxes de Printemps et d’Automne.

L’analemme (courbe en Huit solaire soit OO) représente les levers du soleil qui oscillent entre la "Porte des Hommes" (lever solsticial du 21 juin au Nord-Est) et la "Porte des Dieux" (lever solsticial du 22 décembre au Sud-Est) matérialisées dans le Temple de Salomon par les 2 piliers Boaz et Jakin.
Le point OR ou milieu du Huit solaire correspond au 11 avril et au 1er septembre.

Déplacement annuel du Soleil



L’axe du monde est, dans l’espace, l’axe des pôles.
Dans le temps, il s’agit du très riche symbole de l’axe solsticiel.
Pour la légende, Janus, dieu latin de l’initiation aux mystères, détenait les clefs des portes solsticielles, c’est-à-dire des phases ascendantes et descendantes du cycle annuel. Il s’agit respectivement de la porte des dieux, qui correspond à la Saint-Jean d’hiver et à la renaissance du soleil, dans le signe du Capricorne; et de la porte des hommes, qui correspond à la Saint-Jean d’été et à la mort cyclique du soleil, dans le signe du cancer.

En venant de La Valdieu, on franchit le Pas de la Roque; on peut remarquer qu'un rayon de lumière filtre au travers d'une pierre perçée entre 11 et 12h.

Ces deux portes sont encore Janua coeli et Janua inferni, portes des enfers et des cieux. On remarquera d’ailleurs l’analogie entre Janus et Saint-Jean. Comme quoi les symboles les plus anciens de la Tradition perdurent à travers les cultures et les religions.

Donc si l’on trace une ligne sur le cercle qu’est le zodiaque, entre les deux portes solsticielles, l’on retrouve le symbole de l’axe du monde. S’il devait être représenté graphiquement d’ailleurs, il faudrait le dessiner verticalement avec en bas la porte des hommes, c’est-à-dire le signe du cancer, et en haut le signe positif de la porte des dieux, ou le capricorne.

Le signe du cancer est aussi représenté par un poulpe, figure que l'on retrouve sur la pierre tombale de Marie d’Hautpoul, au cœur du mystère de Rennes-le-Château.



Selon Porphyre, qui est néoplatonicien, et non stoïcien, "les théologiens ont établi deux portes, le Cancer et le Capricorne, que Platon appelle deux orifices [La République, 614-615]. Le Cancer est celui par lequel les âmes descendent, tandis que leur montée se fait par le Capricorne. Mais le Cancer est situé vers la Borée [au Nord] et approprié à la descente, tandis que le Capricorne est près du Notos [au Sud] et propre à la montée" (De l'antre des nymphes).

Eternel Retour (temps)





Porte des Hommes et Porte des Dieux

Le corps est associé à la naissance physique.

L'âme ou la psyché est en relation avec une seconde naissance. Liée au domaine des possibilités subtiles de l'individualité humaine, cette seconde naissance consiste en une ré-génération psychique produisant un être humain centré et correspond l'initiation aux petits mystères accessibles par la porte des hommes.

L'Esprit, rattaché à une troisième naissance, relève de l'ordre spirituel et non plus psychique. Elle donne accès au domaine des possibilités supra-individuelles associées à la porte de dieux et l'initiation aux grands mystères.

La porte des hommes ouvre l'accès à l'état d'être primordial, intermédiaire entre l'homme ordinaire et l'être spirituel. Si l'être n'a pas atteint la ré-génération psychique complète, il re-passera la porte des hommes et se re-trouvera dans un nouveau cycle du monde manifesté.

L'être psychiquement ré-généré pourra alors emprunter la porte des dieux pour passer du monde individuel au monde spirituel et quitter définitivement le monde manifesté. En d'autres termes, la porte des hommes est une sortie-entrée tandis que la porte des dieux représente la seule sortie définitive de la caverne cosmique, but ultime de l'initiation.



Entre "P" et "S" (Pachevan et Serres) ... se trouve "La Porte des Dieux", la vraie porte de sortie, celle de la fin des réincarnations et de l'immortalité.

Le pont romain de Serres, la méridienne de Paris et le Cardou



Et il est La Mort





La porte des Hommes annonce une naissance dans le monde du vivant, la porte des Dieux annonce une naissance dans le monde des esprits. Le Solstice d’été est dit porte des Hommes, le solstice d’hiver est dit porte des Dieux. Le premier correspond à la plus haute manifestation physique de la Lumière et donc à la « génération », au cycle descendant, le second correspond à la plus basse Lumière, à la plus grande intériorité, et donc à l’initiation ou passage dans le Monde des Dieux.

Solstice



Marie-Madeleine est la correspondance Chrétienne de l'Aphrodite grecque maîtresse du Cancer, quatrième signe zodiacal où se situe le 21 juin la Porte des Hommes : Porta-Hominis du rectangle solsticial. Porte mise en évidence par la date où est fêtée la Sainte, 22 juillet : 22ème jour du 7ème mois soit 22/7 = PI. Nombre qui met en relation le diamètre du cercle avec sa circonférence, la Terre avec le Ciel.

Marie-Madeleine





Le tronc représente un quadrilatère. C’est le lieu du vécu et du travail de nos émotions. Venant de nos racines que sont nos jambes, nous y entrons par les hanches, que la Tradition appelle « les portes des hommes ». Celles-ci symbolisent l’entrée dans l’humanité. Puis, après notre expérience dans le tronc, nous sommes en connexion avec notre tête par notre cou – c’est le chemin de la pensée - et avec nos bras – c’est le chemin de notre position au monde. Cette partie du parcours commence par l’épaule, que Annick de Souzenelle nomme « Porte des Dieux ».