Le mystère Chambord

Retour

François Ier en a passé la commande le jour de son 25e anniversaire, décidant je le cite, « un bel et somptueux édifice en lieu et place de Chambord ». Et c’est en gros tout ce qu’on sait de ce château, dont l’édification est très mystérieuse, et dont la signification ne l’est pas moins. Chambord est-il un château mystique ?

Ses deux principaux châteaux, Chambord et Fontainebleau, sont alignés avec la basilique Saint-Remi de Reims.

Château de Chambord, vu du ciel



La façade du château de Chambord présente 7 arches décoratives qui émergent de l'eau des douves. Cela suggère l'idée d'un pont sur lequel serait bâti le palais. Un peu comme à Chenonceaux ...

Le plan du château repose sur un corps central parfaitement carré en croix grecque, comme celui de la basilique Saint-Pierre de Rome, nommé donjon car ce château est construit sur le modèle des châteaux forts du Moyen-Âge, avec la particularité des diagonales de son donjon suivant les axes nord-sud et est-ouest; ses tours marquant exactement les quatre points cardinaux.

D’où est venue à François Ier la folie de ce château, l’un des (apparemment) plus fous qui puisse se voir sur la terre, un château dont Chateaubriand disait qu’« il se présente comme une femme dont le vent aurait soufflé en l’air la chevelure », je veux dire le château de Chambord ?



Château de Chambord, vu du ciel



François Ier, le neuvième des treize rois Valois, et le premier de la branche Valois-Angoulême, aimait tellement la littérature qu’il en écrivait, et raffolait aussi tellement des arts qu’il a fait venir en France Léonard de Vinci, dont on se demande s’il n’a pas participé aux plans d’un de ses plus chers châteaux.

Le double escalier de Chambord ressemble à la double hélice de la molécule d'ADN !

Dans ce donjon on trouve aussi 5 niveaux habitables avec 4 appartements carrés et 4 appartements dans les tours rondes par niveau. Entre les appartements, 4 couloirs mènent à l’escalier à double révolution au centre. Chacun des deux escaliers compte 146 marches.

Cet escalier de 9 mètres de diamètre, situé au centre du donjon, avec ses deux vis enroulées ensemble ressemble à la double hélice de la molécule d'ADN.

Le secret de François 1er





Le mystère de la tour-lanterne de Chambord

La tour-lanterne de Chambord se décompose en deux parties, la base de la tour se termine en terrasse, sur laquelle semblent posés les 3 étages d'une "fusée" contemporaine.

Chambord - une fusée

Révélations sur le château de Chambord



A Chambord, la lettre F, le « chiffre » du Roi est omniprésente et toujours cerclée de la cordelière nouée en 8.

Si l’on regarde de plus près sur les disques gravés de la tour, on s’aperçoit que chaque F est entouré de bien curieux motifs, une croix papale à trois croisillons, posée sur un huit.



8, Thot, triple croix papale et bien d'autres mystères ... comme l'axe Chambord-Fontainebleau-Reims

François 1er et l’ésotérisme caché

François 1er et l’ésotérisme caché (video)





Mesurant 156 m sur 117 m, possédant 426 pièces, 77 escaliers, 282 cheminées et 800 chapiteaux sculptés, Chambord est le plus vaste des châteaux de la Loire et constitue l’un des chefs-d’oeuvre architecturaux de la Renaissance.



SAUNIÈRE et la Comtesse de CHAMBORD

Tout au long de sa vie l'Abbé SAUNIÈRE a bénéficié de dons d’une générosité exceptionnelle, et à juste titre on peut se demander pourquoi! Or, l’identité de la première de ces donatrices m’a toujours beaucoup intriguée, il s’agissait de la Comtesse de CHAMBORD. La Comtesse avait en effet versé une somme fort importante pour l’époque, qui varie selon les auteurs entre mille et trois mille francs-or à l’Abbé SAUNIÈRE en 1886. Rappelons brièvement la chronologie. En Juin 1885, Béranger SAUNIÈRE arrive à Rennes-le-Château où il vient d'être nommé curé de la paroisse. En Octobre de la même année il fait en chaire, au moment de la messe dominicale, un violent prêche anti-républicain. La sanction est immédiate de la part des autorités de la République, tout ceci se passait avant la Loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905, et les relations étaient extrêmement tendues entre la jeune République Française et l'Eglise! Le traitement de l'Abbé est suspendu... En conséquence il doit donc quitter provisoirement Rennes-le-Château pour devenir répétiteur au séminaire de Narbonne. Ce n’est qu’en Juillet 1886 qu‘il aura le droit de réintégrer sa cure. Or, il revient à Rennes-le-Château plus riche qu’à son départ puisqu’il est alors en possession d’un don relativement conséquent et dont il est mentionné qu’il a été fait par la Comtesse de CHAMBORD.

Mais qui était-elle? Marie-Thérèse d’ESTE-AUTRICHE, devenue Comtesse de CHAMBORD par son mariage n'était pas n'importe qui! Elle était la veuve d’Henri d’Artois, Duc de Bordeaux, Comte de CHAMBORD et seul prétendant légitime au trône de France pour ceux qui étaient partisans du retour de la royauté. Petit-fils du Roi Charles X, il était en effet le dernier des BOURBON. Elle-même appartenait à la famille des HABSBOURG-LORRAINE puisque son père François IV d’Este était le petit-fils de Ferdinand d’Autriche, lui-même frère de Marie-Antoinette et de Joseph II (Empereur d’Autriche de 1780 à 1790). Elle était donc l’arrière petite-nièce de la Reine Marie-Antoinette, née Antonia de HABSBOURG-LORRAINE. Ajoutons que la Comtesse de CHAMBORD était une femme dont l’intense pratique religieuse touchait au mysticisme. A titre d’exemple elle avait fait reconstituer dans son palais de Gorizia une réplique exacte de la grotte de Lourdes afin de pouvoir y prier le plus souvent possible !!!

Notons enfin que le don reçu par l'Abbé SAUNIÈRE a été fait fin 1885 ou début 1886 et que la Comtesse de CHAMBORD est décédée le 25 Mars 1886 à Gorizia (ou Goritz), dans le château qui lui appartenait, le palais Lantiéri. Cette ville aujourd'hui en Slovénie faisait à l’époque partie de l’empire austro-hongrois des HABSBOURG, au même titre que toute la province du Frioul-Vénétie. Donc, le moins que l’on puisse dire est qu’elle a disposé de bien peu de temps pour faire ce don. D’autre part la distance entre l'Abbé et la Comtesse était considérable tant par l’éloignement que par la différence des conditions, toutefois la réalité et l’origine du versement ne font aucun doute.

Alors, il y a selon moi un véritable mystère dans le mystère! Pourra t’on réellement nous faire croire que le versement de cette somme à un prêtre inconnu de la campagne du Languedoc était uniquement une manière d’aider un curé simplement parce qu'il il était royaliste et qu'il avait été sanctionné à ce titre? N'y avait-il pas un autre message dans ce don qu'elle réussit à faire peu de temps avant sa mort?

En Autriche, à Frohsdorf, vivait la Comtesse de Chambord, épouse d'Henri V. Son médecin était le docteur Edouard Carrière, originaire de Limoux. N’oublions pas que le premier don offert à l’abbé de Rennes-le-Château fut celui de la comtesse de Chambord, Marie-Thérèse de Modène, veuve du prétendant au trône de France, Henri V (comme par hasard mort en exil à Frohsdorf en Autriche, et parente de Jean Salvator de Habsbourg). La comtesse de Chambord est un maillon intéressant dans la longue chaîne des évènements du Razès, car elle marqua un profond intérêt pour les Hautpoul et une possible lignée mérovingienne de cette famille liée à la descendance de Jésus-Christ.