Château de Barbarie

Retour



Château de Barbarie près de l'Etang-Neuf

Château de Barbarie près de l'Etang-Neuf





La Machine (Nièvre – 58) : "Enceinte du Vieux Château" ou "Cité de Barbarie". Vitrification certaine.

Plan du Château de Barbarie près de l'Etang-Neuf



L'expression "mur vitrifié" (ou "fort vitrifié") désigne des vestiges archéologiques présentant des caractéristiques impliquant une chauffe à très haute température et datant d'une période comprise entre 800 et 200 ans av. J.-C.
Il s'agit le plus souvent de construction composées de blocs de grès, de granite ou d'autres roches métamorphiques, soudés entre eux par un mortier noirâtre, verdâtre ou rougeâtre, ressemblant à une coulée de lave refroidie. Pour fondre de tels murs de granite, une température supérieure à 1100 et 1 300 °C est nécessaire et doit être combinée à un procédé de combustion lente.
Des vestiges d'enceintes vitrifiées ont été découverts dans toute l'Europe du Nord (Îles britanniques, France*, pays scandinaves, Allemagne, Hongrie) mais aussi en Europe du Sud (Portugal).
(*) La Machine (Nièvre – 58) : "Enceinte du Vieux Château" ou "Cité de Barbarie". Vitrification certaine.



Les Fouilles du vieux château de Barbarie, commune de La Machine Nièvre, par M. J. de Saint-Venant,... et M. L.-M. Poussereau (1906)

Plan de la crypte du Château de Barbarie près de l'Etang-Neuf




Sur les pierres de la crypte du vieux château de Barbarie, auraient été gravés des signes cabalistiques.



SAINT VINCENT DE PAUL

Directeur de conscience d'Anne d'Autriche et fondateur des Enfants de Saint-Vincent-de-Paul.

Louis XIII voulut être assisté par lui dans ses derniers moments et mourir dans ses bras le 14 mai 1643.
Il est ensuite nommé au "Conseil de Conscience" (Conseil de Régence pour les affaires ecclésiastiques) par la régente Anne d'Autriche dont il est également le confesseur.

Mystérieux personnage qui affirma avoir été enlevé à Marseille pendant dix-huit mois, entre 1605 et 1607, par les Maures et détenu chez un alchimiste de Tunis ! Molière fit dire à Géronte : "Mais que diable allait-il faire dans cette galère ?".
Or Monsieur Vincent a séjourné en 1605 à Notre-Dame de Marceille près de Limoux au nord d'Alet (Aude).
En 1632, les chanoines réguliers de Saint-Victor cèdent à Vincent le prieuré de Saint-Lazare. Le lieu devient alors le point focal de la congrégation et permet aux membres de prendre le nom de "Lazaristes".

La recherche de la pierre philosophale par Vincent de Paul ne semble pas a priori cadrer avec la sainte vie du personnage. Elle renvoie en fait à une épisode de sa jeunesse en juillet 1605, alors que, déjà ordonné prêtre, il vogue de Marseille vers Narbonne et est fait prisonnier par des pirates barbaresques (cf. Pierre Miquel, Saint Vincent de Paul, Fayard, 1996) .
Il raconte lui-même comment se passa le début de sa captivité dans une lettre qu’il adressa d’Avignon, le 24 juillet 1607, à Monsieur de Comet (cf. Saint Vincent de Paul, Correspondance, entretiens, documents. I. Correspondance. Tome I (1607-1639), Paris, Gavalda, 1920, p. 5-7)
"Je fus vendu à un pêcheur, qui fut contraint de se défaire bientôt de moi, pour n’avoir rien de si contraire que la mer, et depuis par le pêcheur à un vieillard, médecin spagirique, souverain tireur de quintessences, homme fort humain et traitable, lequel, à ce qu’il me disait, avait travaillé cinquante ans à la recherche de la pierre philosophale, et en vain quant à la pierre, mais fort heureusement à une sorte de transmutation des métaux. En foi de quoi, je lui ai souvent vu fondre autant d’or que d’argent ensemble, les mettre en petites lamines, et puis mettre un lit de quelques poudres, puis un autre de lamines, et puis un autre de poudres dans un creuset ou vase à fondre des orfèvres, le tenir au feu vingt-quatre heures, puis l’ouvrir et trouver l’argent être devenu or ; et plus souvent encore congeler ou fixer de l’argent vif en fin argent, qu’il vendait pour donner aux pauvres. Mon occupation était à tenir le feu à dix ou douze fourneaux (…)."
Il restera avec ce médecin jusqu’à août 1606 et est libéré en 1607

A Notre-Dame de Marceille, Saint Vincent de Paul aurait rencontré un certain Jean l’Alchimiste qui l’aurait guidé vers le château de Barbarie (à relier à barbaresque) dans la Nièvre.

Quelques extraits des lettres de Saint Vincent de Paul ...

"(...)particulièrement du médecin qui lui enseigna tant de beaux secrets(...)"

"(...)Je partis donc, sur cet advis, atrapis mon homme à Marceille, le fis emprison- ner, et m'accordis à trois cens escus qu'il me bailla content. Estant sur le poinct de partir par terre, je fus persuadé par un gentilhomme avec qui j'estois logé, de m'embarquer avec luy jusques à Narbonne, veu la faveur du temps qui estoit ;(...)"

"(...)et enfin chargez de marchandises, au bout de sept ou huit jours, prindrent la route de Barbarie(...)"

"(...)Je feus vendeu à un pescheur, qui feust contrainct de se deffaire bientost de moy, pour n'avoir rien de si contraire que la mer, et, depuis, par le pescheur à un vieillard, méde- cin spagirique [Alchimiste], souverain tireur de quintescences, homme fort humain et traictable; lequel, à ce qu'il me disoyt, avoyt travaillé cinquante ans à la recherche de la pierre philoso- phai; et en vain quant à la pierre, mais fort seurement à autres sortes de transmutation des métaux. En foy de quoy je luy ay veu souvent fondre autant d'or que d'argent ensem- ble, le mettre en petites lamines, et puis mètre un lit de quelque poudre ; puis un autre de lamines, et puis un autre de poudre, dans un creuset ou vase à fondre des orfèvres, le tenir au feu vingt-quatre heures, puis l'ouvrir et trouver l'ar- gent estre deveneu or; et plus souvent encore, congeler ou fixer l'argent vif en argent fin, qu'il vendoyt pour donner aux pauvres.(...)"

"(...)Je feus donc avec ce vieillard depuis le mois de septem- bre i6o5 jusques au mois d'aoust prochain(...)"

"(...)un ressort artificiel pour faire parler une teste de mort, de laquelle ce misérable se servoyt pour séduire le peuple(...)"

"(...)et bailleront la quête le même jour au trésorier, qui sera l'un des maîtres de ladite confrérie du Saint-Nom-de-Jésus, en la présence de l'autre qui tiendra le contrôle desdites quêtes. Que l'argent de ladite confrérie sera gardé dans un coffre à trois clefs, dont chacun des maîtres gardera la sienne, afin que l'un d'eux ne puisse toucher à l'argent sans l'autre;(...)"

"(...)J'ay apporté deux pierres de Turquie que nature a taillé en poincte de diamant(...)"

"(...)Il a trouvé la pierre philosophale, car sa charité, enflammée d'un feu divin, convertissait tout en or pur, sem- blable à celui dont est faite la sainte cité décrite par saint Jean.(...)"

"(...)Monsieur, vous nous avez découvert un trésor caché en nous envoyant ces lettres(...)"

"(...)Nous sommes nous-mêmes bien fâchés de le priver de la consolation qu'il aurait de lire ses anciennes histoires et de se voir jeune en sa vieillesse(...)"

http://archive.org/stream/lettresdesvincen01vinc/lettresdesvincen01vinc_djvu.txt